DECLARATION DE LA 38e ASSEMBLEE GENERALE DE L’ECC/ 3e COMMUNAUTE BAPTISTE AU CENTRE DE L’AFRIQUE (CBCA)

« Le peuple souffre et pousse des cris de détresse ! »

« Jusqu’à quand, oh Eternel ?…… J’ai crié, et tu n’écoutes pas ! J’ai crié vers toi à la violence, et tu ne secours pas ! Pourquoi me fais-tu voir l’iniquité, et contemples-tu l’injustice ? Pourquoi l’oppression et la violence sont-elles devant moi ? Il y a des querelles, et la discorde s’élève. Aussi, la loi n’a point de vie, la justice n’a point de force ; Car le méchant triomphe du juste, et l’on rend des jugements iniques. » (Habacuc 1, 1-4).

En ces temps de cris et de détresse, nous, Membres effectifs de la 3e Communauté Baptiste au Centre de l’Afrique, CBCA en sigle, nous nous sommes réunis à Goma, en la 38e session ordinaire de l’Assemblée Générale, du 22 au 26 aout 2017, sous le thème : « Le Seigneur appelle et équipe ses serviteurs pour accomplir son œuvre ». A cet effet, nous avons passé en revue la manière dont Dieu choisit et équipe ses serviteurs pour le bien-être de son peuple, en dépit de défis auxquels ce dernier est confronté.

Alors que le peuple avait été enthousiasmé par la signature de l’Accord politique de Saint Sylvestre, le peuple voit l’espoir se dissiper du jour au jour au regard de la dégradation de la situation politique, sécuritaire et économique du pays.

En effet, tout en saluant la volonté des animateurs politiques d’avoir organisé en fin 2016 le dialogue politique inclusif en vue de désamorcer la crise politique au pays, il s’observe cependant le retard dans la mise en œuvre dudit Accord.

Sur le plan politique, il s’observe l’absence du consensus autour des échéances électorales à venir et d’un calendrier électoral, la restriction de l’espace démocratique, des droits et libertés, la non application des mesures de décrispation politique.

Sur le plan sécuritaire, la recrudescence des groupes armés, les massacres dans les provinces du Kasaï, dans le Nord et Sud-Kivu, les déplacements massifs des populations fuyant l’activisme des milices, des assassinats, enlèvements et prise d’otage sont récurrents.

Sur le plan économique, nous assistons à la hausse des prix des biens de première nécessité due à l’inflation toujours galopante, ce qui exacerbe la paupérisation de la population, l’inaccessibilité aux champs due à l’activisme des milices et groupes armés, particulièrement dans les territoires de Rutshuru, Masisi, Lubero  et Beni ; le chômage des jeunes les exposant à l’instrumentalisation des seigneurs de guerre, et l’exploitation incontrôlée des ressources naturelles.

Conscients de la mission prophétique de l’Eglise et convaincus que notre pays est un don merveilleux de Dieu, appelé à être prospère et que la classe politique doit travailler pour son épanouissement et l’intérêt de tous ; l’Assemblée Générale recommande ce qui suit :

  • Aux institutions de la RDC
  • Que le Chef de l’Etat, en tant que garant du bon fonctionnement des institutions du pays, puisse tout mettre en œuvre pour la mise en application effective de l’Accord politique conclu en date du 31 décembre 2016 sous la médiation de la CENCO ;
  • Que le Gouvernement de la République prenne des mesures pour la libération de tous les prisonniers politiques et d’opinion dans le cadre de la décrispation politique, tel que conclu dans l’Accord du 31 décembre 2017 ;
  • Que le parlement s’attèle à voter, dès l’ouverture de la session de septembre, les lois essentielles pour la tenue prochaine des élections crédibles ;
  • Que la Commission Electorale Nationale Indépendante rende public, dans un bref délai, le calendrier électoral prévoyant l’organisation des élections présidentielle et législatives, avant la fin de l’année 2017, tel que prévu par l’Accord politique sus évoqué ;
  • Que le Gouvernement s’implique efficacement dans la protection des populations et leurs biens, que les auteurs des violations graves des droits de l’Homme soient traduits en justice et que les victimes soient intégralement indemnisées ;
  • Que le Gouvernement mette en œuvre des mesures efficaces visant à stabiliser le taux de change de la monnaie nationale et l’assainissement du climat des affaires en vue de la création de l’emploi pour la jeunesse.

 

  • A la communauté internationale
  • Que les forces de la MONUSCO s’activent à accompagner les forces armées régulières dans la traque des forces négatives et de protéger la population civile conformément aux Résolutions pertinentes du Conseil de sécurité de l’ONU ;
  • Que le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU puisse nommer un Rapporteur spécial sur les massacres des populations en territoire de Beni au Nord-Kivu et que des enquêtes indépendantes sur les tueries dans le Kasaï soient poursuivies afin que les auteurs puissent être traduits devant la justice ;
  • Que la communauté humanitaire internationale considère les Nord et le Sud-Kivu, le Tanganyika et le Grand Kasaï comme des provinces sinistrées et que par conséquent les populations victimes des conflits dans ces provinces puissent bénéficier de l’assistance humanitaire considérable ;

 

  • A la classe politique
  • Que la classe politique, majorité au pouvoir comme l’opposition politique, toutes tendances confondues, s’efforce de trouver un consensus général sur les grandes questions d’intérêt national ;
  • Que les leaders politiques congolais puissent tout mettre en œuvre en vue de lutter contre la médiocrité et les pratiques telles que le débauchage, la corruption, le trafic d’influence, les insultes, le non respect de l’autre et de la vie, la répression, lesquelles ternissent l’image de notre pays ;
  • Aux confessions religieuses
  • De prier pour que la paix et la sécurité soient restaurées sur toute l’étendue de la RDC, ainsi que dans les pays de la région des Grands-lacs ; que les élections présidentielle, législatives et provinciales soient organisées à la fin de l’année 2017 conformément à l’Accord politique du 31 Décembre 2016 et que Dieu illumine le peuple afin d’élire les dirigeants intègres et qui ont l’amour de la patrie et de la recherche du mieux vivre ensemble ;
  • D’unir les efforts pour exhorter, orienter les décideurs sur la bonne marche du pays et plaider pour le respect des droits et libertés fondamentaux de la personne humaine.
  • De s’investir dans les actions et les enseignements en faveur de la paix, la justice, la réconciliation, l’éducation civique et le développement pour le bien de tous les congolais sans distinction de sexe, d’âge et d’origine.

 

Fait à Goma, le 26 aout 2017                                

                                            Pour l’ECC/3e Communauté Baptiste au Centre l’Afrique

 

Rév. Dr Jules Kamabu Vangi-si-Vavi                                                 Rév. Dr Kakule Molo

 Président 38e Assemblée Générale                                        Président et Représentant Légal

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *