DECLARATION DU 73e COMITE EXECUTIF DE LA COMMUNAUTE BAPTISTE AU CENTRE DE L’AFRIQUE SUR LA SITUATION SOCIO POLITIQUE EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO.

Nous, Membres du Comité Exécutif de la 3e ECC-Communauté Baptiste au Centre de l’Afrique, CBCA en sigle, réunis à Goma, en sa 73ième  session du 27 au 28 février 2020, sous le thème : UN BON DISCIPLE DE CHRIST POUR LA MANIFESTATION DU REGNE, DE LA PUISSANCE ET DE LA GLOIRE DE DIEU (Matthieu 6, 13), avons passé en revue la situation socio politique de notre pays.

Préoccupés par la poursuite des conflits armés, en particulier à l’Est du pays avec comme corollaire la détérioration des conditions socio-économiques des citoyens, en dépit de l’avènement d’un nouveau régime politique après les élections de décembre 2018 ; les Membres du Comité Exécutif, tout en saluant quelque progrès en termes du respect de libertés publiques, relèvent que le climat de méfiance au sein de la coalition politique au pouvoir, risque de fragiliser l’unité nationale chèrement acquise au prix des sacrifices énormes.

En effet, la recrudescence de l’insécurité criante se traduite par les tueries, massacres de populations civiles, les kidnappings et déplacements massifs de centaines de milliers de personnes, particulièrement en territoires de BENI, MASISI, RUTSHURU, SUD-LUBERO au Nord-Kivu ; en territoires de FIZI, les hautes plateaux d’UVIRA, SHABUNDA au Sud-Kivu et en province de l’ITURI. Concernant les massacres commis en territoire de Beni, le nombre de victimes avoisine, hélas, plus de 5000 morts.

Par ailleurs, en dépit de son apport indispensable  dans  la promotion des œuvres sociales, la CBCA subit les effets néfastes de l’insécurité endémique. En effet, la plupart de paroisses situées dans les zones fortement insécurisées se sont vidées de leurs fidèles. A titre d’exemple, le poste ecclésiastique de Beni compte 52 paroisses et 87 chapelles, dont presque la moitié est soit complètement vidée, soit confrontée au sérieux problème de fonctionnement.

En ce qui concerne le domaine de la santé, les membres du Comité Exécutif notent avec satisfaction l’appui du programme gouvernemental de lutte contre la maladie à virus Ebola, il y a lieu de noter que  les structures sanitaires qu’organise la CBCA vivent les effets de la situation d’instabilité sécuritaire de différentes manières.  Dans certains milieux, les médecins sont insécurisés par des messages de menace adressés par les groupes armés (Tinge Maboya, Kabasha, etc.) et même les éléments des FARDC (Kitsombiro). Le Médecin du Centre de Santé Mangango à Beni a été Kidnappé par des groupes armés. Le Centre de Santé Bayeti situé en territoire de Beni a fermé ses portes suite à l’insécurité généralisée et d’autres structures de santé fonctionnent au ralenti à cause des pillages intempestifs par des groupes armés. Aussi, la plupart de structures de santé situées en milieu rural ne sont pas intégrées dans le système de santé et ne bénéficient pas des avantages de l’Etat, pourtant elles rendent d’énormes services à la population.

Sur le plan éducatif, tout en saluant la politique de la gratuité de l’enseignement prônée par le Gouvernement et le paiement des enseignants Non payés, les Membres du Comité Exécutif notent cependant plusieurs défis quant à son application. Au nombre de ces défis, on peut citer notamment :

  • Le non-paiement « des NU » (Nouvelles Unités) et des agents d’appoint dans les écoles (huissiers, sentinelles, secrétaires, ….) qui jadis étaient pris en charge par les parents mais qui ne sont plus payés ;
  • Les frais de fonctionnement des écoles jadis supportés par les parents posent problème surtout au niveau Maternel et Secondaire ;
  • Les projets initiés par les parents au profit des écoles restent en souffrance (construction, réhabilitation, équipement, infirmerie, bibliothèque, …) ;
  • Le mécontentement et la démotivation des enseignants NU, voire certains enseignants payés, conduisant au mouvement des grèves sèches.

Au vu de ce qui précède, les membres du Comité Exécutif formulent les cris de populations victimes de violence à l’Est du pays et plaident en faveur de l’instauration d’une société plus juste, selon les principes du Royaume de Dieu, en l’occurrence la justice, la paix et la joie (Romains 14, 17), en exhortant :

  1.  Aux institutions de la République

Exhortent respectueusement son Excellence Monsieur le Président de la République et Chef de l’Etat :

  • D’accélérer les efforts d’éradication des groupes armés tant nationaux qu’étrangers opérant à l’Est du pays, à travers le renforcement des capacités opérationnelles de forces armées et la mise en place d’une stratégie globale de désarmement ;
  • De poursuivre la réforme des services de défense et de sécurité, afin de les rendre plus professionnels et respectueux des droits Humains, ainsi que d’assainir davantage le corps judiciaire de notre pays ;
  • De renforcer les mesures de lutte contre la corruption dans toutes les provinces.

Au Gouvernement :

  • De prioriser les provinces sinistrées de l’Est dans les programmes socioéconomiques et de développement du Gouvernement, afin de recréer la confiance entre les dirigeants et le peuple, et renforcer la cohésion nationale ;
  • D’initier le mécanisme de dénicher les auteurs des kidnappings qui retirent les rançons par la messagerie téléphonique ;
  • D’améliorer la mise en œuvre de la gratuité de l’enseignement en prenant en charge tous les enseignants Nouvelles Unités et le personnel d’appoint qui doivent être payés au même titre que les autres car offrant des loyaux services à la nation ;
  • D’insister sur le respect de la Convention entre l’Etat et les confessions religieuses relatives à la gestion des écoles et des structures sanitaires.

Au parlement :

  • De mener un contrôle parlementaire rigoureux afin de mettre fin à la corruption et à l’impunité des violations de droits humains.
  1. A la Communauté internationale
  • Que la Cour pénale internationale lance des mandats d’arrêt contre les auteurs de crimes de génocide et crimes contre l’humanité commis à l’Est de la RDC, en particulier en territoire de Beni.

 

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *