Le nouveau leader de la CBM fait sa première rencontre avec la nouvelle équipe dirigeante de la CBCA.

La première rencontre du nouveau patron de la CBM (Canadian Baptist Ministry) avec l’équipe de nouveaux leaders de la CBCA accompagnée de tous les directeurs de départements a eu lieu ce 24 Mai 2018 à Gisenyi au Rwanda, dans le cadre d’une prise de contact entre les dirigeants de ces deux institutions. A l’occasion, le vice-président Représentant Légal de la CBCA, le Rév. KILUMBIRO, présenté la situation générale du contexte sécuritaire dans tous les rayons d’action de la CBCA. Il a invoqué le grand défi auquel la population fait face actuellement, le phénomène kidnapping qui est devenu monnaie courante dans tout le Nord Kivu, viols, massacres, etc, phénomènes qui déstabilisent et sèment la terreur au sein la population entière. Il a ensuite évoqué la vision de la reforme dans la CBCA, une nouvelle approche financière qui est en train d’être promulguée dans tous les postes ecclésiastiques et ses différents secteurs de santé, éducation et développement, dans l’objectif de redynamiser ses ressources financières. EN réponse à la question lui adressé par le N°1de la CBM « Qu’est-ce qui vous donne la plus grande joie dans l’exercice de vos fonctions », il a conclu en disant que la vocation pour servir le SEIGNEUR fait sa grande fierté.
Chaque directeur a présenté en bref le condensé de ses activités, statistiques, impact etc. Prenant la parole, le Secrétaire Communautaire Me Christian Sondirya, il a évoqué les activités et initiatives qu’organise l’église à travers son programme de Justice Paix et sauvegarde de la Création JPSC, pour faire face aux difficultés liées à la corruption en RDC, dissimuler les stéréotypes liés à la discrimination et lutter pour la cohabitation pacifique, la culture de paix et de Justice dans toute la partie EST de la RDC.
Du département de l’Education, le Directeur du Département Mr Kasereka Lutswamba a présenté les statistiques des écoles cogérées par la CBCA et l’Etat Congolais. La CBCA gère actuellement 723 écoles au total dans le Nord et le Sud Kivu. Le directeur a donné une observation selon laquelle 80% d’écoles en RDC sont gérées par les églises, pour dire que s’il n’existe pas d’église dans ce pays, alors il n’y aurait pas d’éducation. Il a également présenté les bienfaits de nouvelles méthodes pédagogiques, les critères et qualités d’enseignement, leadership et les valeurs chrétiennes promus dans ces écoles ; mais également la nouvelle approche de l’aumônerie, programme qui sépare l’aumônier de l’enseignant de religion dans une école.
Selon différents témoignages à sa possession, plusieurs élèves échouent à l’école non parce qu’ils ne sont pas fort mais parce qu’ils ont beaucoup de problèmes, traumatisés, sans aucune assistance psychologique d’écoute. Ce programme psycho-sociale auquel l’aumônier répond à l’école, est en train d’apporter des fruits tant physique qu’au niveau intellectuel.
Le grand défi est que, les frais scolaires sont payés par les parents des élèves, pourtant confrontés à ce défi de contexte de guerre. Le plus souvent les filles sont vulnérables car les parent qui se trouvent en difficulté de prendre tous les enfants en charge se font un choix de sexe et les filles sont victimes. Le département d’éducation dans la CBCA lutte beaucoup pour donner plus de chance aux filles actuellement avec ces différents approches.
Parlant de la santé, le Directeur du Département de la santé a fait savoir que la CBCA prend généralement le 1/3 de structures sanitaires dans le KIVU. Il a également évoqué l’initiative de la mutuelle de santé dans la CBCA, à la portée de toute la communauté pour permettre l’accès facile aux soins pour tous. Parlant du programme smile-train, programme qui consiste à la réparation gratuite de fentes palatines. Plusieurs personnes en sont déjà bénéficiaires et d’autres attendent encore dans différents provinces. La CBCA est privilégié d’avoir des spécialités chirurgiens et anesthésistes pour ces cas spéciaux. Ce programme intervient comme un sauvetage pour plusieurs familles bénéficiaires qui en témoignent la satisfaction et la reconnaissance.
La directrice du Département Femme et familles a parlé du chiffre de femmes dans la CBCA, élevé à 118000 femmes repartis sous différentes couches d’opportunités et de vulnérabilité. Elle a parlé du programme d’affermissement et évangélisation, de Centres de récupération des femmes, de la Marginalisation, viols sexuels dans les milieux ruraux, de la gestion des enfants issues des viols, enfants non acceptés dans les familles et dans la société, etc. pour sa contribution en réponse à ces défis, ce département Femme et Famille prend en charge au niveau de scolarisation 158 enfants malnouris à Maboya (grand défi), l’éducation de leaders de femmes dans différents postes car 60% de femmes dans la CBCA sont analphabètes. Dans le cadre de l’auto prise en charge, plusieurs associations de coopératives villageoises sont organisées dans différents secteurs.
Le Directeur du Département de la Diaconie et Développement à son tour a parlé de la nouvelle philosophie qui est celle de Quitter de la diaconie de dépendance à la diaconie d’auto-prise en charge. Il se focalise sur la formation, les distributions de kits et matériels de facilitation dans différents projets, la transformation de produits alimentaires etc. Il assiste dans différents projets, les démobilisés, les personnes vivants avec handicapes, les enfants de la rue, les personnes traumatisés, les pygmées et albinos, déplacés de guerre, etc.
Au nom de toute sa délégation en provenance du Canada et de l’AEBR Rwanda, le nouveau leader de la CBM stupéfait de tout ce qui lui a été raconté, a encouragé la CBCA dans toutes ses initiatives, tout en promettant de continuer à travailler dans la franche collaboration bien consolidé d’organiser une visite spéciale dans la CBCA à Goma l’année 2018. Le Rév. Dr Gato, ancien Représentant Légale de l’AEBR a clôturé a séance par un mot d’encouragement et de soutien en prière quant à ce qui concerne l’insécurité dans l’EST de la RDC avant de conclure par une prière.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *