Goma se vide

Après la récente éruption du volcan Nyiragongo, samedi dernier 22 Mai dans la soirée, c’est un véritable exode urbain d’une grande partie de la population de la ville de Goma auquel on assiste depuis ce jeudi 27 Mai 2021. Des personnes de toutes catégories, enfants, jeunes et vieux, ont eu le choix de quitter la ville touristique par le sud via le port de Goma pour Bukavu, par l’Est via la frontière congolo-rwandaise pour Gisenyi, par l’Ouest pour gagner Sake à un peu plus de 27 kilomètres de Goma et enfin par le nord pour gagner Rutshuru et le grand nord. C’était visiblement des dizaines de milliers sur ces différents axes. A la réouverture de la route Goma – Rutshuru par la délégation ministérielle, plusieurs centaines des véhicules ont fait la queue jusque tard à l’aube.

Une dame en pied, faisant route vers Kiwanja en vive allure

Nombreux sont ceux qui ont quitté la ville hier jeudi décidemment après avoir suivi tard la nuit, le communiqué du Gouverneur militaire sur l’obligation d’évacuation pour les quartiers cités dans son communiqué. Alors que l’évacuation ne concernait en théorie que 10 des 18 quartiers de Goma, ce sont en fait la quasi-totalité des habitant qui ont manifestement déserté la ville.

Les autorités avaient ordonné, le jeudi matin, l’évacuation de dix quartiers de la ville de 600 000 habitants du fait des risques liés à l’éruption du volcan Nyiragongo de samedi dernier. « Les données actuelles de la sismicité et de la déformation du sol indiquent la présence de magma sous la zone urbaine de Goma, avec une extension sous le lac Kivu », a déclaré, jeudi matin dans une adresse à la population sur les médias locaux, le gouverneur militaire de la province du Nord-Kivu, le général Constant Ndima. « On ne peut actuellement pas exclure une éruption à terre ou sous le lac Kivu qui pourrait advenir sous très peu, voire sans aucun signe précurseur », a expliqué le général Ndima, citant les noms de dix quartiers de la ville.

« Des risques supplémentaires sont liés à l’interaction entre la lave et l’eau » du lac, a-t-il mis en garde, évoquant clairement le scénario catastrophe, bien connu et identifié pour le lac Kivu, d’un risque de déstabilisation du gaz sous le lac. Autrement dit, dans le jargon des spécialistes, d’une « éruption limnique ».

Ce scénario est particulièrement effrayant : « Les gaz dissous dans les eaux profondes du lac montent, surtout le CO2, et asphyxient tous les êtres vivants autour du lac Kivu du côté congolais et rwandais », selon une note de l’OVG, pour qui « il y aurait des milliers de morts » dans les deux pays.

Sur une terrasse des boutiques sur la route à Kiwanja, des familles des déplacés entrain de se faire de quoi manger. -Ph. Daniel MUYISA

Pour Patrick Muyaya, ministre congolais de la Communication et des médias, qui a tenu une conférence de presse jeudi à Kinshasa, cet événement est inédit : « Ce qu’on a observé le 22 mai, c’est qu’il n’y a pas eu, comme par le passé, des tremblements qui précèdent. Vous comprenez que nous sommes devant un tableau inédit et les scientifiques n’ont pas encore de réponse claire sur ce qui se passe réellement. C’est ce qui justifie justement la décision du gouvernement de procéder à une évacuation des personnes qui sont le plus menacées, parce que les hypothèses renseignent qu’on peut aller dans un cas ou dans un autre, les risques d’accentuation de tremblements de terre ressentis de manière continue depuis le 22 mai dernier qui peuvent causer des pertes en vies humaines et des dégâts matériels importants. »

« Le risque d’une éruption volcanique secondaire, explique encore le ministre, partant des fissures créées par le mouvement sismique n’est pas négligeable. Ceux qui habitent Goma savent que depuis de précédentes éruptions il y a eu des fissures souterraines. Les tremblements de terre ressentis depuis le 22 mai – plus de 400 – ont encore ouvert d’autres fissures. Alors la crainte, parce qu’on ne sait pas, c’est si toute la lave s’est déjà vidée ou si la lave cherche, justement du fait de ces tremblements, à ressortir. »

Goma est remarquablement ce vendredi une ville qui vit au ralenti. Le centre-ville est quasi désert et c’est la même situation dans les quartiers du nord de la ville. Les banques sont fermées tout comme les magasins et les marchés. Pour éviter les pillages, les services de sécurité effectuent des patrouilles pour sécuriser les biens et les personnes.

Six jours après l’éruption du volcan Nyiragongo, Goma et ses environs sont toujours sous la menace. C’est une expérience inédite, souligne le gouvernement. Plusieurs questions sont encore sans réponses et les scientifiques congolais cherchent toujours à savoir pourquoi aucun signe avant-coureur n’a été enregistré et pourquoi les séismes ont continué.

A Goma, les activités tournent au ralenti. Certainement que la grande partie de la population de Goma est encore en fuite. Il y a certains éléments de la police qui sont en train de circuler dans certains points chauds de la ville de Goma pour rassurer. –Témoigne une source sur place.

Pendant que certaines familles sont encore sur le départ, d‘autres sont en train en même temps, malgré le danger potentiel, en train de revenir vers Goma. Ces familles déplorent des conditions d’accueil insuffisantes, notamment à Sake, cité toute proche où les autorités les ont invités à se rendre. Le gouvernement a demandé à toute la population de se diriger dans la cité de Saké. Malheureusement, aucun site n’a été prévu pour les accueillir. Et déjà ce matin, certaines personnes ont encore décidé de rentrer à Goma afin de mieux vivre.

A Kiwanja par exemple, où nombreux se sont arrêtés la même soirée, les conditions de survie deviennent de plus en plus difficiles. Plusieurs familles ont fait le pied jusqu’à Kiwanja avec plusieurs effets soit sur la tête soit chargés au dos et tant d’autres, arrivés à Kiwanja, ont passé la nuit sous la belle étoile sans aucun moyen de survie.

« Tous les hôtels étaient déjà pris depuis samedi. Même si tu as l’argent, c’est devenu très compliqué de trouver une chambre d’hôtel, de trouver quoi se nourrir et encore moins à boire. Alors, on a été obligés de passer une nuit à la belle étoile sur la route. Tôt ce matin, on a repris le chemin. Là, on est à un endroit dit chez les Français. La route est totalement détériorée. Heureusement, il y a une équipe de la Monusco qui est en train d’épauler les gens pour faire passer les véhicules. Mais, là il n’y avait pas moins de 200, 300 véhicules stationnés », explique un témoin sur place.

Traversée de la lave vers KIZIBA (Goma). -Ph. Don Juan

Sur la route Goma-Sake allant jusqu’à Minova voire même Bukavu, plusieurs personnes étaient bloquées dans un cortège sur la route du sud, en raison d’un affaissement de la piste. L’espoir était d’atteindre finalement la ville de Bukavu le même soir. De nombreuses familles ont dormi à la belle étoile près de la localité de Minova. L’on peut dire que tout constat fait, la situation humanitaire en Province du Nord-Kivu et particulièrement à Goma est critique.

En vrai dire, les habitants de Goma sont supposés attendre les recommandations de l’autorité provinciale avant de regagner leurs domiciles. Mais le gouvernement avait fait savoir que ce retour ne sera possible que lorsque la menace sera totalement écartée, autant dire qu’aucune date ne peut être envisagée pour le moment.

Dans la province du Sud-Kivu, où bien d’autres gomatraciens se réfugient, une réunion des autorités locales a eu lieu jeudi 27 mai, pour essayer d’aménager et d’accueillir au mieux ces déplacés. Plusieurs terrains ont déjà été identifiés pour les recevoir.

Cependant, après l’exode de la population gomatracienne, le défi est maintenant lié à l’accueil des déplacés. La famine menace. La prise en charge est  à présent une urgence.

RESTITUTION ET ORIENTATION DES LEADERS DES CADETTES ET JUNIORS DU POSTE KATWA SUR LE NOUVEAU PROGRAMME UNIFORME D’ENSEIGNEMENTS DES CADETTES ET JUNIORS DE LA CBCA

La salle du ministère des enfants de la paroisse CBCA BULUMBI a servi de cadre à la séance de formation, restitution et orientation des leaders des cadettes et juniors du poste ecclésiastique de KATWA sur le nouveau programme d’enseignements des cadettes et juniors de la CBCA. Cette séance a rassemblé les encadreurs et capitaines formateurs venus des différentes paroisses du dit poste en date du 23 mai 2021 de 8heures à 16heures.

L’ouverture officielle de la séance a été faite par le Rd Josué KAMBALE MAYANI, Directeur du ministère des enfants du poste ecclésiastique de KATWA. Sous la modération du capitaine formateur BAMBISA ESELI, la méditation biblique du jour a été conduite par l’encadreur Me Josias KAMBALE MUSUMBA, Secrétaire du Bureau technique des cadettes et juniors du post KATWA. S’en est suivi une série d’exposés sur le nouveau programme uniforme des cadettes et juniors de la CBCA. Ces exposés ont été présentés par une équipe de cinq personnes qui avaient pris part à la formation organisée à Goma au mois d’avril. Il s’agit de : Rd Josué KAMBALE MAYANI (directeur du ministère des enfants), Me Joseph KAKULE KAHITE (Capitaine formateur et Président du bureau technique), Me Josias KAMBALE MUSUMBA (encadreur et secrétaire du bureau technique), Mlle Abigaël MUHAYIRWA (capitaine formatrice et trésorière du bureau technique) et Mr BAMBISA ESELI (capitaine formateur et chef du Rayon Mutiri).

Notons que plus de 150 encadreurs et capitaines formateurs des cadettes et juniors ont pris part à cette séance de capacitation. La présence des directeurs du ministère des enfants des sections composant le poste KATWA a marqué d’un cachet spécial cette séance unique en son genre. A cette occasion, le patron du ministère des enfants du poste KATWA a procédé au lancement officiel du dit programme dans le poste sus évoqué. C’est dans la gaieté que la séance a été clôturée.

Par Me Josias MUSUMBA

The Evangelical Mission united in communion of prayers with the population of Goma

In communion with the CBCA which is its member church, the United Evangelical Mission has appealed to all other member churches to support Christians and all the population of Goma who have been struck by the sad reality of the eruption of Nyiragongo volcano.

Here is an update on the situation in Goma/DR Congo. We thank you for your prayers so far and ask you to continue to pray for the city and its inhabitants. The following information builds on reports from CBCA staff and UEM co-workers. We praise God that currently the flow of lava from the Nyiragongo volcano (not Nyamuragira as we originally reported) has stopped. Earthquakes, though, are still continuing and are felt also in Gisenyi in Rwanda. It is not clear whether the volcano is now settling or building up for further eruptions, so the population is requested to be on their guard.

The airport is closed for civilian flights until the situation has become clearer. Schools are also closed until further notice. People in Goma and Gisenyi are deeply traumatized by the eruption, and the panic which developed Saturday night led many to flee their homes, either in western direction or towards Rwanda. It is not clear how many people died because they could not move away from the lava flows fast enough. Rwanda opened its border crossing to Gisenyi during the night, and some 3,000 refugees are being housed there in schools and a stadium.

The BBC reports that many families were separated, and that hundreds of children are still not reunited with their families. Many others have now returned to their homes to assess the damage. The UN peacekeeping mission in the country, Monusco, has been carrying out reconnaissance flights over Goma city. Video material shows the lava flows that buried outlying villages and the outskirts of the city.

UEM member church, the Bapist Community in Central Africa (CBCA), sent an emergency request to support the population in their urgent needs facing the disaster: Food for survival, drinking water, basic household items, temporary shelters in affected neighbourhoods, psychosocial support, restoration of the electricity and water systems, support for host families for better care for the displaced, etc.

Please continue to pray for Goma and the people there!

https://www.instagram.com/p/CPTiEimtojp/?utm_source=ig_web_copy_link

CULTE DE PENTECOTE A LA CHAPELLE CBCA KINSUKA/MBUDI A KINSHASA

À l’ouest de la ville Province de Kinshasa, le culte de la Pentecôte a été célébré dans un climat de louange, d’adoration et d’intercession à la chapelle CBCA KINSUKA dans la commune de Mont Ngafula ce dimanche 23 Mai 2021. Cette chapelle est la deuxième de la CBCA à avoir été créée à Kinshasa (2004) après celle de Bibwa créée en 2000. Elle est donc l’une des 6 Chapelles qui composent actuellement la Paroisse CBCA KINSHASA.

Fidèles de la Chapelle CBCA KINSUKA en plein culte, dimanche 23 Mai 2021

Ce culte présidé par le Révérend MUMBERE WABOMUNDU Damien, Pasteur Titulaire de la Paroisse CBCA Kinshasa et Délégué du Président Communautaire et Représentant Légal de la CBCA à Kinshasa, a été honoré par la présence de l’Auditeur Interne de la CBCA, Mr MUNGUMWA SIYITWALWA Abdon. Notons que ce cadre du Secrétariat Général de la CBCA séjourne à Kinshasa sous l’impulsion du Révérend Dr NGAYIHEMBAKO MUTAHINGA Samuel, Président Communautaire et Représentant Légal de la CBCA en vue d’assurer la formation des Pasteurs, Evangélistes, Comptables, et Caissiers de l’église sur les notions de la gestion financière tel que voulu par la CBCA. Cette formation a abouti à l’élaboration du premier bilan consolidé de la CBCA.

Dans son mot, l’Auditeur a d’abord transmis les salutations du Président et Représentant Légal de la CBCA à tous les membres de la Chapelle CBCA KINSUKA en particulier, et de la Paroisse de KINSHASA en général. Il a également remercié les efforts fournis pour mettre en place cette Chapelle de Kinsuka qui sera dans le futur une grande Paroisse dans ce milieu.

 La prédication du jour dite par le Révérend Pasteur MUMBERE WABOMUNDU Damien, a été centrée sur le thème « La place du Saint-Esprit dans la vie du disciple accompli », tirée des Actes 2,1-15 ; Esaïe 61,1-3 ; Jean 16,5-15. Il a rappelé qu’après sa résurrection, Jésus-Christ a pris 40 jours pour rassembler ses disciples au tour de la vision de gagner le monde entier par le message du royaume des cieux. Dix jours après l’ascension du Christ, le Père a envoyé le Saint Esprit pour fortifier les disciples en leur donnant le pouvoir d’aller partout dans le monde pour proclamer la puissance de Dieu. Le Révérend Pasteur Titulaire précis que le Saint-Esprit n’est pas une chose comme certains faux enseignements en parlent, selon les Saintes Écritures, le Saint Esprit est la troisième personne de la Trinité. Il est donc Dieu lui-même. La plupart des chrétiens ont des confusions que les Kinois appellent « Buluyeke » par rapport à la trinité et le Saint Esprit.

