Revue annuelle de structures sanitaires de la CBCA

18 gestionnaires des structures sanitaires, hôpital général de référence, centres hospitaliers, centres de santés de références du pool sud se sont réunis au centre diaconal CBCA Virunga pour une réunion de deux jours depuis allant du 04 au 05 Mars 2019, pour une session d’échange d’expérience et de rétrospection des activités de l’an 2018. Les structures représentées sont : le CSR Cepromi du Poste Bambo à Kanyabayonga, CSR Kahembe de Goma, CSR Kitshanga, HGR Bambo, CH Bugarula Idjwi ainsi que les CH Nyamugo, Muku et Kalungu du sud Kivu

Depuis le début de cette année 2019, le département de Santé de la CBCA poursuit 3 grandes activités dans le cadre d’exécution des décisions de l’Assemblée Générale, pour l’amélioration de la qualité des services au sein de toutes ses structures sanitaires. Il s’agit de l’évaluation du contrat de performance, l’évaluation financière et administrative et l’organisation de conseils de gestions qui constituent une revue annuelle pour l’an écoulé.

Ainsi, les responsables des grandes formations médicales de type Hôpital Général de Référence, Centre Hospitalier et Centre de Santé de Référence ont présenté dans les Conseils et Revues annuels les différents rapports d’activités de leurs institutions et la planification pour le futur.

A l’issue des présentations des rapports, les recommandations constructives pouvant orienté la politique de gestion de la structure ont été formulés.

C’est là même la raison de diligenter cette mission d’audit en préparation des Conseils et Revues Annuels des structures sanitaires qui a eu lieu la  dernière semaine du mois de Février 2019.

L’objectif global de contribuer à l’amélioration de la gestion des ressources financières, matérielles et humaines au sein des FOSA (Formation Sanitaire). 

Il s’agit de :

  • S’assurer de la présence et de l’utilisation des documents administratifs et financiers (plan stratégique, planification des activités, prévision budgétaire, rapports mensuels, rapports trimestriels, rapports semestriels, rapports annuels)
  • Faire un diagnostic du processus d’encaissement et décaissement de fonds
  • Procéder à l’analyse budgétaire dans la mobilisation et l’exécution du budget
  • Analyser et évaluer le niveau de mise en œuvre des planifications et des budgets
  • Evaluer le niveau de versement des contributions à la hiérarchie (Budget DS, poste, paroisse, BCZ, etc)
  • Faire une analyse critique sur la planification et le budget 2017 au regard de l’expérience des exercices antérieurs
  • S’assurer de l’existence des titres pour toutes les immobilisations de la structure
  • Evaluer l’existence et le niveau d’utilisation des outils de gestion des ressources financières, matérielles et humaines.
  • S’assurer que la clé de répartition des recettes est respectée
  • S’assurer du respect de l’autonomie de la pharmacie.

 

Ont pris part à cette rencontre 22 personnes dont 18 délégués des institutions sanitaires du pool Sud ainsi que 3 membres du staff du Département de la Santé CBCA.

 

Bukavu: Incendie du centre de santé CBCA Nyamugo

Le centre de santé Nyamugo qui est implanté dans le slum dans la commune de Kadutu à Bukavu a connu un incendie.

CS CBCA Nyamugo après incendie

CS CBCA Nyamugo après incendie

Il a commencé dans les maisons environnantes et s’est étendu vers le centre de santé qui a été brûlé au point qu’il ne peut plus servir la population démunie de Nyamugo. Ses biens ont été soit brulés soit volés par les « sauveteurs ».

Ses biens sont constitués de l’équipement de base pour un centre de santé, la pharmacie, les lits d’observation, le lit d’accouchement à la maternité, le lit de consultation, le matériel d’éducation des femmes enceintes à la consultation prénatale et préscolaire, l’équipement d’éducation sexuelle pour les adolescents et jeunes, les rapports, etc.Nyam lit

Au cours de la réunion d’analyse de la situation organisée par la zone de santé de Kadutu et le Département de la Santé de la CBCA, le centre de santé a été déclaré non opérationnel. Cette décision triste met plus de 25000 habitants du slum en danger. Ils ne peuvent aller se faire soigner qu’au centre hospitalier Nyamugo ou aller vers d’autres centres de santé. Ce qui crée une inaccessibilité financière et géographique.

Le centre a besoin d’au moins 15000 USD pour réparer le toit et reconstituer le minimum de l’équipement et des médicaments afin de servir la population avant que le pire ne soit vécu.

Dr Isaac  Muyonga