Le Président et Représentant légal de la CBCA réconforte les chrétiens dans le Poste Beni

Visite BeniAprès une série des massacres perpétrés en ville et dans le territoire de Beni notamment à Ngadi, dans les périphéries de Beni, dans la cité d’Oïcha et ses environs, à Eringeti…. Le Président et Représentant Légal de la CBCA a vu la nécessité de se rendre lui-même sur le lieu pour manifester sa solidarité et compatir avec les habitants et les chrétiens du Poste CBCA Beni.
Dans son message, il a souligné que, bien que la présence physique ne vaut pas la profondeur de la douleur que ressentent les survivants qui ont perdu plusieurs de leurs dans ces événements macabres et qui n’ont plus à manger…, le Saint Esprit dans son action a la possibilité de rendre cette visite significative et il a souhaité que celle-ci parvienne aux concernés comme un signe de consolation par le fait de comprendre que malgré tout ce qui est arrivé, Dieu reste Dieu et qu’il ya une marmaille des personnes qui les portent en cœur.
C’est dans ce cadre que le 29 Décembre 2014 le Président communautaire, Rév.Dr Kakule MOLO s’est rendu sur Beni en se faisant accompagner des Rév. Pasteurs Surveillants du Poste Katwa et Maboya pour représenter toute la communauté de la CBCA, ses cadres et tous ses fidèles. Le 1er Janvier, le Président a célébré le culte de la Bonne année à la Paroisse CBCA Manzali/Oïcha où il a rencontré toute une marmaille des fidèles et d’autres survivants des massacres qui se sont refugiés dans la cité d’Oïcha. Pendant ce culte, il a donné son message de réconfort, tout en soulignant qu’il bénit Dieu de lui avoir accordé l’opportunité de voir par ses yeux les survivants, et que pour lui, c’est un jour très important de se trouver en famille après ces douloureux événements. Après le culte, la délégation s’est rendue à ERINGETI où elle a rencontré plusieurs personnes qui ont échappé à la mort.
Dans un cadre plus particulier, le président et sa délégation s’est entretenu avec deux survivants: le premier c’est un homme qui a été poignardé après avoir  été emporté dans la brousse par les rebelles. Dans ses propos, il a raconté qu’ils étaient au nombre de 10 civiles qui avaient été capturés et obligés de transporter les biens pillés à Eringeti par ces rebelles. Arrivés loin dans la brousse, ces assaillants ont décidé de les tuer tous afin de continuer la route seuls pour que leur cachette ne soit dévoilée. C’est alors qu’ils ont commencé à tuer l’un après l’autre par des armes blanches et à son tour, il a été poignardé, il était tombé par terre et avait perdu la connaissance. Pensant qu’il était mort, ils ont continué la route. C’est après qu’il sera ramassé par les militaires de l’armée congolaise FADRC pour se réveiller plus tard entre les mains de ces derniers qui lui ont raconté qu’il était le seul trouvé encore vivant parmi les 10 kidnappés.
La deuxième personne qui a partagé son témoignage au Président est une femme épouse de l’un des évangélistes de l’une des Paroisses de la CBCA basée à Eringeti. Pour son cas, les rebelles sont arrivés et ont commencé à tirer à l’air. Du coup, l’évangéliste s’est évadé de la maison et quelques minutes après, les rebelles sont entrés dans la maison menaçant la femme en lui demandant de leur montrer où se trouvait son époux qu’ils citaient même par son nom, preuve qui montre qu’il était ciblé. C’est alors qu’elle sera frappée sans contrôle à la machette, blessée aux pieds et à la jambe lorsqu’elle essayait de s’expliquer. Heureusement pour elle, ils sont partis sans l’éliminer bien que grièvement blessée.
C’est avec un sentiment plein de chagrin et de tristesse qu’on écoute les survivants, chacun ayant une douloureuse histoire plus particulière qui décrit comment ils ont échappé, perdu plusieurs familiers et amis…  a renchéri le Président, dans une interview qu’il accordé à la presse de la CBCA. Il a montré dans son observation que, lorsque on est à Oïcha on peut ne pas bien comprendre l’impact de ces faits, mais  quand on continue vers KOKOLA, MAIMOYA, Eringeti, les villages sont devenus déserts et ne sont plus comme au moment où les routes étaient tellement fréquentées par la population dans leurs activités régulières des champs, marchés , camions transportant des vivres… Le petit nombre de ceux qui sont restés dans ces villages sont concentrés le long de la route et à moins d’un km, on ne peut pas voir même une seule personne car la terreur s’est étendue, et donc la population n’a plus accès aux champs par crainte d’être massacrée. Les maisons, les écoles, les églises sont abandonnées et d’autres commencent à se détériorer car inhabitées, les herbes poussent partout car personne n’y pense. Seuls les militaires de l’armée congolaise se trouvent le long de la route pour assurer la sécurité, mais on se rend compte que s’ils ne sont pas bien encadrés, et donc, ils risqueront de devenir un autre danger pour le peuple.
Par rapport à la question économique et sociale, il y a problème des soins médicaux et d’alimentation. A présent il s’observe que la nourriture qui est consommée dans ces endroits coûte très cher maintenant et qu’il s’agit ici de celle qui était gardée dans des dépôts avant les massacres. C.à.d., bientôt la famine risque de frapper le territoire surtout que la population n’a plus accès aux champs pour s’approvisionner en vivres. Que va faire la CBCA ?Comme église, la CBCA réfléchit déjà sur les mécanismes de voir comment elle pourra faire un geste dans ce sens. Jusque là, elle a pu aider quelques personnes en grandes difficultés lors de la visite du Président. Elle préconise faire quelque chose de plus pour les femmes veuves qui ont perdus leurs maris lors de ces massacres. Le président Dr. Kakule Molo a demandé qu’on puisse les recenser pour que l’église arrive à voir dans quelle mesure elle pourra les assister. « Nous continuerons à prier, à réfléchir et à poser des actes selon que Dieu nous bénira pour que nous arrivions à apporter notre assistance », a conclu le Président et représentant légal de la CBCA.Pleurez avec ceux qui pleurent nous dit la Bible

1 réponse

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *