Le ministère pastoral de la femme, une réalité encore défiante !

Les femmes et les hommes appréhendent tous différemment la question de l’intégration de la femme non seulement dans la société (la famille, l’église…), mais également dans les différents domaines de la vie (la vie professionnelle,…). La plupart des femmes est très révoltée quant à cette question, puisqu’elle suppose que les us et mœurs de la coutume, la mentalité… ont depuis trop longtemps bloquées l’ascension de la femme à sa juste place afin de jouir également avec les hommes de ses droits. Quoiqu’il en soit, il est remarquable que, en dépit de certaines résistances malheureusement liées à la coutume, en fait aux us et coutumes, à la mentalité et surtout au conservationnisme,… d’aucuns soutiennent l’idée de voir la femme elle aussi exercer son ministère au sein de l’église au modèle purement féminin.

Il est clair que la femme peut exercer librement et facilement son ministère au sein de l’église, son seul blocage est plutôt lié à elle-même : ses doutes, sa mentalité, sa façon de voir les choses et aussi ses peurs. L’ordination de la femme au ministère pastoral, ne devrait dépendre que de la vocation, la volonté de servir, son dévouement et non pas à son caractère sexuel.  Hommes et femmes, sont tous formés dans les mêmes conditions, avec les mêmes enseignants, l’envoi de tels ou telles autres dans la pastorale devrait tenir compte de cet aspect et bien plus des capacités de chacun et chacune à pouvoir exercer son ministère pastoral car ayant tous les mêmes chances de servir au sein du corps du Christ, id est d’accomplir ses tâches en tant que membres à part entière du corps du Christ peu importe le genre.

L’ordination de la femme dépend de tout point de vue d’une religion à une autre, d’une église à une autre, d’une communauté à une autre ; ce qui implique de ce fait les motivations, les raisons, le fondement biblique, le dogme, les conventions… de chacune d’entre elles. Nonobstant cela, il serait souhaitable pour ces différentes religions de se  conformer aux saintes écritures, si elles sont d’audience chrétienne, sans se laisser influencer par la culture, la mentalité, les us et coutumes,… pour intégrer la femme dans le ministère religieux. Refuser à la femme d’exercer son ministère au sein de l’église tout comme l’homme, est une mesure discriminatoire et l’église ne devrait pas encourager ce genre d’antivaleurs, la discrimination.

Le Révérend Joshua Fizi du District de Bukoba/Tanzanie dans sa visite à la Faculté de Théologie Protestante de l’Université Libre des Pays des Grands Lacs/Goma n’a pas passé sous silence cette question qui actuellement, laisse couler beaucoup d’encre et de salives. Il était accompagné des Révérends Pasteurs Surveillant et Evangéliste du Poste Goma au cours de cette visite effectuée à l’ULPGL/Goma dans les après-midi du vendredi 14 Juin 2019.

Devant les étudiants de la première et deuxième licence, le Rév Joshua n’a pas manqué d’exprimer sa satisfaction à cause de son voyage effectué en RD.Congo, principalement à Goma où il souhaitait depuis très longtemps fouler ses pieds. Notons que cette visite rentre dans le cadre du partenariat d’échange d’expériences entre le Poste Goma et le District de Bukoba/Tanzanie.

Son échange avec les étudiants finalistes de la théologie a essentiellement tourné sur la question de l’ordination de la femme pour le ministère pastoral. Pour en parler, il a commencé d’abord par féliciter toutes les étudiantes inscrites à la faculté de théologie pour le noble choix qu’elles ont faite, tout en les encourageant à demeurer patientes quant à ce qui concerne leur ordination dans la pastorale. En parlant de l’expérience de son pays d’origine, le Rév Joshua a fait savoir à ses interlocuteurs qu’il n’avait pas été aussi simple pour la femme tanzanienne d’intégrer le ministère pastorale puisqu’à l’époque elle était complétement absente de la vie active. Cependant, son endurance et sa détermination lui ont valu aujourd’hui sa place  dans plusieurs autres domaines (religieux, politiques, éducationnels, militaires…). Ainsi, le Rév Joshua a invité toutes les théologiennes à continuer l’œuvre de Dieu dans bien d’autres ministères en attendant le jour où elles pourront enfin exercer leur pastoral au même titre que les hommes ;

Si les hommes et les femmes sont tous formés dans les mêmes conditions à la faculté de Théologie, d’aucuns continuent à se demander ce qui pourrait bien empêcher les femmes à bien exercer le même ministère que font les hommes ! Et même si bien plus qui s’y opposent tergiversent encore, la problématique demeure, faut-il intégrer la femme dans le ministère pastoral ou pas ? Comme l’aurait dit le Rév Joshua dans son speech, l’ordination de la femme dans le ministère pastoral est comme un grand tourbillon que l’on ne saurait pas arrêter avec des mains. Il est seulement question de temps avant que tout le monde soit emporté. On aura probablement tous compris que ni le choix ni la vocation de Dieu ne dépendent pas du genre !

 

 

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *