Journée Scientique à l’ULPGL: L’Evangile de la prospérité, regards croisés

Chaque année, les différentes facultés de l’Université Libre des Pays des Grands Lacs/Goma organisent chacune une journée scientifique où non seulement l’on expose les produits de la crème scientifique, entre autres ouvrages, bulletins, revues… dernièrement parus, mais également l’on développe différentes pensées sur un thème déterminé selon le contexte et le domaine d’intervention de telle ou telle autre faculté.

Dans ce sens, la faculté de théologie protestante ne s’est pas dérobée à la règle. Comme de coutume, elle a tenu sa journée scientifique en date du 17 Juin 2019 en présence de son corps professoral, professeurs émérites, ordinaires, chefs de travaux, assistants, tous présents, tous les étudiants de la faculté de théologie avec quelques-uns venus d’ailleurs et spécialement avec les pasteurs de la ville de Goma venus du Conseil Urbain des Pasteurs de Goma (CUPAGO). Cette fois encore, la faculté de théologie s’est proposée un thème d’actualité non seulement en ville de Goma, mais on dirait bien partout dans le pays, voire même toute la grande région des grands lacs : « Evangile de la prospérité : Regards croisés ». De 8h°° à 15h°°, les participants ont été très édifiés par quatre brillants exposés auxquels ils ne manquaient pas de réagir avec beaucoup d’engouement.

Le premier exposé présenté par le Professeur Ordinaire Vincent Muderhwa a porté sur un sous-thème intitulé « Dieu et Mammon – deux cultes inconciliables : quel fondement biblique de l’évangile de la prospérité ? ». Dans son exposé, l’orateur a d’abord démontré des contours de cet évangile de la prospérité en soulignant qu’en dépit du fait que les enseignements de la théologie de la prospérité ne soient pas systématisés, le noyau qu’on peut y déceler, c’est qu’avec le salut, la prospérité forme comme une corde à trois brins, 1) le pardon des péchés, 2) la santé et 3) la richesse. C’est-à-dire qu’on ne peut prétendre accéder au salut que si les trois composantes sont réunies. Par ailleurs, l’évangile de la prospérité envisage le salut dans la perspective matérialiste et d’après une loi spirituelle selon laquelle si on donne 1$ pour l’évangile on reçoit 100$. Ce qui est requis, c’est tout simplement mettre en œuvre sa foi et déclarer avec autorité que l’on possède déjà les ressources financières garanties par Dieu. Les populations en proie à des souffrances indicibles adhèrent trop facilement aux faux espoirs que procure cet évangile de la prospérité. Cet évangile porte en soi un pouvoir de séduction et d’envoûteme.

Déclarée ouverte par le Recteur de l’ULPGL/Goma, à la fin de la journée, il est lui-même revenu pour sa clôture à la satisfaction de tous les participants.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *