Présentation du Département des Finances

Qui sommes – nous ?

Mr MIRINDI  KASHIKA Trésorier Communautaire et Directeur du Département des Finances

Mr MIRINDI KASHIKA
Trésorier Communautaire et Directeur du Département des Finances

Le département des finances, dirigé par le Trésorier Communautaire,  est  l’un des 8  départements actuels de la CBCA qui, selon l’art 110 du ROI, est chargé de mobiliser et de gérer les ressources matérielles et financières sous la supervision du Président et Représentant Légal.

Pendant les séances de développement organisationnel organisées par le département, ce dernier a été défini comme :  « un service de mobilisation et de gestion des ressources matérielles et financières  agissant en tant que structure de la CBCA chargée de la gestion de ses finances, respectant la chose communautaire et veillant à l’orthodoxie en tant que répartiteur des ressources selon Actes 6 :1-3 »

 Aperçu historique

L’histoire du département des finances est liée avec celle de la CBCA. En effet, ce département est parmi ceux-là qui remontent de l’origine de la CBCA, à l’instar de celui de l’Evangélisation et de la Diaconie. Les finances ont toujours constitué un recours de la CBCA aussi bien pour sa survie que pendant toutes les péripéties que la Communauté a connues et lesquelles étaient réglées par les moyens financiers gérés par ce département.

Les statuts et le ROI le reconnaissent comme le département devant mobiliser et gérer les finances et les biens de la CBCA, cfr art 110 du ROI.

Les personnes ci-après ont dirigé ce département comme trésoriers communautaires :

  1. Mr MUHINDO MWANAW’EKA BIGHANZIRE  Henri: de 1969 à 1971
  2. Mr MUHINDO TAYISWIKA Pierre : de 1971 à 1976
  3. Rév MUHINDO BIGENZA Joseph : de  1976 à 1996
  4. Mr MIRINDI KASHIKA Michée     : de septembre 1996 à nos jours

Notez que le département des finances a actuellement comme services : la comptabilité, l’intendance et le programme de Mobilisation et Gestion des Ressources (MGR).

Les textes qui régissent le Département Finances

Le département des finances est régi selon les textes légaux et réglementaires ci-après :

–          Statuts CBCA

–          ROI CBCA

–          Manuel des procédures de gestion des ressources matérielles et financières

–          Décisions et/ou résolutions de l’Assemblée Générale et Comité Exécutif

–          Résolutions du Conseil de Bureau

–          Loi sur la gestion des finances en RDC

Parties prenantes

Niveau interne

Le Département des finances a comme autres acteurs avec lesquels il est en relation, notamment :

–          les organes de gouvernance : Assemblée Générale, Comité Exécutif, Assemblée de Poste, conseil de gestion et/ou d’administration des unités de gestion

–          les organes de gestion : la Représentation Légale (COBU), les bureaux de Postes et les directions des projets et/ou services (CAP, CAPA, CEDERU, PIFI, FOSA, ECP)

  Niveau externe

 Le département des finances est en relation avec :

 a)    Services étatiques (Etat, DGI, DGM, OFIDA,  INSS, INPP, SNEL, REGIDESO, DGRAD, Banques et COOPEC, agences de Voyage, divisions d’Etat,

b)    Différents bailleurs des fonds de la CBCA (PPLM, MEU ( avec Fondation Kivu), 4 Postes et  Districts jumelés (AK – Muku, Hern-  Bukavu, Cologne – Kalungu, Saar West –  Goma), CBM, CFGB, BWA, CETA, Christian AID, OXFAM Quebec, ….

c)    Eglises : ECC, Eglises sœurs

d)    Autres : locataires, ONG (WORLD RELIEF, WORLD VISION,

 Vision du DF

Formation des Comptables en OHADA

Formation des Comptables en OHADA

La  vision du département des finances est :

 « Un service ecclésiastique d’hommes et de femmes engagés dans la mobilisation et gestion des ressources »

 Cette vision du département est en phase avec la vision de la CBCA qui a été adoptée en assemblée générale : « Transformés pour le changement par la Parole et l’action»

 Mission du DF

Le département de finances s’est fixé comme mission de :

« Soutenir matériellement et financièrement l’œuvre évangélique de la CBCA »

Valeurs du DF

Les valeurs du Département des finances sont :

–          Honnêteté

–          Conscience professionnelle

–          Crédibilité

–          Légalité

–          Equité

–          Orthodoxie

–          Transparence

–          Discrétion

D’où venons-nous ?

Grandes réalisations

Les réalisations budgétaires ci-après ont été atteintes depuis l’année 2007 à 2014 et les prévisions ont évolué  accru de  189,82 %. Quant aux réalisations de ces budgets, elles ont accru de 271,12% pour la même période.

En plus de l’organisation régulière des réunions statutaires, nous pouvons citer ci-après à titre exemplatif les actions d’investissement réalisées pendant cette période considérée :

–          acquisition du centre Uhai Kikyo

–          la construction des centres Rudolf

–          la construction du CAP Goma

–          Acquisition du terrain de Lubiriha

–          Achat d’une maison à Kinshasa

–          Reconstruction des maisons jumelées sur l’ancien terrain CAP Tuneko

–          Reconstruction des maisons sur l’ancien terrain de l’économat  et des pasteurs retraités à Virunga

–          Agrandissement du CAP Buturande

–          Construction d’un dépôt et du bureau du CEDERU sur l’ancien terrain Résidence du Représentant Légal

–          Acquisition de plusieurs véhicules de départements et de la présidence communautaire

–          Construction des églises au Rwanda

–          Construction en cours de la grande salle polyvalente à  Goma

–          Carrelage du Secrétariat Général CBCA

–          Construction de la maison diaconale à Katwa

Les échecs

Pendant cette même période de l’accroissement des recettes,  nous avons cependant, selon nous, connu certains échecs dont les principaux sont :

–          60% des pasteurs non encore acquis à l’approche MGR

–          Non maîtrise effective de la gestion des unités de production (exemple les CAP, FOSA…)

–          Participation au fonctionnement de la CBCA  non encore satisfaisante (contribution de plus de 600 écoles avec seulement  3000 $ au fonctionnement du Secrétariat Général de la CBCA, l’initiatrice de celles-ci et bailleur de fonds pour la plupart de ces établissements)

–          Statistiques non encore maîtrisées

–          Les Pasteurs retraités n’ont pas encore bénéficié d’une rente (pension) mensuelle

–          Démocratie à outrance : certains gestionnaires ont tendance à s’approprier les unités de gestion

–          Faible rémunération du personnel à la base, d’où leur instabilité,

–          Patrimoine encore à risque, faute de titres de propriété et

     –  Insuffisance dans la tenue des outils de sécurisation des biens (absence d’inventaires et des états financiers)

Les leçons tirées

Nous avons réalisé que la CBCA fonctionnerait sans beaucoup dépendre de l’extérieur si tous ces investissements déjà opérés seraient gérés et contribueraient convenablement. Tenez. Pour l’année 2014 les dîmes des pasteurs actifs dépassent de 346,53% les fonds reçus de MEU pour les pasteurs retraités. Cela pour dire que si tous les pasteurs contribuaient régulièrement et fidèlement, ce fonds permettrait au Secrétariat de payer mensuellement à chaque pasteur retraité de 25 $.

Quant aux contributions substantielles des unités de production en guise de reconnaissance d’initiation de la CBCA de ces unités, la CBCA serait en mesure d’augmenter d’autres unités et s’étendre sans beaucoup de difficultés.

Où sommes-nous ?

Analyse de l’environnement interne

Les forces du Département des Finances

– Structure organisationnelle et fonctionnelle de la CBCA opérationnelle

– Existence des textes légaux et règlementaires (loi sur les ASBL, Personnalité civile, statuts,  ROI, Manuel des procédures de gestion…)

– Personnel qualifié

– Existence des ressources diversifiées (humaines, matérielles, financières)

– Existence des partenaires

– Participation matérielle et financière communautaires

– Etat congolais favorable à toute initiative privée

Les faiblesses du Département des Finances

– Insuffisance d’application des textes réglementaires

– Faiblesse dans l’administration des sanctions avec tendance d’impunité

– Faible vulgarisation du manuel de procédures de gestion

– Faiblesse du système d’information (rapports, revue)

– Inadéquation entre la population communautaire, les unités de gestion et leur contribution (faible stratégie de  mobilisation financière par les gestionnaires à tous les niveaux)

– Non respect des planifications (persistance des improvisations)

– AGR insuffisantes

– Absence des états financiers

– Absence de bilan consolidé

– Insuffisance de mobilisation des dîmes des pasteurs actifs et des agents

Les défis ou fardeaux du DF

–          guerre récurrente dans la région causant l’insécurité

–          pauvreté

–          aridité du sol dans certains rayons d’action de la CBCA

–          Calamités naturelles

Par Mirindi Kashika

Trésorier Communautaire et

Directeur du Département des Finances