Commentant l’évènement de la Pentecôte, le Prédicateur du jour a montré aux enfants de Dieu que les différents peuples réunis en Jérusalem pour la fête religieuse en provenance des plusieurs pays étaient témoins des merveilles de l’Eternel alors qu’ils écoutaient chacun dans sa langue maternelle ce que proclamaient les apôtres remplis du Saint-Esprit. Ainsi, l’assemblée a rendu grâce à Dieu pour la diversité d’ethnies que regorge cette chapelle. Il a donc été découvert pendant cette prédication que ladite chapelle regorgeait nombreux fidèles ressortissants de plusieurs coins du pays, e,tre autres les Bangala, les Bandibu, les banande, les bambala, les barega, les baluba, les bangombe. Pour le Prédicateur, cette diversité des langues et d’ethnies dans la Chapelle doit être capitalisée pour proclamer les merveilles de l’Eternel comme au jour de Pentecôte.

Pour clore le message du jour, le Révérend Pasteur MUMBERE WABOMUNDU Damien a martelé sur quelques éléments essentiels que réalise le Saint Esprit dans la vie du disciple de Christ, dont :

–   Le Saint-Esprit conduit le disciple de Christ dans la vérité : Les enfants de Dieu doivent être conduits par le Saint Esprit car ils marchent selon l’Esprit. C’est ici que Paul disait : « ce sont ceux qui sont conduit par le Saint-Esprit qui sont fils de Dieu ». Le Saint-Esprit nous conduit dans la vérité et toute la vérité dans ce monde pervers où le mensonge a pris place dans les institutions et les familles, (Jean 16, 13) ;

–   Le Saint-Esprit fortifie le disciple pour témoigner de sa foi et proclamer la bonne nouvelle du royaume de Dieu aux pécheurs. C’est ce qui arriva à Pierre le jour de Pentecôte de telle sorte que ce dernier n’eût plus peur de quoi que ce soit ;

–   Le Saint-Esprit aide le disciple à tenir ferme son espérance et sa foi en Christ. Ainsi, nous pouvons rester inébranlables dans l’espérance du salut qui vient avec l’avènement du Seigneur. Bien que nous vivons dans un monde à multiples défis, l’Esprit de Dieu nous aide à attendre avec assurance notre Seigneur qui vient pour nous sauver des difficultés de la vie et surtout de la persécution que subit l’Eglise et ses membres.

A l’issu de cette prédication, le Révérend Pasteur Paroissial de la CBCA Kinshasa a également présidé l’étape de la Sainte Cène à laquelle les disciples accomplis de la Chapelle CBCA Kinsuka ont participé avec joie se rappelant de l’œuvre de la croix par laquelle notre Seigneur Jésus-Christ a vaincu le péché et la mort en nous donnant la vie éternelle.

Ce culte qui a commencé à 9h30 locales a pris fin à 12h04 par une prière d’intercession en faveur des enfants de Dieu se trouvant à l’Est du pays et plus précisément ceux de la ville de Goma, victimes de la récente éruption volcanique du samedi 22 Mai 2021.

Par Michée Wabomundu.

2002-2021 : 19 ANS APRES, NYIRAGONGO SE DEVERSE ENCORE

Dans la soirée du 22 au 23 mai 2021, la ville de Goma est tombée sous totale panique liée à l’éruption volcanique au côté nord de la ville. C’est aux environs de 17h que les habitants du groupement de Kibati étaient surpris par une coulée de la lave du Volcan Nyiragongo du côté du Parc National des Virunga, allant vers la frontière congolo-rwandaise.

Passage de la lave à BUHENE, au Nord de Goma

Une pluie cendrière, suivi d’un bruit énorme et un tremblement de terre… ainsi a commencé cette éruption volcanique dans le groupement de Kibati. Ce fut déjà avec une première coulée de la lave se dirigeant vers le frontière, en passant par le village Kanyanja jusqu’au village Buganda et Bughiro ; emportant ainsi des champs, des maisons et plusieurs biens de valeurs.

Trois faits sont importants à remarquer ici. Tout d’abord, plusieurs centaines de familles qui ont perdu les maisons et ont vu leurs cultures partir en fumée pourtant prêtes à la récolte. Ensuite, une concession de la CBCA à Kibati d’une dimension importante traversée par la lave ; emportant avec elle le temple et un grand champ entretenu par les fidèles de la paroisse du lieu. Enfin, plus de 70 fidèles de cette congrégation de la CBCA Kibati qui ont subi d’importantes pertes en biens de valeur en plus de quelques cas de disparition des personnes (enfants et vielles) pendant la fuite de la coulée des laves. Cependant, les familles continuent à s’investir dans la recherche de leurs quoi qu’en vain, cela tout en passant nuit à la belle étoile.

Toujours en groupement de Kibati où la coulée de la lave a coupé la route Goma-Rutshuru, quelques fissures volcaniques ont laissé place à une coulée des laves vers le quartier nord de la ville de Goma, Buhene ; en Territoire de Nyiragongo. Mr Vascos, Président de la société civile là-bas, nous a renseigné sur la succession exacte des faits tels qu’observés par les habitants du village où la CBCA a un nombre très considérable des fidèles mais qui ont décidé de quitter le village et se réfugier en ville de Goma pour certains et d’autres vers la cité de Sake se trouvant à environs 25 km de la ville de Goma en allant vers Minova.

D’après plusieurs témoignages des habitants et les propos du Président de la nouvelle société civile de Nyiragongo Vascos Nicodème Sinzabakira Kaumo, l’écoulement de la lave a débuté à partir du Village Kishege groupement kibati, et est ensuite descendu au village de Kanyanja jusqu’aux villagex Buganda et Bughiro. Entre Mutaho et Mugerwa cette coulée de lave s’est déversée violemment dans une grande partie des champs, allant jusqu’à Kayanja. Un peu plus tard, une autre coulée s’est déversée aux environs de la colline Mujoga dans le village Mujoga, groupement Kibati et s’est arrêtée dans la vallée ne laissant que quelques habitations aussi endommagées. Sur le même endroit où elle s’est arrêtée, une explosion s’est aussitôt produite à partir d’une fissure où jusque maintenant s’observe des flammèches. C’est cette dernière coulée qui a traversé directement les villages Mugerwa, Kaguri, Bushara, Kasenyi, jusqu’à Ngangi 1 et 2 et à Kabaya.

Au lendemain de l’éruption volcanique, le constat était déplorable le dimanche matin dans la bourgade de Buhene au nord de Goma, située à la limite entre Goma et Nyiragongo. Elle semble jusque-là, être la plus à avoir été touchée par les affres de cette éruption volcanique du dimanche dernier vu le nombre largement élevé de ses habitants. Les débris sont visibles.  Les rescapés observent impuissamment les collines de pierre érigés soit dans leurs champs, soit sur leurs habitats qui sont désormais impossible de reconnaitre.

D’aucuns se plaignent de cette catastrophe qui, en dépit de l’existence d’un observatoire volcanologique à Goma, aucune alerte n’avait pourtant pas été lancée à la population. Et en même temps, quoique conscients de cette faille dans son fonctionnement, les professionnels de l’OVG disent avoir produit un rapport allant dans ce sens quelques semaines avant et que ce dit rapport n’aurait pas eu d’attention particulière de la part des autorités concernées.

Reconnaissant les faits, d’après le Directeur scientifique de l’OVG, pendant 7 mois, soit depuis octobre 2020 jusqu’à Avril 2021, le volcan Nyiragongo n’a pas été surveillé. L’observatoire volcanologique de Goma n’avait plus d’appui du gouvernement central ni des bailleurs extérieurs. D’où la surprise de l’éruption dernière, en dépit du fait que l’OVG avait déjà réussi à prélever quelques données grâce à l’appui d’un partenaire américain, dixit le Directeur scientifique de l’OVG Kasereka Mahinda.

Plusieurs dégâts ont déjà et enregistrés de suite de cette éruption volcanique dont la lave n’a rien épargné à son passage :

Habitants fouillant l’éruption volcanique, sous la belle étoile
  • Le déplacement massif dans la même nuit du samedi 22 Mai sur le tronçon Goma-Sake, où par malheur eut lieu un accident d’un véhicule causant plusieurs morts et blessés,
  • Le pillage par des inciviques, dans la même nuit du samedi, des plusieurs maisons et boutiques,
  • La traversée d’environ 5000 personnes venant de Goma allant se réfugier au Rwanda samedi soir, d’après Rwanda Broadcasting Agency et les autorités rwandaises d’immigration à la frontière entre le Rwanda et la RDC,
  • Le retour en RDC, déjà le dimanche matin, de plusieurs populations qui avaient trouvé refuge au Rwanda la soirée du samedi fuyant l’éruption volcanique, mais dont pour la plupart habitants du nord de la ville de Goma, les domiciles respectifs avaient déjà été entièrement consumés par la lave,
  • La destruction de plus de 75% des champs des populations, calcinés par la lave, transformés en terrains pierreux alors que nombreux attendaient la récolte sous peu,
  • Au-delà de la lave, les champs non atteints par la lave, avaient été, pour certains endommagés par l’effet de la densité du feu brulant ; et pour d’autres abattus par une forte pluie diluvienne qui n’avait rien laissé intact à son passage,
  • La dévastation même des plusieurs élevages des populations
  • Jusqu’au dimanche à midi, constat fait, quelques pertes en vies humaines enregistrées, un enfant et trois femmes dont les dépouilles ont été cheminé à la morgue de l’Hôpital provincial,
  • Des centaines d’habitations et écoles consumées par la lave dans le Territoire de Nyiragongo (périphérie de Goma) ; quelques autres institutions endommagées par la densité du feu, entre autres l’Institut Kibati endommagé,
  • Le déplacement de masse dont les enfants en âge de scolarité, avec conséquences et risques d’une probable perturbation du calendrier scolaire,
  • Une estimation faite d’au moins 800 à 1000 maisons complètement consumés par la lave,
  • Plusieurs fidèles des paroisses CBCA Goma-Nord, Buhene, Ngangi 1 et 2, Turunga, selon les responsables de ces chapelles et paroisses, sinistrés de suite des maisons consumées,
  • Coupure de la route nationale N1 (Goma-Rutshuru) suite à la traversée de la lave coulante vers les villages de Kayanja, Buganda et bugiro, D’où la difficulté de ravitailler la ville de Goma vivres,
  • Plus de 70 habitations construites par la CBCA, complétement ravagées dans lesdits villages,
  • Après la coulée de la lave au lendemain de l’éruption, trop de tremblements à Goma, un risque très élevé pour les habitants de rester dans des maisons en étages et en matériaux durables ; d’où nombreux évacuent leurs habitats,
  • Plusieurs familles réfugiées, soit pour raison des domiciles ravagés par la lave, soit de suite des habitats construits en matériaux, en étage surtout. Ainsi, beaucoup d’habitants des quartiers du nord de la ville préfèrent rester dans des familles d’accueil notamment à Katindo, Ndosho, Kyeshero, des quartiers situés à l’ouest de Goma. Ce qui suscite automatiquement la difficulté pour les familles de prendre en charge les sinistrés en grand nombre,
  • Une faible applicabilité du plan de contingence par les autorités étatiques, d’où la population livrée à la débandade…

Puisque le volcan est de gré ou de force le voisin permanent des gomatraciens, il est imprtant pour chaque habitant de Goma ou de Nyiragongo, soit suffisamment au sujet des mesures à adopter pour savoir vivre avec le volcan (mettre lien de la chaine youtube cbca où mbukuli parle de « vivons avec le volcan ») et bien d’autres mesures à prendre dans la période après éruption, des instructions de santé publique et d’hygiène, des mesures de sécurité, …

La Rédaction

RENCONTRE DES FEMMES THEOLOGIENNES ACCOMPAGNEES DE LEURS EPOUX

Pendant plus de deux heures autour du couple Révérend YAKO époux à la Révérende SAVERA de la Tanzanie, les femmes théologiennes de la CBCA, vivant à Goma, ont échangé longuement sur les enjeux liés au ministère sacerdotal, celui de la femme surtout.

Le Couple Révérend YAKO et Révérende SAVERA, en plein exposé

Après une méditation dite par le Révérend YAKO, un moment d’échange s’en est suivi autout des questions essentielles du ministère de la femme dans la CBCA. Puisque nombreux se posent encore la question de savoir à quel niveau les époux des femmes théologiennes seraient prêts à accompagner leurs épouses, les bien-aimés époux ont affirmé leur entière disposition à travailler aux côtés de leurs épouses afin de rendre effectif l’appel qu’elles ont reçu de servir le Seigneur.

Cet échange avec les femmes théologiennes et leurs époux a essentiellement tourné sur la question de l’ordination de la femme pour le ministère pastoral. Pour en parler, le couple hôte a félicité toutes les femmes pour leurs études faites à la faculté de théologie, tout en les encourageant à demeurer patientes quant à ce qui concerne leur ordination dans la pastorale. En parlant de l’expérience de leur pays d’origine, le couple a fait savoir à son auditoire qu’il n’avait pas été aussi simple pour la femme tanzanienne d’intégrer le ministère pastorale puisqu’à l’époque elle était complétement absente de la vie active. Cependant, son endurance et sa détermination lui ont valu aujourd’hui sa place  dans plusieurs autres domaines (religieux, politiques, éducationnels, militaires…) au point d’avoir aujourd’hui une femme au plus haut sommet de l’Etat. Aujourd’hui, la femme tanzanienne jouit des mêmes droits que l’homme et rien ne peut plus justifier même au sein de l’Eglise, sa discrimination. Ainsi, le couple a invité toutes les théologiennes à continuer l’œuvre de Dieu dans bien d’autres ministères en attendant le jour où elles pourront enfin exercer leur pastoral au même titre que les hommes ;

Si les hommes et les femmes sont tous formés dans les mêmes conditions à la faculté de Théologie, d’aucuns continuent à se demander ce qui pourrait bien empêcher les femmes à bien exercer le même ministère que font les hommes ! Et même si bien plus qui s’y opposent tergiversent encore, la problématique demeure, faut-il intégrer la femme dans le ministère pastoral ou pas ? Comme l’aurait dit le Rév Joshua du District de Bukoba/Tanzanie lors de son séjour à Goma en Juin 2019, l’ordination de la femme dans le ministère pastoral est comme un grand tourbillon que l’on ne saurait pas arrêter avec des mains. Il est seulement question de temps avant que tout le monde soit emporté. On aura probablement tous compris que ni le choix ni la vocation de Dieu ne dépendent pas du genre !

LA RADIO EVANGELIQUE DE BUTEMBO VOLE AU SECOURS DES DEPLACES DE GUERRE EN VILLE DE BUTEMBO

Pour assurer une évangélisation holistique en faveur de ses auditeurs, la Radio Evangélique de Butembo et Télévision (REB Tv) a initié un programme d’assistances aux déplacés de guerre victimes des massacres de Beni qui ont eu la ville de Butembo comme leur lieu de refuge. Depuis le mois de Février 2021 chaque samedi les déplacés étaient ont bénéficié de diverses assistances dans les enceintes de la station de la radio sus dite, des dons offerts par cette Radio.

Notons que ces dons offerts sans discrimination aux déplacés de guerre et obtenus grâce à une forte mobilisation que la Radio Evangélisation de Butembo et Télévision fait à ses auditeurs constituent une grande semence pour l’évangélisation. En effet, chaque jour ladite radio s’est fait le devoir de sensibiliser ses auditeurs à apporter leur assistance en faveur des déplacés de guerre et de ces derniers servis chaque samedi en vivres et non vivres contemplent les merveilles et l’amour de Dieu à travers ces œuvres de charité. Certains d’entre les déplacés de guerre ont d’ailleurs bénéficié d’un financement mobilisé par la REB Tv pour l’initiative de leur entrepreneuriat qui consiste à la vente des beignets en vue de leur auto prise en charge. La REB Tv a également sollicité une gratuité des soins médicaux à l’hôpital de l’unité de Butembo en faveur des déplacés de guerre.

Signalons que pour prier avec les déplacés de guerre, à part les séances de prières organisées régulièrement à la station de la radio susmentionnée et dans le temple de la CBCA BULUMBI la même radio a organisé une journée de prière intense en faveur des déplacés de guerre et de la paix le dimanche le 09 mai 2021. A cette occasion une collecte spéciale a été organisé et plus de 1000 déplacés de guerre en ont bénéficié.

Dans une adresse lancée en ligne, le Directeur de la REB Tv, a fait savoir précisément que la Radio et Télévision Évangéliques de Butembo (REB TV) contribue à la réinsertion sociale des déplacés en Ville de Butembo. C’est depuis le 06 février 2021 que la REBTV soutien chaque samedi les déplacés de guerre en Ville de Butembo. Ils sont en moyenne 750 ménages qui reçoivent vivres et non vivres. Considérant que nous ne savons pas quand interviendra la fin de la guerre, nous avons pensé qu’il fallait des actions plus durables. Certes, il est une évidence qu’il vaut mieux apprendre à quelqu’un comment pêcher que de lui donner un poisson. C’est ainsi que par l’appui du Révérend Kavasya, l’on a obtenu la possibilité d’apprentissage gratuit des métiers au déplacés par CEDIAR et Centre UHAI KIKYO. Par ailleurs, il faut noter que ces déplacés reçoivent gratuitement les soins à l’hôpital de l’unité de Mihake grâce à l’appui financier de la COOPEC LA SEMANCE. D’autres encore ont été appuyés pour effectuer un petit commerce. Un kit constitué d’un sceau, 40 beignets et un T-shirt est donné à un déplacé. Après chaque vente, le bénéfice réalisé est de 1000 FC. Les plus assidus gagnent 1$ par jour. Une autre catégorie des déplacés vient chaque matin à la REB TV pour attendre qui peut offrir une activité journalière.  Cette action a aussi aidé nombreux, plus de cinq ont des emplois permanents aujourd’hui. Certains enfants orphelins et veuves ont été hébergés dans les orphelinats. Des philanthropes ont donné leurs maisons pour aider les sans-abris… Aujourd’hui, une prière est organisée en faveur des déplacés de guerre.  Besoin de vos prières pour l’aboutissement heureux de ce ministère à la REB TV.

Ev. MAWA, Directeur de la REB Tv

Il sied de noter que la Radio Evangélique de Butembo et Télévision (REB Tv) est une des radios et télévisions de la Communauté Baptiste au Centre de l’Afrique (CBCA) initiée par le Poste Ecclésiastique de Katwa ; elle offre la possibilité de la suivre en ligne sur http://rebtv.org/

Par Me Josias MUSUMBA

Le CFP Rudolf accroit son charroi automobile

Un nouvel actif pour le Centre de Formation Pédagogique Rudolf qui vient de s’octroyer un nouveau véhicule dédié spécialement à sa chère clientèle. Ce nouveau véhicule de marque Hyundai avec une capacité d’accueil de plus de 10 places assises, sièges confortables et climatisation rassurée… a été présenté au Secrétariat général de la CBCA mardi 11 Mai en présence de quasiment tous les agents du Secrétariat général. Sous la houlette du Président et Représentant Légal de la CBCA, Révérend Docteur Samuel Ngayihembako, la cérémonie de dédicace de ce véhicule flambant neuf pendant laquelle le Gérant du CFP Rudolf s’est exprimé sur les moyens d’acquisitions de cet engin, un autre véhicule du Chargé des relations publiques de la CBCA a lui aussi été présenté et dédié en même temps. Ces engins, d’après les explications successivement données par le Trésorier Communautaire de la CBCA, Mr Pascal Munoka et le Gérant du CFP Rudolf, Mr Achile Muteri, ont été acquis grâces aux réserves stratégiques obligatoires retenues aux différentes recettes du budget annuel. Dans ce cadre, les réalisations pareilles pourront toujours être envisagées. Et pour information, le Département des finances de la CBCA pourrait, dans ce même angle, se payer un nouveau véhicule dans les jours avenirs.

Pour le CFP Rudolf, depuis toujours, dans sa mission d’offrir des services de qualité tout en prônant des valeurs chrétiennes protestantes, vient de répondre à un réel besoin de déplacement de ses clients de différents points d’arrivée dans la ville (Aéroport, port…) pour un séjour inoubliable à Goma. Quelles que soient pour des raisons de travail (formation, conférence, atelier, échanges d’expériences…) ou privées (vacances, cérémonies de fête…), le CFP Rudolf garantie de plus en plus la meilleure qualité des services à son aimable clientèle : des salles de réunion bien aménagées pour des conférences, ateliers, formations, cérémonies des fêtes ; un restaurant au menu satisfaisant en plus d’une cuisine à la meilleure gastronomie ; un parking sécurisé ; des chambres spacieuses au standard international, une connexion internet à haut débit…

Découvrez cet espace sis au 272, avenue de la Mission, Quartier Himbi II, Route ULPGL entrée EP Matunda, Commune de Goma, Ville de Goma/RDC en effectuant vos réservations au cfprudolf@gmail.com soit au +243997127899.

Par Daniel Muyisa Beltchatsar

LA JEUNESSE DE LA CBCA GOMA VILLE TIENT SA TROISIEME EDITION DU CONCOURS DE CHANT 2GOSPEL TALENT SHOW

Dans le cadre de la promotion des jeunes artistes chrétiens en ville, la CBCA Goma ville à travers son Ministère de la jeunesse, a organisé sa troisième édition du concours de chant intitulé « 2Gospel Talent Show ». Ce grand festival de la musique chrétienne s’est tenu dans l’enceinte de la CBCA Goma ville pendant tout un mois ; soit du 11 avril au 2 mai 2021 et a connu la participation d’une moyenne de 1450 personnes chaque dimanche ; sans tenir en compte le nombre plus qu’important de ceux qui suivaient le concours en ligne sur Facebook et YouTube de partout dans le monde.

Après trois phases du concours, la date du 2 mai 2021 a vibré sous la couleur de la grande finale de ce festival chrétien hors du commun en ville de Goma. 5 jeunes artistes finalistes ; parmi lesquels 3 jeunes garçons et 2 jeunes filles, ont emballé un public de plus de 1500 personnes dans des profonds moments de louange, d’adoration et bien plus d’exhibition des talents de chant que Dieu leur a accordé.

Comme il est dit dans la première épitre de Paul aux Corinthiens, de ces 5 finalistes ayant concouru, seule une a remporté le grand prix prévu pour cette édition. Il s’est agi de la Sœur Elodie Takehya de la CBCA Goma ville qui a été récompensée par 500 000 fc et une production audio et vidéo de son propre cantique. Les 4 autres finalistes ont été aussi quand même récompensés respectivement par 300 000 fc, 100 000 fc et 50 000 fc aux deux derniers.

Signalons ici que c’est la troisième fois qu’une activité d’une si grande ampleur est prise en charge totalement par la Paroisse CBCA Goma ville. C’est donc un appel particulier lancé à toutes les personnes désireuses d’apporter un coup de pousse à l’avancement de cette œuvre, à pouvoir se joindre à la CBCA Goma ville afin que cette œuvre qui se tient chaque année soit beaucoup plus grande et impacte profondément notre société toute entière.

Par Me Darcy Sikwaya

VISITE DES ENFANTS DU POSTE KATWA AUX ORPHELINATS DE BUTEMBO

Dans le souci d’initier les enfants aux œuvres de générosité et de compassion, le Ministère des enfants du poste ecclésiastique de KATWA a organisé une visite de compassion aux orphelinats de la ville de Butembo. Cette activité caritative a été effectuée le dimanche 25 avril 2021.

Les enfants de la CBCA poste KATWA vivants a Butembo ont été mobilisés pour rendre visite à leurs pairs orphelins hébergés dans ces orphelinats. Ils avaient, dans leur gibecière des vivres et non vivres ainsi que de l’argent pour venir en aide à ces enfants vulnérables. A L’occasion de cette visite aux orphelins les enfants du ministère des enfants accompagnés de leurs moniteurs ont eu des moments de louer Dieu, de   jouer, de prier ensemble leurs paires orphelines et écouter la parole de Dieu.

Les bénéficiaires ont salué en juste valeur cet acte de générosité posé par les enfants des différentes paroisses et sections du poste ecclésiastique de KATWA.

Par Me Josias MUSUMBA