Conférence sur le rôle de l’Eglise dans la Préservation de l’Environnement en temps de guerre et la restitution de la campagne sur la sauvegarde de la Création et l’Evangile

Dans le cadre de la commémoration de la Journée Internationale pour la préservation de l’environnement en temps de guerre, journée commémorée le 6 novembre de chaque année, une conférence a été organisée au centre d’accueil Tuneko à Goma le samedi 05 novembre 2016, réunissant 42 personnes, hommes et femmes dont parmi eux quelques Pasteurs de la CBA, quelques leaders de la JPSC de paroisses de Goma, quelques experts de développement, les membres de l’ONG SORADEC et les membres du mouvement Lausanne. Initiative de la SORADEC et la Commission Justice, Paix et Sauvegarde de la Création de la CBCA, en collaboration avec le Réseau Lausanne Creation Care/ RDC, la rencontre avait pour objectif :

  • D’impliquer l’Eglise CBCA dans la campagne mondiale visant la sauvegarde de la Création ou la sauvegarde de l’Environnement en l’occasion de la commémoration de la Journée Mondiale de la Préservation de l’Environnement en temps de Guerre.
  • Informer les leaders Chrétiens de la CBCA sur la nouvelle approche de protection de l’environnement basée sur l’Evangile ;
  • Définir les actions concrètes que l’Eglise peut mener pour préserver l’Environnement en ce moment de crise sécuritaire au Nord-Kivu ;
  • Obtenir l’engagement de chaque participant sur sa contribution dans les efforts en cours sur la sauvegarde de l’Environnement ;
  • Comprendre le Réseau Lausanne Creation Care Network et obtenir des nouvelles adhésions en son sein.

Soulignons qu’au Nord-Kivu, c’est depuis 1994, pendant les conflits de génocide au Rwanda, que les écosystèmes forestiers sont sous menaces de pillages et exploitation abusive, d’abord pour fournir du bois aux réfugiés rwandais. Cette menace s’est accrue avec la succession des guerres, AFDL, RCD, CNDP, M23 sans parler des ADF, FDLR et groupes mai mai qui font du pillage des ressources naturelles, la source importante du financement de leurs activités. Des réseaux importants de trafic de Makala, gibiers, trophées et animaux sauvages vivants sont constitués entre les rebelles, combattants, certains membres des services publics et les populations locales. Plusieurs récoltes sont incendiées, ou pillées, les rivières sont polluées, les animaux domestiques tués. Plusieurs zones des aires protégées, cas du Parc National des Virunga, sous la complicité des leaders des mouvements rebelles, ont été spoliés et transformées, soit en champs de cultures, en villages permanent ou même en pâturage. Les produits forestier, Makala, planches, bois de chauffe, viandes, pour ne citer que cela remplissent les marchés publics. L’Eglise, qui encadre l’ensemble des populations devrait être responsabilisée, d’abord pour être informée sur les conséquences de cette situation, mais aussi pour l’amener à prendre des actions pouvant contribuer à préserver au moins ce qui reste des écosystèmes importants de la région.

Trois exposés ont été présentés successivement sur :

  1. La Campagne Mondiale Sauvegarde de la Création et l’Evangile par Mr DIDAS Kwabo et Eraston Kighoma du LCCN Goma,
  2. Brèves informations sur la COP 21 et Efforts du Gouvernement et Partenaires dans la protection de l’Environnement en RDC par Mr Gédéon de WWF
  3. Actions à Prendre par les Eglises pour Sauvegarder la Création par Mr Bernardin, coordonateur du LCCN Goma
0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *