Formation des agents sur le plan de contingence du volcan Nyiragongo

C’était  le Mardi 12 Novembre 2019 que  les agents du Secrétariat Général et ceux du Poste Goma ont suivi une formation sur le plan de contingence du volcan Nyiragongo visant l’objectif d’éduquer les agents sur les stratégies de minimisation des risques lors de l’éruption volcanique. Tout a commencé par l’historique de 1884 jusqu’à nos jours. Il a été souligné que le Nyiragongo est un stratovolcan situé à l’Est de la RDC dans la Branche Occidentale du Système des Rifts Est Africains au point des coordonnées -1,52°, 29,25° ; 3470 m et que plusieurs auteurs ont mené des études  sur l’activité du lac de lave de ce volcan. Le volcan Nyiragongo est l’un des 8 volcans qui se trouve dans la région de Virunga. Sa première éruption avait eu lieu le 10 Janvier 1977 à 10h15’ et avait causé des dégâts sur tous les plans. La  deuxième éruption est intervenue le 17 Janvier 2002.

La formation a été assurée par deux intervenants. Il s’agit de Mr Célestin KASEREKA MAHINDA, Chercheur Volcanologue et Directeur Scientifique de l’Observatoire Volcanologique de Goma (OVG) et  Mr DONAT MALEMO Chargé de la Diaconie dans la CBCA.

Le  premier intervenant a axé son propos  sur l’évolution du Volcan Nyiragongo depuis 1884 jusqu’à nos jours. Ses explications étaient appuyées par des images. Il a rassuré son auditoire qu’actuellement le volcan est stable. Pour cela, il a demandé à la population d’être toujours éduquée sur la façon de vivre avec les volcans actifs des Virunga.

Cependant, pour atteindre toutes les couches,  on doit cibler les écoles, les autorités politico administratives, le Monde Humanitaire, les services étatiques et para-étatiques, les mouvements associatifs, etc.

Et le deuxième intervenant a exposé sur le processus d’élaboration du plan de contingence et  d’évacuation en cas de probable éruption volcanique. Dans son intervention, il a donné la stratégie de mise en œuvre du plan de contingence selon trois phases notamment : avant, pendant et après la crise.

En ce qui concerne la première phase, il s’agit ici de sensibiliser et d’éduquer la population en vue d’un changement de comportement au sein de la communauté ;  promouvoir la surveillance des volcans actifs et éteints,  la prévention par l’information du public, ainsi que la confection des plans sectoriels et l’organisation des exercices de simulation pour anticiper les actions de secours en prévision d’une éventuelle crise volcanique.

Quant à la deuxième phase, les activités sont liées à l’intervention. L’action porte sur la mise en œuvre des plans sectoriels et de secours destinés à assurer la couverture efficiente du risque, même s’il apparaît complexe.

La dernière phase concerne les activités qui sont liées à la réhabilitation ou à la réparation des dégâts matériels. L’adoption et l’exécution des mesures de prise en charge des victimes visent à les  rétablir dans leur dignité humaine.

Ces deux intervenants ont clôturé leurs exposés en recommandant aux agents du Secrétariat Général de la CBCA de ne jamais paniquer lors de l’éruption. Il faut plutôt suivre les instructions données par les autorités.

la rédaction

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *