DECLARATION DELA 40e ASSEMBLEE GENERALE DE L’ECC 3e COMMUNAUTE BAPTISTE AU CENTRE DE L’AFRIQUE (CBCA) SUR LA SITUATION AU PAYS.

Nous, Membres effectifs de la 3e Communauté Baptiste au Centre de l’Afrique, CBCA en sigle, réunis à Goma, en sa 40e session ordinaire de l’Assemblée Générale, du 24 au 26 Juillet 2019, sous le thème : Devenir disciple et faire de disciples (Matthieu 28 : 18-20) avons passé en revue la manière dont Dieu appelle et envoie ses serviteurs pour le bien-être de son peuple, en dépit de défis auxquels ce dernier est confronté.

Encouragés par l’alternance du pouvoir au sommet de l’Etat au travers l’organisation des élections présidentielle, législatives et provinciales du 30 décembre dernier, ainsi que la mise en place de nouveaux animateurs dans les institutions provinciales ; les Membres Effectifs constatent néanmoins une incertitude quant à la situation générale du pays sur le plan politique, sécuritaire et socio économique.

En effet, sur le plan politique, les Membres Effectifs de la CBCA ont salué les mesures visant la décrispation politique prises par le Chef de l’Etat, en l’occurrence la libération des prisonniers d’opinion et le retour des exilés politiques. Ils ont également noté avec satisfaction des efforts tendant à rendre effectif l’exercice des libertés publiques, telle que la liberté de manifestations publiques longtemps bafouées.

Cependant, le retard accumulé dans la mise en place du gouvernement central suscite beaucoup d’inquiétudes et freine la bonne marche de l’Etat dans plusieurs secteurs.

Sur le plan sécuritaire, la situation reste volatile dans plusieurs contrées. La population du territoire de Beni n’a pas encore cessé d’enterrer ses morts sauvagement assassinés par les présumés ADF, en dépit du déploiement des unités des forces armées nationales et des forces onusiennes. Le même climat de détresse s’observe en province de l’Ituri et au Sud-Kivu dans les plateaux d’Uvira et de Fizi où les populations vivent le calvaire ; des milliers de personnes, criant au secours, sont contraintes de fuir leurs demeures pour sauver leur vie !   Malgré les cris de la population, l’on constate la recrudescence de cas d’enlèvement, de tueries et de prise d’otage à Goma, en territoire de Rutshuru, sur l’axe routier Goma-Butembo et dans la plaine de Ruzizi, sous le silence des autorités publiques. Les kidnappeurs n’usent que des téléphones portables pour récupérer les rançons qu’ils imposent aux victimes.

Sur le plan socio économique, tout en encourageant les efforts d’électrification en territoire de Rutshuru et dans la ville de Goma, les membres effectifs ont noté cependant que  le contexte sécuritaire déplorable a une incidence sur la situation socio économique des populations. Les enlèvements et prise d’otage, les pillages des ressources du champ, les déplacements massifs des populations dans les zones en proie à l’insécurité, suivis de l’exode rural, l’état de délabrement des routes nationales et de desserte agricole, ainsi que l’enclavement de plusieurs villages notamment en territoires de Shabunda, de Fizi au Sud-Kivu et de Walikale au Nord-Kivu sont autant de facteurs qui aggravent la situation socio économique des populations laissées pour compte. En outre, tout en saluant l’implication du Gouvernement de la République, ainsi que l’appui de partenaires dans la riposte contre l’épidémie à virus Ebola, cette dernière demeure une sérieuse menace.

Au regard de cette situation, les membres effectifs sont conscients de l’impérieuse nécessité de voir s’établir dans notre pays une gouvernance juste qui puisse répondre aux multiples défis de la société congolaise. Selon que déclare le Sage : « Quand les justes se multiplient, le peuple est dans la joie ; quand le méchant domine, le peuple gémit. » (Proverbes 29 : 2) ;

Convaincus qu’il est du devoir de l’Eglise d’encourager le changement au travers le vécu des valeurs évangéliques et de multiplier les disciples ;

Les Membres Effectifs de l’Assemblée Générale recommandent :

 

  1. Aux institutions de la République

Exhortent respectueusement son Excellence Monsieur le Président de la République et Chef de l’Etat :

  • D’initier des actions à impact visible notamment dans le secteur social et celui de la sécurité comme des signaux forts qui marquent le changement et la rupture avec le passé ;
  • De mettre en application les stratégies nationales anti corruption, telles qu’élaborées lors du forum national sur la lutte contre la corruption, tenue à Kinshasa au Palais du Peuple du 16 au 19 décembre 2009 ;
  • De prendre des mesures courageuses pour le redressement de la justice congolaise éclaboussée par les ingérences politiques et les accusations de corruption.

Recommande au parlement :

  • D’amorcer la réforme du processus électoral et de la CENI pour  rendre  cette dernière plus crédible, en tenant compte de la représentation paritaire majorité au pouvoir, opposition politique et société civile apolitique ;
  • D’instituer la culture de rédévabilité et de transparence dans la gestion des affaires de l’Etat et de veiller scrupuleusement au contrôle parlementaire.

Recommande au prochain Gouvernement :

  • De mettre tous les moyens en œuvre pour que la paix et la sécurité soient rétablies à l’Est de notre pays ;
  • D’élaborer un plan de reconstruction et de relance économique des provinces sinistrées du Nord et Sud-Kivu, ainsi que l’Ituri ;
  • De s’atteler prioritairement au secteur de l’éducation, de l’agriculture, de la santé, de l’emploi et la réhabilitation des routes nationales et de desserte agricole lors de l’élaboration du projet de lois de finances, afin d’améliorer les conditions de vie des citoyens ;
  • D’accorder des facilités administratives et fiscales aux confessions religieuses qui participent au développement de la Nation à travers les œuvres sociales ;
  • Assurer une bonne réglementation du secteur de transport afin de lutter contre les tracasseries et la mégestion des recettes du FONER ;
  • D’engager le pays vers une diplomatie active afin de bénéficier des fonds crédit carbone à la hauteur du potentiel forestier de la RDC et des enjeux climatiques.

 

  1. A la Communauté internationale

 

  • Que la Communauté internationale puisse donner priorités aux Provinces du Nord-Kivu, du Sud-Kivu et de l’Ituri, en tant que zones sinistrées et qu’une aide humanitaire conséquente soit accordée aux populations meurtries de ces provinces ;
  • Face au drame des massacres perpétrés contre les populations civiles à Beni, que la Cour Pénale Internationale puisse diligenter des poursuites judiciaires contre les auteurs des crimes contre l’humanité.

 

  1. Aux confessions religieuses
  • De conjuguer leurs efforts pour assurer le contrôle citoyen de l’action des pouvoirs publics, gage d’une véritable démocratie ;
  • Devant la gravité de l’épidémie à virus Ebola, que les leaders de confessions religieuses s’impliquent activement à sensibiliser les fidèles sur la riposte contre ce fléau et qu’une synergie d’actions soit mise en place à cet effet.
  1. Recommande à la classe politique :
  • D’aplanir les divergences et se focaliser sur l’intérêt général du peuple congolais afin qu’aboutissent le plus tôt les tractations pour la formation d’un gouvernement dont les animateurs doivent répondre aux critères de probité, d’honorabilité, d’excellence et de patriotisme ;
  • Que l’opposition politique joue un rôle véritablement républicain et que les regroupements politiques composant la majorité au pouvoir lui assurent le respect de ses droits constitutionnels au sein des chambres parlementaires.

Fait à Goma, le 26 Juillet 2019

  Pour la 3e ECC/Communauté Baptiste au Centre de l’Afrique

 

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *