Visite du responsable du service de résilience dans la Paroisse CBCA Shabunda

Dans l’optique d’évaluer les domaines qui demandent un accompagnement de proximité dans ce champ d’évangélisation, le responsable du service de Résilience et Actions humanitaires, Mr Donat Malemo a effectué une descente dans la Paroisse CBCA Shabunda du 9 au 10 juin 2018.
Dépuis l’implantation de la CBCA à Shabunda en 1991, pour la toute première elle a recu un agent en provenance du Secrétariat Général, biensur à part les visite effectuées précédemment par les Pasteurs Surveillants du Poste CBCA Muku, entre autres Rév Jonas NGOMBERA en 2005, Rév BYUMANINE en 2013 et du Rév MUTARUSHWA, l’actuel Pasteur Surveillant en 2016.
La particularité de cette descente revet un caratère particulier qui s’inscrit dans la logique d’une évaluation multisectorielle. Ce grand décalage entre les visites s’explique par l’exocentrisme de Shabunda-centre qui est situé à 360km du bureau poste Muku et du chef-lieu de la Province du Sud-Kivu. Pour y arriver, seule la voie aérienne est pratiquée, malheureusement à un prix élevé par rapport au cout de vie de la population locale.
Une rencontre technique avec les 3 Révérends pasteurs actifs de ce secteur a eu lieu, entre autres Rév KUMBUSA MULAMBA Clément de Shabunda-centre, Rév MUPENDA TABENA Gaspard de KATSUNGU et Rév TALUSA PATAULE de NZOVU. Bien qu’installés dans un Territoire enclavé suite à l’absence de routes pratiquables, quelques aspects ont attiré l’attention du responsable de resilience :
– Construction du grand temple en matériaux durables à Shabunda-centre,
– Participation active des fidèles aux cultes,
– Liturgie du culte véritablement Baptiste,
– L’initiation d’un centre d’apprentissage professionnel et artisanal avec des formateurs qui ont fini au CAPA-Bukavu dans diverses filières. Ce centre dénommé MAISON CAPA 3è CBCA/SHABUNDA, et a reçu son agreement signé à Bukavu, le 23/6/2016 signé par le chef de division provinciale de la culture et art du Sud-Kivu ; ce qui lui confère le droit de fonctionner librement.
– Des serviteurs de Dieu engagés à l’œuvre du Seigneur, ceci s’explique par le fait que pour venir à Shabunda-centre, le Pasteur MUPENDA Gaspard doit effectué un voyage de 50km et le Rév PATAULI en fait 200km à pieds suite à l’absence des routes.
– L’existence d’une émission « ECHO DE LA CBCA » à la Radio MUTANGA de 18h15 à 18h50 chaque dimanche moyennant un paiement mensuel de cette espace.
– Une bonne collaboration entre les pasteurs de la CBCA et les autorités de l’administration du Territoire,
Malgré les multiples défis auxquels la contrée en générale et la CBCA en particulier font face, le souhait des serviteurs de Dieu et des fidèles membres de la CBCA dans le Territoire de Shabunda est de voir le secrétariat général multiplier des visites dans ce rayon d’action et au besoin les inviter à des grandes rencontres des départements pour plus de renforcement de leurs capacités en vue de les rendre capables à faire face aux défis du moment.

Tout en remerciant le Poste CBCA Muku, le Secrétariat Général de la CBCA pour leur contribution très remarquable lors de la construction des temples de Shabunda-centre et de KATSUNGU, les pasteurs ainsi que les fidèles ont exprimé le vœu de voir des personnes de bonne volonté leur venir en aide pour :
– Appuyer les travaux de finissage du temple de Shabunda-centre ainsi que la construction de nombreuses paroisses dans le Territoire,
– Financer le centre d’apprentissage professionnel et artisanal pour un encadrement responsable de jeunes, dont la plupart sont des démobilisés des groupes armés et des carrés miniers,
– Doter la Paroisse de Shabunda-centre d’une pirogue motorisée en vue de leur permettre des transactions pour le pont aux nombreux passagers sur la rivière ALINDI de plus de 100 m de largeur,
– Achat d’une tronçonneuse pouvant faciliter la production des planches de construction, activité d’auto prise en charge
– L’organisation des séminaires de renforcement des capacités des membres de la CBCA sur divers thématiques comme : Les principes de leadership, la protection, le genre et l’entrepreneuriat etc.

La CBCA se lance dans l’approche de la gouvernance participative

La Commission Justice, Paix et Sauvegarde de la Création (JPSC) de la CBCA, exécute conjointement avec le Département de Diaconie et Développement (DDD), depuis juin 2017 le projet intitulé « Promotion des stratégies pour une intervention efficace des Organisations de la Société Civile (OSCs) en faveur du peuple congolais », lequel bénéficie de l’appui financier et technique de l’Union Européenne, via l’ONG Britannique Christian Aid. Ce projet qui s’inscrit dans le cadre de la gouvernance participative consistant dans la mise en place d’un cadre réunissant les Organisations de la Société civile et les autorités administratives locales et visant le rapprochement entre les gouvernants et les gouvernés autour de la prise en charge des problèmes de communautés locales. C’est dans ce cadre que la CBCA avec l’appui de Christian Aid a lancé la formation des acteurs des OSCs en début du mois de juin 2017, afin de les restructurer en réseau dans le but de constituer un noyau fort de plaidoyer. Ce noyau travaille à travers la Cellule de Liaison Parlementaire (CLPP) dont la mission est de :
– Mener des actions auprès de l’Assemblée Provinciale sur base des besoins et des aspirations des communautés locales collectées par les bureaux de développement et la JPSC de la CBCA pour qu’enfin, les édits ou autres actes réglementaires votés, prennent en compte les desideratas de la population,
– Vulgariser les décisions prises qui reflètent les opinions de la base (population) aussi bien au bureau de développement qu’a la population toute entière,
– Créer une bonne interaction entre la Cellule de Liaison Parlementaire Provinciale (CLPP) et les élus provinciaux/nationaux ou autorités locales en vue de baliser le chemin pour ses actions mais de rapprocher les élus de leur base ainsi que les gouvernants de leurs gouvernés car il y a un trou béant entre les gouvernants et les gouvernés.
Les CLPP ont été mises en place dans le cadre dudit projet dans la Province du Nord-Kivu (Goma et Butembo), du Sud-Kivu (Bukavu), et de la Tshopo (Kisangani) ; et plusieurs activités ont été organisées, entre autres les séances d’analyses sociales.
C’est ainsi qu’en date du 27, 31 Aout et 08 Septembre 2017, des séances d’analyses sociales ont été organisées en Communes de Goma et Karisimbi en ville de Goma. Plusieurs problèmes ont été relevés, notamment :
– Pénurie d’eau potable et factures élevées de la Regideso ;
– conflits fonciers parcellaires et d’héritages ;
– insécurité récurrente, vols à mains armées et kidnappings (enlèvements) ;
– incendies et absence des véhicules anti-incendie et des voies d’accès pour éteindre le feu ;
– insalubrité liée a l’absence d’une politique de gestion des déchets et immondices ;
– insuffisance du courant électrique et factures élevées de la Snel ;
– politisation et éthnicisation des établissements supérieurs et universitaires publics dont l’UNIGOM, l’ISTA, l’ISC, l’ISTM, l’ISTOU, ce qui est a la base des conflits récurrents entre étudiants ;
– absence des parkings et de stationnement des véhicules ;
– manque d’aménagement des axes routiers des quartiers ;
– tapage nocturne et diurne des chambres de prière et des buvettes ;
– sursaturation des cimetières, il est important de lotir un nouveau cimetière ;
– prolifération des Instituts Supérieurs détruisant la science ou l’éducation ;
– prolifération des buvettes, servant des maisons de tolérance pour les viols des mineurs ;
– etc
Enfin, les cahiers des charges concernant ces problèmes (au total 33 en commune de Goma et 31 en commune de Karisimbi) ont été élaborés, dont deux concernant les résultats des analyses sociales et l’insalubrité de la ville de Goma ont été déposés aux décideurs dont, le maire de la ville, les bourgmestres des communes de Goma et Karisimbi, les chefs de Divisions Urbaine, de la Décentralisation, et des affaires sociales et Humanitaires, le ministre provinciale en charge de l’administration du Territoire, le Gouverneur de la Province et le Président de l’Assemblée Provinciale, ainsi que les élus provinciaux de la ville de Goma.

Par Berzelay MUHINDO

Une rencontre sur la paix et l’environnement organisée à Kigali par les jeunes encadrés par la JPSC

Dans le cadre de la mise en œuvre de son programme dénommé «Prévention des crises et participation des jeunes à une paix durable à l’Est de la RDC », la JPSC a accompagné à Kigali du 04 au 06 Avril 2018 un groupe de jeunes membres des clubs de paix de Goma dans une rencontre organisée avec un groupe de jeunes rwandais évoluant au sein de l’Organisation Peace In Life. Au total 22 jeunes de Goma dont 9 filles et 10 de Kigali ont participé à cette rencontre qui a connu plusieurs activités dont les poèmes, musiques pour la paix, visite du mémorial du génocide rwandais, ainsi que de séminaires sur la paix et l’environnement.
S’agissant du thème sur l’environnement présenté par Mr Prince Mugisha, Coordonnateur de l’ONG Peace in Life au Rwanda, après l’exposé les jeunes congolais ont écouté les expériences des jeunes rwandais sur leur implication dans l’assainissement et la propreté de leur ville. Ils ont également visité certains sites pour s’imprégner de la manière dont se fait la collecte des immondices dans la ville de Kigali. Les jeunes congolais ont retenu comme leçon : « la propreté d’une ville doit commencer à partir de la chambre à coucher », ce qui a suscité l’engagement des jeunes congolais à développer la culture de la propreté dans leur milieu.
En ce qui concerne la thématique en rapport avec la paix, Me Jacques Nzanzu a développé une réflexion sur les rôles que doivent jouer les clubs de paix dans la construction de la paix et qui se résument à :
 Explorer avec les jeunes les voies et moyens de ramener entre les groupes un niveau de confiance susceptible de promouvoir la paix et le vivre-ensemble;
 Renforcer la promotion du vivre-ensemble entre les jeunes issus des différentes origines, en brisant le fossé relationnel fondé sur l’appartenance nationale, ethnique, linguistique, culturelle, idéologique, religieuse, etc ;
 Contribuer à la promotion d’une culture de paix, du respect de la dignité humaine et des valeurs démocratiques parmi les jeunes;
 Concourir au changement positif des mentalités : pour ce faire, les jeunes doivent lutter contre les rumeurs, les préjugés, les stéréotypes et les mythes lesquels empoisonnent les relations humaines, aggravent les conflits et produisent la haine, la méfiance, la division, la suspicion, la violence, etc;
 Développer des attitudes et pratiques favorables à la prévention des conflits, telles que la confiance mutuelle, l’acceptation de l’autre, la tolérance, l’impartialité, l’amour du prochain, la bonne communication, etc ;
Enfin, les jeunes ont réalisé l’impérieuse nécessité et l’urgence de faire de la paix un mode de vie et cela au travers de ses quatre dimensions: la paix avec Dieu (Romains 5 :1), la paix avec soi-même (Jean 14 :27), la paix avec autrui (Romains 12 : 18-21) et la paix avec l’environnement (Genèse 1 :28).

Par Me Jacques Nzanzu

Rencontre technique sur la réforme budgétaire dans la CBCA à Goma

Du 28 au 30 Mai 2018, 80 techniciens/pool Goma et Sud-Kivu, du domaine de développement, de santé, de l’enseignement et de finances dans la CBCA se sont réuni en atelier de formation sur LA REFORME BUDGETAIRE dans la CBCA. Les participants sont principalement des animateurs de développement, coordonnateurs de grands projets, directeurs de centres d’accueil, administrateurs de gestion de structures sanitaires et les comptables dans les différents domaines ci-haut cités, tous en provenance du Secrétariat Général de la CBCA, des Postes Ecclésiastiques CBCA Bambo, Buturande, Goma, Kalungu, Bukavu, Muku et Uvira. Ces assises entre dans l’objectif de redynamisation tous les structures, institutions et organes de la CBCA dans la mobilisation budgétaire dans sa nouvelle forme pour faire face aux différents défis financiers de l’Evangile.
Le Vice-président et Représentant Légal de la CBCA, le Rév. Martin Kilumbiro, a partagé un message Biblique avant de déclarer ouvert cette activité technique de grande envergure. Dans son message, il a encouragé les participants à développer les différents exposés avec beaucoup plus d’objectivité pour que la CBCA arrive à rebâtir les murs démolis. Encourager cette approche est un bon choix pour l’avancement de l’Evangile dans la CBCA et l’amélioration de la vie de pasteurs de cette communauté qui se butte à plusieurs défis liés aux finances, blocage pour le bon avancement de leur métier.
Plusieurs sujets prévus sur l’agenda
La mobilisation des ressources
L’implication de la MUSACOM dans la réforme budgétaire
L’application de la réforme budgétaire au niveau des structures
Le contrat de performance
Problématique de gestion des concessions de la CBCA : appel à l’implication des Animateurs de Développement
Un exposé spécial sur «  comment protéger les concessions de la CBCA » a été donné par Me Jacques NZANZU de la Commission Justice et Paix au sein de cette organisation. L’objectif de cet exposé était de comprendre les principes élémentaires qui régissent le mode d’acquisition de terre selon le droit congolais, ainsi que renforcer le rôle des animateurs de Développement dans la protection des terrains de la CBCA. Il a conclu par les rôles que doivent jouer ces animateurs dans ce processus notamment :
Accompagner les Postes Ecclésiastiques dans le processus d’acquisition de terre (parcelle) : se rassurer de la qualité du vendeur (terre non conflictuel) ; se rassurer de l’existence d’un document écrit en cas de donation faite à l’église
Sensibiliser les paroisses dans les différentes phases d’acquisition des titres fonciers pour couvrir les parcelles de l’Eglise,
Veiller au renouvellement de ces titres, concourir à la prévention de conflits sur les concessions de la CBCA, par exemple bien identifier les personnes ou familles qui habitent dans les parcelles, leur faire signer un acte reconnaissant qu’ils habitent sur le terrain de l’Eglise,
Proposer des actions de mise en valeur effective de terrains de la CBCA pour éviter les cas de spoliation.
Généralement les discussions ont été riches et se sont passées dans le calme, des engagements ont été prise comme retombé de la formation ainsi que des recommandations à soumettre à l’Assemblée Général de la CBCA ont été proposées par les groupes techniques réunis en dernier jour selon les différents domaines précis.
De l’engagement :
Le Département de Diaconie et de Développement s’engage à payer la vraie dime à tous les niveaux, apporter le 30% des recettes des Unités de Production au budget de la CBCA, accompagner sans relâche la population en générale et les fidèles en particulier dans les actions de réduction de la pauvreté et la création des richesses, les rendre capables de contribuer au budget de l’église, en collaboration avec les services des finances nous allons faire le suivi financier des paroisses.
Continuer à identifier les ressources disponibles et potentielles,
Parmi les recommandations nous citons celles-ci:
Vu que la réforme budgétaire est déjà acceptée par les acteurs, nous recommandons que l’AG adapte certains articles du ROI et du manuel des procédures. Que le contrat de performance soit appliqué et opposable à tous les agents à tous les niveaux de la CBCA.
Pour le renforcement des capacités de contribuables dont les fidèles dans la perspective de la réduction de la pauvreté ; la commission recommande que les animateurs de développement des postes soient chargés de renforcer les capacités des fidèles dans les activités de réduction de la pauvreté.
C’est à la grande satisfaction de participants que les assises ont pris fin par un moment d’encouragement et de remerciement conduit par le Trésorier Communautaire, Mr Pascal Munoka Mabira avant de finir par la prière dite par le Secrétaire Communautaire Me Christian Sondirya.

Le Rév. Ndemesi Musekwa prend officiellement le bâton de conduite du Poste Ecclésiastique de Goma

C’est devant plusieurs serviteurs de Dieu et fidèles de la CBCA, que le nouveau Pasteur Surveillant du Poste Ecclésiastique de Goma a été installé officiellement en date du 26 Mai 2018 à la Paroisse CBCA virunga. Dans son mot de circonstance le nouveau Pasteur Surveillant a évoqué plusieurs défis auxquels le Poste Goma fait face, nous citons:
L’insécurité vécu dans la section Kitchanga et Mwesso dans le Masisi, des endroits difficile à visiter certaines à cause de la présence des groupes armés qui sèment la désolation
Carence de serviteurs dans les sections Idjwi Nord et Sud, Kitshanga et Mwesso, milieux dans lesquels un seul pasteur administre la sainte scène dans plus de 5 paroisses alors qu’il Ya une pléthore de pasteurs actifs et retraités dans la ville de Goma.
La sècheresse spirituelle observée chez les chrétiens et plusieurs Pasteurs traumatisés par les guerres en répétition.
La pauvreté dans certaines sections du Poste pousse les jeunes à contracter en désordre des mariages et cela affecte négativement la vie de familles et le leadership de paroisses
Reconnaissant l’intervention du Seigneur dans tous ces projets, le nouveau Pasteur Surveillant, Rév. Ndemesi Musekwa, s’inspirant du plan stratégique de la CBCA a épinglé quelques solutions pour faire face à ces défis :
Veiller à l’amélioration des infrastructures, éradiquer le non accès à l’éducation dans le leadership féminin, en renforçant les centres de récupération et d’alphabétisation. Accompagner et préparer la jeunesse pour participer à la gestion de la chose publique surtout pendant cette année ou le pays, la RDC, se prépare aux élections. Relancer la Radio Source de Vie, projet très attendu afin de proclamer la bonne nouvelle, d’éduquer et former le peuple de Dieu menacé par des faux enseignements. Le nouveau leader du Poste Ecclésiastique de Goma a reçu plusieurs dons d’encouragement et d’accompagnement de la part de plusieurs autorités de la CBCA et de l’autorité urbaine représentée à la cérémonie. Débuté à 14h, la cérémonie a pris fin à 17h00, avant le partage d’un repas copieux servit aux invités au Cap Tuneko.

Le nouveau leader de la CBM fait sa première rencontre avec la nouvelle équipe dirigeante de la CBCA.

La première rencontre du nouveau patron de la CBM (Canadian Baptist Ministry) avec l’équipe de nouveaux leaders de la CBCA accompagnée de tous les directeurs de départements a eu lieu ce 24 Mai 2018 à Gisenyi au Rwanda, dans le cadre d’une prise de contact entre les dirigeants de ces deux institutions. A l’occasion, le vice-président Représentant Légal de la CBCA, le Rév. KILUMBIRO, présenté la situation générale du contexte sécuritaire dans tous les rayons d’action de la CBCA. Il a invoqué le grand défi auquel la population fait face actuellement, le phénomène kidnapping qui est devenu monnaie courante dans tout le Nord Kivu, viols, massacres, etc, phénomènes qui déstabilisent et sèment la terreur au sein la population entière. Il a ensuite évoqué la vision de la reforme dans la CBCA, une nouvelle approche financière qui est en train d’être promulguée dans tous les postes ecclésiastiques et ses différents secteurs de santé, éducation et développement, dans l’objectif de redynamiser ses ressources financières. EN réponse à la question lui adressé par le N°1de la CBM « Qu’est-ce qui vous donne la plus grande joie dans l’exercice de vos fonctions », il a conclu en disant que la vocation pour servir le SEIGNEUR fait sa grande fierté.
Chaque directeur a présenté en bref le condensé de ses activités, statistiques, impact etc. Prenant la parole, le Secrétaire Communautaire Me Christian Sondirya, il a évoqué les activités et initiatives qu’organise l’église à travers son programme de Justice Paix et sauvegarde de la Création JPSC, pour faire face aux difficultés liées à la corruption en RDC, dissimuler les stéréotypes liés à la discrimination et lutter pour la cohabitation pacifique, la culture de paix et de Justice dans toute la partie EST de la RDC.
Du département de l’Education, le Directeur du Département Mr Kasereka Lutswamba a présenté les statistiques des écoles cogérées par la CBCA et l’Etat Congolais. La CBCA gère actuellement 723 écoles au total dans le Nord et le Sud Kivu. Le directeur a donné une observation selon laquelle 80% d’écoles en RDC sont gérées par les églises, pour dire que s’il n’existe pas d’église dans ce pays, alors il n’y aurait pas d’éducation. Il a également présenté les bienfaits de nouvelles méthodes pédagogiques, les critères et qualités d’enseignement, leadership et les valeurs chrétiennes promus dans ces écoles ; mais également la nouvelle approche de l’aumônerie, programme qui sépare l’aumônier de l’enseignant de religion dans une école.
Selon différents témoignages à sa possession, plusieurs élèves échouent à l’école non parce qu’ils ne sont pas fort mais parce qu’ils ont beaucoup de problèmes, traumatisés, sans aucune assistance psychologique d’écoute. Ce programme psycho-sociale auquel l’aumônier répond à l’école, est en train d’apporter des fruits tant physique qu’au niveau intellectuel.
Le grand défi est que, les frais scolaires sont payés par les parents des élèves, pourtant confrontés à ce défi de contexte de guerre. Le plus souvent les filles sont vulnérables car les parent qui se trouvent en difficulté de prendre tous les enfants en charge se font un choix de sexe et les filles sont victimes. Le département d’éducation dans la CBCA lutte beaucoup pour donner plus de chance aux filles actuellement avec ces différents approches.
Parlant de la santé, le Directeur du Département de la santé a fait savoir que la CBCA prend généralement le 1/3 de structures sanitaires dans le KIVU. Il a également évoqué l’initiative de la mutuelle de santé dans la CBCA, à la portée de toute la communauté pour permettre l’accès facile aux soins pour tous. Parlant du programme smile-train, programme qui consiste à la réparation gratuite de fentes palatines. Plusieurs personnes en sont déjà bénéficiaires et d’autres attendent encore dans différents provinces. La CBCA est privilégié d’avoir des spécialités chirurgiens et anesthésistes pour ces cas spéciaux. Ce programme intervient comme un sauvetage pour plusieurs familles bénéficiaires qui en témoignent la satisfaction et la reconnaissance.
La directrice du Département Femme et familles a parlé du chiffre de femmes dans la CBCA, élevé à 118000 femmes repartis sous différentes couches d’opportunités et de vulnérabilité. Elle a parlé du programme d’affermissement et évangélisation, de Centres de récupération des femmes, de la Marginalisation, viols sexuels dans les milieux ruraux, de la gestion des enfants issues des viols, enfants non acceptés dans les familles et dans la société, etc. pour sa contribution en réponse à ces défis, ce département Femme et Famille prend en charge au niveau de scolarisation 158 enfants malnouris à Maboya (grand défi), l’éducation de leaders de femmes dans différents postes car 60% de femmes dans la CBCA sont analphabètes. Dans le cadre de l’auto prise en charge, plusieurs associations de coopératives villageoises sont organisées dans différents secteurs.
Le Directeur du Département de la Diaconie et Développement à son tour a parlé de la nouvelle philosophie qui est celle de Quitter de la diaconie de dépendance à la diaconie d’auto-prise en charge. Il se focalise sur la formation, les distributions de kits et matériels de facilitation dans différents projets, la transformation de produits alimentaires etc. Il assiste dans différents projets, les démobilisés, les personnes vivants avec handicapes, les enfants de la rue, les personnes traumatisés, les pygmées et albinos, déplacés de guerre, etc.
Au nom de toute sa délégation en provenance du Canada et de l’AEBR Rwanda, le nouveau leader de la CBM stupéfait de tout ce qui lui a été raconté, a encouragé la CBCA dans toutes ses initiatives, tout en promettant de continuer à travailler dans la franche collaboration bien consolidé d’organiser une visite spéciale dans la CBCA à Goma l’année 2018. Le Rév. Dr Gato, ancien Représentant Légale de l’AEBR a clôturé a séance par un mot d’encouragement et de soutien en prière quant à ce qui concerne l’insécurité dans l’EST de la RDC avant de conclure par une prière.

FORMARTION DE SENSIBILISATION SUR LA REFORME BUDGETAIRE DANS LA CBCA

Le centre Uhai Kikyo de Butembo en Poste ecclésiastique de Katwa a servi de cadre des assises de trois commissions techniques de Développement, finances et de santé, tenues du 14 au 16 mai 2018. Une formation de sensibilisation sur la reforme budgétaire dans la CBCA était au centre des échanges dans cette rencontre qui a réuni plus de 76 personnes dont les animateurs de développement des postes ecclésiastiques du Grand Nord-Kivu, les comptables des postes, les responsables des coordinations des ECP/CBCA de Butembo, Kirumba et Beni ainsi que les gestionnaires de structures sanitaires de la CBCA de douze postes du grand Nord.
Cette séance de formation de sensibilisation consistait en l’explication de la réforme budgétaire et proposer des mesures d’accompagnement de cette réforme. L’objectif de cette approche étant d’améliorer les conditions de vie des pasteurs de la CBCA, et des autres acteurs de l’Eglise.
Les participants ont suivi entre autres matières : des notions sur l’audit, la mobilisation et gestion des ressources, notions de reforme budgétaire et mesures d’accompagnement, l’exploitation des concessions,…
Parmi les formateurs on mentionne le Directeur du département de la diaconie et développement, le Trésorier communautaire, le comptable en chef de la CBCA, le Directeur du centre Uhai Kikyo.
A l’issue de cette formation de sensibilisation, plusieurs recommandations ont été reformulées tant par les participants que par les formateurs. Il s’agit à titre d’exemple, de respecter les différents principes de la MGR, faire la proportionnalité dans les dépenses, appuyer la centralisation à tous les niveaux, conscientiser les fideles sur la nécessité de libérer leurs dimes, mettre l’accent sur la fidélité, l’honnêteté ainsi que la justice distributive.
Les participants à cet atelier ont suggéré aux responsables de la CBCA à planifier des formations des diacres, des comptables sur :
la planification stratégique,
La budgétisation et l’exécution rationnelle du budget ,
Les stratégies de mobilisation des ressources,
et la tenue des documents de gestion de façon à réduire les imprévus.
La reforme budgétaire est un moyen pour permettre l’émergence de la CBCA ont-ils constaté. C’est à la satisfaction des participants qu’a pris fin cette séance de formation couplé par les assises de la CTD et la CTS. Ils ont promis de mettre en pratique les acquis de la dite formation.
Rappelons enfin que, plus de septante-cinq personnes ont pris part à cette activité de formation de sensibilisation et que cette activité va se poursuivre dans le pool du sud dans les tous prochains jours avec les acteurs venant des six postes, les formations sanitaires, les comptables et animateurs de développement et responsables des projets de la partie sud.
Par Maitre Josias MUSUMBA

Une jeune fille au poste d’Animatrice de Développement du Poste CBCA UVIRA

SIWAZURI AMANI Scola est son nom. Née le 11 Juin 1992 dans une famille de témoins de Jéhovah, elle a donné sa vie au Seigneur le 25 Décembre 2013 et s’est beaucoup donné dans le ministère d’évangélisation. Elle s’est occupée de la conduite des cultes matinaux  dans une chapelle de la CBCA en appui au Pasteur responsable. Elle a servit volontairement au bureau du Poste CBCA Uvira comme huissière pendant 2 ans (2012-2013).  Diplômée en technique sociale, elle a eu la grâce de passé son stage au bureau du Secrétariat Général de la CBCA dans le Département de Diaconie et Développement, plus précisément au service des urgences.

Comme stagiaire en permanence, elle a profité de ce temps pour faire ses études supérieures. Après ses recherches des travaux de fin de cycle  à l’ISRD- GL Goma, recherches focalisées sur « l’analyse des érosions dans le territoire de nyiragongo cas des érosions de kibumba » elle a décroché son diplôme de graduat en 2017, qualifiée TDR en planification régionale et nationale.

Après trois ans de stage au Département de Diaconie, Mademoiselle SIWA a été transférée à Muku pour une  formation de 3 mois comme stagiaire au projet de sécurité alimentaire Muku pour approfondir ses connaissances en agriculture de conservation, une technologie beaucoup vulgarisée dans les projets de sécurité alimentaires de la CBCA.

Depuis Janvier 2018, elle a été promue animatrice de développement et coordinatrice du projet de sécurité alimentaire (Food Security) dans le poste CBCA Uvira, un poste qui est en exercice depuis six ans. Mlle Amani est une fille exceptionnelle,  toujours prête, courageuse et déterminée beaucoup dans ses travaux de terrain. Parmi les 18 animateurs de poste  ecclésiastique de la CBCA, elle devient l’unique fille animatrice de Développement dans la CBCA toute entière, chose à encourager. Depuis qu’elle occupe ce poste, elle vient d’installer 3 champs d’une dimension de 50are chacun dont deux à KILIBA et un KAWIZI où elle expérimente le manioc et le maïs.

Nécrologie : Le Service Femme et Famille de la Paroisse CBCA Kinshasa en deuil

C’est  avec douleur que la CBCA annonce la mort de Madame VIRA, présidente du service femme et famille de la CBCA Kinshasa et épouse à l’ambassadeur du Congo en République centre Africaine, l’Honorable Esdras Bahekwa. Cette mort subite est survenue en date du 07 Avril 2018 vers 19 :00 à Goma. Mme Vira était une femme fervente et travaillait également dans le programme PEZ au Secrétariat Générale de la CBCA bien que basée à KIN. La CBCA transmet ses sincères condoléances à la famille, à la Paroisse CBCA Kinshasa, aux fidèles  et à tous les amis et connaissances.

Mr Alexis KABAYU prend le bâton de conduite du CAP Nguba à Bukavu

Il devient le nouveau gestionnaire en chef du Centre d’accueil Protestant Nguba à Bukavu, Mr Alexis KABAYU en succession de Mr MUNOKA qui a été élu Trésorier Communautaire de la CBCA depuis Août 2017 à Goma. La passation du service a eu lieu les après midi du samedi 07 Avril 2018 au Cap Nguba, en présence du Directeur du Département de Diaconie et Développement, Mr Polisi Kivava et le Rév Pasteur Surveillant du Poste Ecclésiastique de Bukavu, Rév Gustave KABAMBA.