Les jeunes congolais et rwandais à l’école de la paix.

Soixante et un jeunes chrétiens de Goma et de Gisenyi se sont réunis dans la Grande salle du Centre d’Accueil Protestant Tuneko à Goma ce 26 mars 2016 sous les auspices de la Commission Justice, Paix et Sauvegarde de la Création de la CBCA. Au menu de  cette rencontre : « l’engagement de la jeunesse chrétienne pour la réconciliation, la justice et la paix transfrontalière ».

Nyiramahoro sur podium

Nyiramahoro sur podium

Tout est parti en début de la journée par une méditation biblique tirée du livre de 2 Corinthiens 5 :17-21. Mme Nyiramahoro Sibomana, messagère du jour, a demandé aux jeunes de s’impliquer dans la paix. Nous devons suivre l’exemple de Dieu qui nous a réconciliés avec lui-même et d’autres croyants par Christ. Dans notre ministère de la réconciliation, a-t-elle- conclu,

Dans son mot de circonstance, le Rév. Baleke Badesire, Directeur du Département des Jeunes et des Enfants, a fait remarquer aux jeunes qu’ils sont l’avenir et l’espoir de la société. Aujourd’hui la société est devenue le théâtre de violations des droits humains. Les jeunes sont appelés à lutter pour

Rév.Baleke exhorte les jeunes

Rév.Baleke exhorte les jeunes

restaurer la paix, a-t-il dit. Si les jeunes veulent changer cette société, ils ne devraient pas être acteurs de la division; plutôt ils devraient étudier, travailler dur, et demeurer ensemble. Le Rév. Baleke a étayé  son propos en disant que « les frères et  sœurs de Jésus sont ceux qui font la volonté de son Père (Matthieu 12 :50)».

La frontière brisée

Le premier orateur, Monsieur Norbert MUSHENGE, un adventiste engagé, a parlé de  l’identité et la mission de la jeunesse dans l’église et dans le monde. Il a fait remarquer de par, son exposé que le concept identité est source de malentendus

Faciliatauer

Facilitateur

en Afrique, car dit-il, a une connotation tribale et ethnique.

Selon Mr Norbert, l’identité est comme ce qu’on nous a dit  être, ce que nous croyons être ou ce que nous pensons être. Ainsi de par sa définition,  la jeunesse chrétienne doit s’identifier au Christ et concevoir la paix au sens de Dieu, mais pas comme le monde le pense.

Faisant allusion à la frontière, l’orateur a fait savoir que Jésus-Christ est venu briser les frontières. Et donc, avec Jésus-Christ, il n’y a plus de frontières entre nous, car nous sommes un en Christ.

L’importance de la formation de la jeunesse 

Nobert ConferencierDans sa deuxième intervention Monsieur Norbert MUSHENGE s’est appesanti sur le fait que Le jeune chrétien doit être bien formé et  informé.  Les jeunes viennent d’endroits différents, de diverses confessions religieuses  et d’origines différentes, mais ils ne doivent pas oublier que Jésus-Christ  les a rendus « UN ». Si les jeunes veulent changer des mentalités, ils doivent avoir la culture des champions, mais aussi et surtout avoir des connaissances suffisantes. La crainte de l’Eternel est le lancement de la sagesse, de la connaissance et de la science.

Le jeune doit avoir une vision en termes d’objectifs à atteindre; savoir son point fort; savoir travailler pour ce qu’il veut devenir; affronter les obstacles,…car  « plus on sue à l’entraînement, moins on gagne le combat ».

Aspects essentiels qui nécessitent une attention particulière

Mlle Noëlla Kyamutsongeri a développé son sujet sur les aspects essentiels qui nécessitent une attention particulière. Elle a fait remarquer que l’estime est une valeur avec laquelle on prend l’autre et que l’acceptation mutuelle c’est l’esprit de la compréhension, soit un antivirus  de la discrimination.

La réconciliation vient là où il y a la division. Revenant à ce thème, elle a plaidé que les jeunes doivent oublier ce qui s’est passé entre nos pays et construire ensemble un avenir meilleur, gage d’une unité et paix durable.  Il peut arriver que l’on se réconcilie, mais il y a des blessures internes qui peuvent être dues aux mauvaises choses passées auparavant. C’est pourquoi une vie en paix impose une guérison. Cette dernière peut amener le développement et la paix.

Noêlla Kyamutsongeri

Noêlla Kyamutsongeri

Parlant de la reconnaissance de la minorité, Mlle Noëlla a insisté sur le fait que la réconciliation doit aussi passer par la reconnaissance de la minorité et la prise en considération de ses idées. Ainsi les jeunes doivent s’interdire de préjugés en vue d’une réconciliation réussie.

Les jeunes ont été regroupés en deux carrefours celui des jeunes du Rwanda et l’autre pour ceux du Congo. Ces jeunes ont réfléchi sur des questions cherchant à de celer les sources de leurs conflits et ont proposé des pistes de solutions.

A ce sujet, les jeunes ont égrené des sources de conflits en l’occurrence : mauvaise analyse et mauvais enseignement de l’histoire ;  mauvaise transmission de l’information ; corruption ;  pauvreté ; conceptions reçues de la part des parents; guerres récurrentes soutenues par certains voisins; rumeurs et  préjugés; instrumentalisation et  manipulation des jeunes.

Eu égard à cette situation, les jeunes ont proposé des pistes de solutions à savoir : bien analyser les faits historiques; ne pas considérer toutes les informations comme vraies ; lutter contre la corruption ; sensibiliser  la jeunesse à l’amour, du travail; à la crainte de Dieu et au respect de l’être humain; promouvoir la réconciliation et le pardon; multiplier les rencontres et/ou séminaires entre les jeunes chrétiens du Rwanda et ceux de la RD-Congo ; lutter pour le changement de mentalité et promouvoir l’amour.

De ce travaux en carrefours, les jeunes ont formulé quelques suggestions et  recommandations à savoir:  avoir la culture du pardon et de l’unité, gage d’une paix durable; promouvoir la collaboration entre les jeunes; lutter contre les antivaleurs, obstacles une paix durable ; organiser régulièrement des séminaires, des formations sur la paix et la réconciliation ; promouvoir les activités culturelles, sportives et scientifiques entre les jeunes du Rwanda et ceux de la RD-Congo;  créer un comité de pilotage pour pérenniser les acquis de cette rencontre.

Rév. Baleke et Noêlla reçoivent LE GRAND ESPOIR

Rév. Baleke et Noêlla reçoivent LE GRAND ESPOIR

Pour qu’on mette fin au trafic d’armes et à l’exploitation sauvage des jeunes, les participants ont pensé qu’il faut un engagement de tous pour lutter contre ces abus.

Séance tenante, le Professeur NELSON, a distribué la littérature Chrétienne à tous les participants, il s’agit d’un livre intitulé  » LE GRAND ESPOIR ». L’auteur de ce livre de 473 pages,  (Ellen G. White)  présente un regard révélateur sur qui va gagner la bataille entre le bien et le mal.

Témoignages de certains participants

Impressionné par l’activité, Mr NICO  FAUSTIN témoigne : « Je suis natif  du Rwanda est  ma plus grande joie est de me retrouver aux cotés des jeunes congolais à la recherche de la paix. Le problème de la cohabitation pacifique et la consolidation de la paix entre les Jeunes congolais et Rwandais nous tient en cœur. Nous sommes traumatisés  et  vivons dans un monde  sans espoir d’avoir un jour la paix entre ces deux pays, mais comme la Jeunesse  tient la balle au bond pour mener à bon port le bateau de la réconciliation et de la paix, il y a lieu d’espérer ».

Pour le congolais AKSANTI BAHATI Joseph : Avant de découvrir aujourd’hui que la Jeunesse est une force,  j’avais une grande confusion en ce qui concerne l’identité.  Je m’engage à prendre la décision de faire la paix, et de chercher la paix et rien que la paix.

Chorale des jeunes de club de paix

Chorale des jeunes de club de paix

Signalons que les travaux de cet atelier ont été agrémentés par la chorale de club de paix de la paroisse CBCA Osso Kato. Les participants étaient sélectionnés dans diverses confessions religieuses. Ainsi, les presbytériens, les pentecôtistes, les baptistes, les adventistes, les anglicans et les catholiques ont été édifiés et se sont engagés à être des ambassadeurs de paix au sein de leurs églises respectives.

 

                               Par Noëlla Kyamutsongeri

                                                           Sous la supervision de Me KAMBALE SONDIRYA Christian

 

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *