Une nouvelle Directrice à la tête du Département de Diaconie et Développement de la CBCA

 Elle c’est Mme Christine Katsirabwenge MUSONGYA, celle qui prends le bâton de conduite de ce grand Département de Diaconie et de Développement de la Communauté Baptiste au Centre de l’Afrique. Mère de quatre enfants et épouse au Dr Alain Mangolopa, Christine Musongya succède à Mr Polisi KIVAVA qui a dirigé ce département pendant 7ans, et qui désormais va travailler comme missionnaire de la CBCA au sein de l’organisation CBM (Canadian Baptist Ministry), partenaire de la CBCA.

Mme Christine Musongya a fait ses études primaires et secondaires en ville de Goma et a eu son Diplôme d’état en 1998 en technique et coupe couture. En 2004 elle a obtenu son diplôme de fin d’études supérieurs en Gestion des institutions de santé avant d’aller poursuivre son master en Diaconie Management et obtenir son diplôme de master en 2013 en Allemagne.

De mai 2007 à 2010 elle a travaillait déjà au Centre Hospitalier Bethesda/ndosho comme réceptionniste et chargée de la facturation, ensuite de 2011 à 2013 au secrétariat général ou elle a œuvré en qualité de stagiaire au Département de Diaconie et Développement dans le projet jeunes désœuvrés et ex combattants avant d’être responsable du service de Diaconie de Avril 2014 à Juillet 2019.

C’est depuis ce mois de juillet 2019 qu’elle vient d’être promue au Poste de Directrice du Département de Diaconie et de Développement de la CBCA, officiellement présentée pendant les assises du Comité Exécutif de la CBCA tenues à Goma le 23 Juillet 2019. Séance tenante, en présence de tous les participants aux assises du CE, elle a reçu une bénédiction de prière dirigée par le Rév. Kahindo Musumba, membre effectif du Poste Bwatsinge, prière accompagnée par des encouragements de différents leaders de l’Eglise présent sur place.

Que le Seigneur soutienne sa servante et la rende capable d’être utile dans son œuvre pour le temps qu’il l’aura accordé.

 

40e session des assises de l’Assemblée Générale de la CBCA en Ville de Goma

Tout a commencé par un culte qui a réuni tous les membres délégués de 18 Postes ecclésiastiques de la CBCA regroupés dans le Nord et le Sud Kivu, la Province orientale ainsi que les nouveaux champs d’actions de la CBCA parmi eux Lubumbashi, Kinshasa, Kampala Ouganda et Kindu Maniema, Shabunda etc. Lancées le 23 Juillet dans la Paroisse CBCA Goma Ville, elles ont été clôturées ce Vendredi 26 juillet 2019 par la lecture d’une déclaration adressée au gouvernement de la République Démocratique du Congo, focalisant son message sur la situation sécuritaire du pays et la maladie à Virus Ebola.

Dans son message à l’ouverture, le vice-président de l’ECC invité pour ce fait ; le Rév Dr Milenge a partagé un message d’encouragement aux serviteurs de Dieu sur place en mentionnant combien ils ne travaillent pas pour eux même ni pour leurs familles. Dieu est celui qui nous rend capable d’exercer son ministère. Nous avons intérêt à savoir combien Dieu est avec nous. Le danger serait de servir Dieu alors qu’il ne pas en nous. Jusqu’au bout, servons Dieu non pour nos intérêts mais pour Dieu qui nous fortifie. Il sera avec nous même quand nous seront en repos, une grâce particulière qu’il réserve aux serviteurs fidèles et assidus. A-t-il conclu.

Les assises proprement dites de l’Assemblée Générale ont été précédées par la rencontre du comité exécutif qui a traité les différentes questions et évalué le niveau d’exécution des résolutions de l’Assemblée générale tenue l’an passée 2018.

Du 22 au 26 Juillet 2019, 155 personnes ont pris part à ces assises qui ont traité plusieurs questions pour améliorer la qualité de travail confiée à cette communauté, par le Seigneur Jésus.

Parmi les événements saillants de l’AG nous citons :

  • La nomination de la Nouvelle Directrice au Département de Diaconie et Développement
  • La Dédicace de la Radio source de Vie du Poste Goma
  • La réflexion sur le ministère de la femme dans la communauté CBCA
  • Le discipolat etc

Notons que ces assises interviennent deux jours après la clôture d’un grand séminaire en faveur de 750 Pasteurs de la CBCA, dénommé SEPACA tenue en ville de Goma du 14 au 21 Juillet 2019.

Grande a été la satisfaction de leaders de l’église, de participants et de fidèles pour la grâce accordée pendant ces deux semaines où, malgré tous les défis rencontrés Dieu a été fidèle et en action.

Rédaction Communication CBCA

Coup d’envoi du SEPACA officiellement lancé !

C’est un grand jour pour la Communauté Baptiste Au Centre de l’Afrique ; depuis près de quinze ans alors qu’elle célébrait ses 75ans d’existence, la CBCA avait organisé un défilé avec la plupart de ses pasteurs dans la ville de Goma. Aujourd’hui encore, à l’issu du Séminaire de tous ses pasteurs venus de tous les coins où elle œuvre, un grand défilé a une fois de plus été organisé de la Paroisse CBCA Goma-Ville à la Paroisse CBCA Virunga. Défilé auquel près de 770 pasteurs de la CBCA, sans compter le nombre incroyable des fidèles, ont participés ce dimanche 14 Juillet 2019.

A l’arrivée du long cortège à la Paroisse de Virunga, les mandataires de la CBCA en plus de quelques pasteurs se sont dirigés droit devant la salle polyvalente de la Paroisse Virunga nouvellement construite, pour son inauguration. Honorée par la présence du Gouverneur du Nord-Kivu, Carly Nzanzu Kasivita, habillé lui aussi aux couleurs du SEPACA (costume bleu), la cérémonie d’inauguration a commencée sous l’office du Révérend Martin Kilumbiro, Représentant Légal Suppléant et Vice-Président de la CBCA. Après prière et lecture d’une portion biblique, l’assistance a été conduit dans le cantique d’ensemble « Nyimbo za Mungu : Ninakushukuru Mungu kwani uli niokowa », suivi du mot de circonstance du Révérend Vulembera, alors Pasteur paroissial de la CBCA Virunga. La place a été ensuite cédée au Président Communautaire et Représentant Légal de la CBCA Révérend Docteur Samuel Ngayihembako pour la dédicace de la nouvelle salle polyvalente. Pour la coupure du ruban symbolique, le Président et RL de la CBCA a cédé la main au GouPro, qui ensuite, en compagnie de leur assistance, ont effectués ont courte visite guidée au cours de laquelle ils ont reçu quelques explications de l’Ingénieur ayant eu en charge les travaux de construction. Cette nouvelle salle de la Paroisse Virunga, bijou de la CBCA, a une capacité d’accueil de 800 places assises avec tables et environ 1200 places assises sans tables. Pour clôturer cette étape de la liturgie de la journée, un cantique d’ensemble « Nyimbo za Mungu : Kwa Mungu Mjuu uwe utukufu » a été entonné suivi de la prière du Révérend Dr Molo, Recteur de l’ULPGL/Goma.

La cérémonie d’inauguration aussitôt finie, les mandataires avec tous les pasteurs qui les accompagnaient, ont rejoint, en compagnie du Gouverneur de province, l’assemblée réunit dans la cours pleine à craquer de la CBCA Virunga en attente du début du culte d’ouverture officielle du SEPACA. Sous l’office du Révérend Kilumbiro, en présence de plusieurs fidèles, des chorales de la place entre autres Children singers de Goma-ouest, Hubirini et Injili de Virunga, Civilo-militaire, Upendo de Osso Kato et enfin Uinjilisti composée uniquement des Révérends pasteurs, quelques théologiennes et théologiens, ont agrémentées ce culte marquant officiellement le début des travaux du SEPACA.

Le Révérend Docteur André Bokundoa, Président national de l’Eglise du Christ au Congo, aussi présent dans ce culte et prédicateur du jour, a, selon le thème du SEPACA, axé son message sur le thème « Etre disciple et faire des disciples, une responsabilité de l’Eglise » qu’il a tiré de Matthieu 28,18 à 20 et 1Corinthiens 3,5. Le texte de Matthieu 28,19, dixit le messager du jour, est un testament qui nécessite d’être pris au sérieux. Le disciple, c’est celui qui imite son maitre, celui qui veut faire comme lui a appris son maitre. Etre disciple à la suite de Jésus-Christ c’est savoir servir, c’est-à-dire être au service des autres, être serviteur. Si les gens n’arrivent pas à nous suivre c’est parce que nous ne sommes pas serviteurs les uns des autres. Le disciple doit montrer l’exemple, servir de modèle. S’il est demandé ‘‘d’aller’’, le disciple doit être le premier à aller et les autres le ‘‘suivront’’. Servir, servir et servir, voilà la responsabilité de l’Eglise, dixit le message pour conclure son prêche.

Ce culte a connu la présence de plusieurs autorités ecclésiastiques, militaires et politiques qui ont tous été présentées et accueillies par le RL et Président communautaire. Citons ici le Gouverneur de la province du NK, son excellence Carly Nzanzu Kasivita, le Président national de l’ECC, Rd. Dr André Bokundoa, le 2ème Vice-Président de l’ECC qui est aussi pasteur de la CBCA, Rd Dr Milenge, les Honorables Députés nationaux et provinciaux présents au culte, le Commandant de la 34ème Région militaire, le Maire de la ville, les Représentants de quelques communautés membres de l’ECC, les Bourgmestres des communes de Goma et Karisimbi, les Présidents et Vice-Présidents honoraires de la CBCA, le Pasteur Olivier Labarthe de Genève, le Président de l’Assemblée Générale de la CBCA Rd. Dr Timothée Mushagalusa, aussi Recteur de l’ULPGL/Bkv, tous les membres effectifs de la CBCA, tous les Pasteurs Surveillants, tous les mandataires de la CBCA, tous les fidèles des églises sœurs de l’ECC, tous les pasteurs présentés selon la création des Postes ecclésiastiques : Kitsumbiro, Katwa, Bwatsinge, Bambo, Buturande, Goma, Kalungu, Muku… et enfin les femmes théologiennes. Avant de quitter la chair, le Président de la CBCA n’a pas manqué de remercier tous les fidèles pour avoir accueillis sous leurs toits les différents pasteurs de la CBCA venus de plusieurs coins où œuvre la CBCA. Il a dans ses mots rassurer aux fidèles que les pasteurs logés chez eux sont déjà indemnisés, et donc sans risque de la maladie à virus Ebola.

Mentionnant dans son mot les passages de 2Timothée 2,2 et 1Timothée 4,9 à 11, c’est ensuite de cela que le Président national de l’ECC est revenu sur le podium pour lancer et déclaré solennellement ouverts les travaux du Séminaire des pasteurs de la CBCA.

Avant la prière de bénédiction devant clôturer le culte et le cantique d’ensemble « Nyimbo za Mungu : Napenda kutangaza habari Mwokozi », l’occasion a été accordée au Gouverneur de province, qui a accepté d’honorer ce culte jusqu’à la fin, de s’adresser à l’assemblée. Déclarant de prime à bord, être venu non dans le cadre d’une mission officielle, mais pour célébrer le Seigneur Dieu avec ses frères et sœurs en Christ dans son église, le Gouverneur de province a par la suite adresser ses remerciements aux fidèles de la CBCA pour le soutien lors de dernières élections, parlant particulièrement des Postes Busaghala, Beni, Vayana, Maboya en plus de Goma. Il a enfin rappelé dans son mot, l’impératif pour chaque citoyen nord-kivutien de se mettre au travail pour un nouvel élan dans la province du Nord-Kivu théâtre des guerres incessantes et toute sorte de pauvreté, afin d’y mettre un terme, créer des emplois, promouvoir le développement de notre province et annoncer paisiblement la Bonne Nouvelle du Salut. La journée a donc été ainsi clôturée par la prière de bénédiction du Rd. Dr Molo.

Le SEPACA en mode d’envol !

On est samedi 13 juillet 2019, enfin le grand évènement tant attendu prend son envol. De façon proprement dite, les activités du séminaire des pasteurs de toute la Communauté Baptiste au Centre de l’Afrique commencent. A la CBCA Virunga où se tiendront les deux cultes, d’ouverture et de fermeture, alors que l’on attend arriver ce samedi les différentes délégations de tous les pasteurs du grand nord, du Sud-Kivu, de tous les champs missionnaires de la CBCA, Ouganda, Lubumbashi, Kinshasa, Kindu… l’ambiance du grand événement se fait sentir partout… des tentes érigés çà et là dans la cours en plus du décor planté, la fanfare postée à l’entrée en agrémentation à travers de cantiques, des pasteurs de la place et plusieurs fidèles venus accueillir les arrivants, des dispositions sanitaires à l’entrée de la clôture en précaution des maladies contagieuses… tout sort ici de l’accoutumée.
A leur arrivée, pendant environ une heure, les pasteurs venus de tous les coins où œuvre la CBCA ont fait leur entrée accueillis tous dans la nouvelle salle polyvalente de la CBCA Virunga. C’est avec les mots de bienvenue du Représentant Légal et Président Communautaire de la CBCA Révérend Dr Samuel Ngayihembako qu’une prière d’action de grâce a été dite par le Représentant Légal Suppléant et Vice-Président Communautaire Révérend Martin Kilumbiro avant le cantique d’ensemble « Nyimbo za Mungu : Kwa Mungu Mjuu ».
A la suite de cela, quelques orientations sur les affectations en familles et tout le programme suivant ont été successivement données par le Révérend Pasteur Surveillant du Poste Goma Moise Musekwa, le Directeur du Département de Santé/CBCA et le Révérend Kavunga. Jusque un peu tard dans la soirée, les paroisses de la place continuaient à récupérer les différents pasteurs affectées dans diverses familles des fidèles. Il sied de noter que ce séminaire qui va réunir plus de 700 serviteurs de Dieu dans la CBCA débute ses assises lundi 15 juillet à la paroisse CBCA Goma-ville d’où partira le cortège des pasteurs jusqu’à Virunga pour le culte d’ouverture officielle du SEPACA ce dimanche 14.

Rédaction Communication  CBCA

La commission Technique Justice dans sa réunion annuelle

Comme tous les ans avant la tenue de l’Assemblée Générale de la CBCA, la Commission Technique Justice (CTJ) a, une fois de plus cette année 2019 réunit plusieurs membres de la JPSC, chefs d’antennes et bien d’autres programmes pour des assises de trois jours. A partir de ce mardi 9 Juillet, les différents participants, au sein du Centre d’Accueil Tuneko de Goma, ont réfléchis sur plusieurs points concernant la Commission Justice paix et sauvegarde de la nature.

Pour commencer le programme de ces assises, le Président communautaire et Représentant Légal Révérend Docteur Samuel Ngayihembako a débuté la réunion par un cantique du livre des chants « Louange à l’Eternel » : Qu’il fait beau à Ton service, suivi ensuite d’une courte méditation tirée de l’Epitre de Paul aux Romains 8,18-23. Ces assises de la CTJ ont été centrées sur le thème Protéger la vie des créatures selon la justice pour réforme de l’Eglise et de la société, thème qui a essentiellement constitué le gros du message de la méditation du jour.

Dans son speech, le RL et Président Communautaire a rappelé ses auditeurs que, comme chrétiens, nous sommes appelés à vivre selon la justice, non pas seulement pour réclamer la nôtre, mais bien plus celle des autres. L’attitude du chrétien se fonde sur la justice, acquise gratuitement, et que nous sommes censés vivre avec les autres créatures. Certaines expressions sont ici importantes dans le langage de Paul : la création soupire, gémit, souffre… c’est-à-dire que la création elle aussi (humaine, végétale…) subit les conséquences de la chute de l’homme. Et c’est exactement, toute cette création sans exception qui attend le salut du fils de l’homme. Ce salut ne s’inscrit pas seulement sur l’aspect anthropologique qui, pourrait passer sous silence la dimension collective voire cosmologique même du salut. Cela fait que, accomplir la loi de Dieu, est bien plus au-delà du fait d’aimer Dieu seul, mais aussi les autres. Le salut ne se vit pas seul, pour qu’il soit véritablement le salut, il doit être vécu avec les autres. En observant un peu les comportements humains ont peut comprendre même cette dimension cosmologique qui s’encre en nous humains ; quelqu’un qui finit de construire sa maison, il se fait dans la plupart des cas entouré par d’autres créations : plantes et au besoin d’autres espèces animales…

Les douleurs dont parle Paul, sont des douleurs d’enfantement, compte tenu de la perspective avenir, leur finalité est la gloire, de loin comparable à celles-ci. Cependant, pour y parvenir, les chrétiens sont invités à travailler eux aussi sur leur salut tout en sachant qu’aujourd’hui et après, c’est Dieu qui aura fait l’essentiel. La création attend son salut de ceux qui sont appelés fils de Dieu à la suite de Jésus-Christ, afin que vienne ce jour où non seulement nous mais bien plus toute la création, parviendront au salut. Dans la justice, nous acceptons que l’autre soit là, qu’il occupe sa place, qui qu’il soit (d’espèce humaine, animale ou végétale). Mais que dire des espèces dangereuses dans notre environnement (serpent…) ? Nous devons certes nous protéger d’elles, sans envisager des mesures exterminatoires de celles-ci, mais avec des attitudes qui aident à protéger leur vie.

La commission technique justice doit encore penser plus afin d’aider la communauté toute entière à entreprendre des activités qui permettent de protéger la vie dans toute ses formes… Les différentes propositions, recommandations et résolutions devront être soumisses à l’Assemblée Générale de la Communauté pour adoption et mise en œuvre, dixit le Président communautaire pour clôturer la méditation du jour. C’est en ces propos qu’il a ensuite déclaré solennellement ouverts les travaux de la Commission technique justice.

Après cette intervention, le Secrétaire Communautaire et Coordonnateur de la JPSC, Me Christian Sondirya, a remercié le Président pour avoir répondu présent à ce rendez-vous. Il a ensuite présenté les participants à ces travaux, le programme et les objectifs de cette rencontre. Une photo souvenir a été prise après cette première étape de la journée aux côtés du Président et Représentant Légal de la CBCA, avant qu’il ne prenne congé des assises

BIENTOT SEPACA : SEMINAIRE DE PASTEURS DE LA CBCA

Un grand séminaire des Pasteurs s’organise en ville de Goma du 14 au 21 Juillet 2019.

Sous le thème ETRE DISCIPLE POUR FAIRE DES DISCIPLES autrement traduit en Kiswahili KUWA WANAFUNZI KWA KUFANYA WANAFUNZI , plusieurs thèmes seront traités dans ce séminaire de formation de capacitation des serviteurs de Dieu venus de plusieurs coins. Parmi les sujets à développer citons : Le discipolat, une responsabilité de l’église ; Les défis du ministère pastorale et de l’église face au contexte actuel : ex épidémies, insécurité ainsi que plusieurs autres sujets.

Plus de 750 Pasteurs seront au rendez-vous dans cette si grande activité. Des invités comme le Président Nationale de l’ECC en provenance de Kinshasa, les délégations de l’Allemagne, La Suisse, Le Canada, La Tanzanie, Le Rwanda seront au rendez-vous.

Dimanche 14, un culte spécial d’ouverture sera organisé dans la cours de la Paroisse CBCA Virunga. Tout va commencer par une caravane qui ira de la Paroisse Goma Ville après BDGL jusqu’à Virunga. Toutes les délégations y prendront part.

Le Gouverneur du Nord Kivu célèbre la journée de l’indépendance à la CBCA Goma-ville

Un culte dominical sans pareil, coloré par divers événements et honoré par la participation de tous les mandataires de la CBCA, des directeurs des départements et des chefs des services du secrétariat général de la CBCA, tous réunis au Temple de la CBCA Goma-ville ce dimanche 30 Juin 2019.

Présidé par le Révérend Pasteur Surveillant du Poste Goma Rév Ndemesi MUSEKWA, ce culte commémoratif de l’indépendance nationale de la RD Congo a été célébré pour rendre grâce et dire la reconnaissance à Dieu pour l’élévation de l’un des fidèles de la Communauté Baptiste au Centre de l’Afrique au rang de Gouverneur de province.

Avec une grande délégation à sa suite, le nouveau Gouverneur de la Province du Nord-Kivu Nzanzu Kasivita Carly, accompagné de son épouse et ses enfants, a humblement fait son entrée au culte.

Au cours de ce culte, quatorze enfants ont été dédiés au Seigneur sous l’office du Révérend Nyondo, Pasteur paroissial de la CBCA Goma-ville. Après un moment d’actions de grâce conduit par la chorale des enfants (Couronne de vie), le Président et Représentant Légal de la CBCA, Révérend Docteur Samuel Ngayihembako est monté du haut de la chaire pour la méditation du jour qu’il a tiré de l’épitre de Paul aux Philippiens 4:4, axé sur le thème « la vie en Christ, une vie de joie et de paix ». Dans son message, le prédicateur a essentiellement parlé de la joie et de la paix qu’il a suffisamment explicité en ces termes :

Paul revient plusieurs fois sur les thèmes de la joie, qu’il recommande dans ses épitres… souvent quand il était d’ailleurs en captivité ou en prison. En dépit des risques d’annoncer l’évangile, Paul demande avec insistance d’être joyeux, heureux (Philippiens 3,1). Il est certes conscient de cette répétition un peu partout dans sa lettre, « réjouissez-vous » et il sait bien pourquoi.

Mais de quelle joie s’agit-il ? Paul parle ici de la joie qui n’est pas une sorte d’insouciance, un optimisme non plus, puisque cela ne peut mener qu’à des illusions vides. Les Philippiens, comparativement aux congolais aujourd’hui, vivaient dans une pauvreté notoire sous la domination romaine avec des impôts exorbitants qui leur étaient prélevés. C’est dans ce contexte là que Paul leur dit et nous dit aujourd’hui « réjouissez-vous ». Cette joie se trouve dans le fait de croire au Seigneur Jésus-Christ mort et ressuscité, il est ici question de foi en Jésus Christ. croire c’est se réjouir en lui.

Cette joie nous la trouvons après la mort aux péchés, sous-entendu toute sorte de jouissances du monde, et la résurrection en Christ dans la nouveauté de vie. Nous croyons et nous nous en réjouissons.

Pour clôturer son message, le prédicateur a fait comprendre à son auditoire que croire en Christ nous procure la joie et la paix, Dieu étant au milieu de nous. La véritable joie est faite de confiance en Dieu, de foi en Christ dans la prière. Cette joie nous l’avons non pas à la manière dont les gens du monde se réjouissent mais avec la foi et la confiance en Dieu, a-t-il conclu.

Pour marquer ce culte spécial, le Président et RL de la CBCA a conduit une étape cruciale de prière d’action de grâce et d’intercession en faveur du nouveau Gouverneur. Ce dernier avant la dite prière, dans son mot de circonstance, s’est humblement prononcé en ces termes : « Tout est grâce ». Faisant preuve de beaucoup d’humilité, le Gouverneur du Nord-Kivu a remercié le Dieu Tout Puissant qui a rendu possible ce grand parcours qui n’est jusque-là pas une victoire mais une nouvelle lutte et responsabilité qui nécessite appui et soutien de tous pour mener à bon port ce mandat. Le Gouverneur de la Province n’a pas manqué de remercier tous les fidèles pour multiples efforts fournis jusqu’à son élection. Soulignons dans son speech, des moments forts où il s’est remarqué par des phrases comme « L’impossible n’est pas Dieu », « Il faut toujours croire et être convaincu de ce qu’on peut faire » ; « Etre Gouverneur c’est être serviteur ». Il a donc fini son mot en soulignant que gouverner une Province comme le Nord Kivu n’est pas chose facile. Ainsi, a-t-il sollicité le soutien en prières et l’accompagnement de toute l’assemblée tout en précisant que, bien que son nouvel agenda va imposer certaines exigences, il reste membre de la Paroisse CBCA Goma-ville : « Je reste votre frère, je reste membre de l’Eglise », a-t-il conclu.

Son excellence Mr le gouverneur, ensemble avec son épouse à ses côtés, se sont humblement mis à genoux pour recevoir les bénédictions de Dieu, entourés de plusieurs hommes de Dieu, Révérends Pasteurs preparés pour ce fait. Basés sur les textes de Romains 13:1 et Colossiens 3:12-17, le message du Rev.Dr Samuel Ngayihembako Président et RL CBCA au nouveau Gouverneur a fait savoir qu’il n’y a point d’autorité qui ne vienne de Dieu. Autrement dit, Il n’y a d’autorité que sous Dieu, sous l’obéissance à Lui.

Avant de clôturer cette étape, le RL et Président de la CBCA a repris les mots du Gouverneur de la Province « Je reste votre frère, je reste de cette église » tout en exhortant les fidèles à ne pas submerger par beaucoup de sollicitations leur frère en Christ, le nouveau Gouverneur, mais plutôt de lui permettre de se sentir toujours à l’aise comme avant, tout le temps que son agenda lui permettra de venir louer Dieu en communion avec sa Paroisse. Ensuite, de façon symbolique, d’entre les mains du Rév. Dr Samuel Ngayihembako, le Gouverneur NZANZU KASIVITA Carly a reçu une Bible, cadeau de la part de toute l’Eglise pour sa démarche dans ses nouvelles fonctions.

Ce culte d’action de grâce a été clôturé avec la prière de bénédiction du Rév Dr Molo, actuellement Recteur de l’Université Libre des Pays des Grands Lacs/Goma.

La rédaction

Le ministère pastoral de la femme, une réalité encore défiante !

Les femmes et les hommes appréhendent tous différemment la question de l’intégration de la femme non seulement dans la société (la famille, l’église…), mais également dans les différents domaines de la vie (la vie professionnelle,…). La plupart des femmes est très révoltée quant à cette question, puisqu’elle suppose que les us et mœurs de la coutume, la mentalité… ont depuis trop longtemps bloquées l’ascension de la femme à sa juste place afin de jouir également avec les hommes de ses droits. Quoiqu’il en soit, il est remarquable que, en dépit de certaines résistances malheureusement liées à la coutume, en fait aux us et coutumes, à la mentalité et surtout au conservationnisme,… d’aucuns soutiennent l’idée de voir la femme elle aussi exercer son ministère au sein de l’église au modèle purement féminin.

Il est clair que la femme peut exercer librement et facilement son ministère au sein de l’église, son seul blocage est plutôt lié à elle-même : ses doutes, sa mentalité, sa façon de voir les choses et aussi ses peurs. L’ordination de la femme au ministère pastoral, ne devrait dépendre que de la vocation, la volonté de servir, son dévouement et non pas à son caractère sexuel.  Hommes et femmes, sont tous formés dans les mêmes conditions, avec les mêmes enseignants, l’envoi de tels ou telles autres dans la pastorale devrait tenir compte de cet aspect et bien plus des capacités de chacun et chacune à pouvoir exercer son ministère pastoral car ayant tous les mêmes chances de servir au sein du corps du Christ, id est d’accomplir ses tâches en tant que membres à part entière du corps du Christ peu importe le genre.

L’ordination de la femme dépend de tout point de vue d’une religion à une autre, d’une église à une autre, d’une communauté à une autre ; ce qui implique de ce fait les motivations, les raisons, le fondement biblique, le dogme, les conventions… de chacune d’entre elles. Nonobstant cela, il serait souhaitable pour ces différentes religions de se  conformer aux saintes écritures, si elles sont d’audience chrétienne, sans se laisser influencer par la culture, la mentalité, les us et coutumes,… pour intégrer la femme dans le ministère religieux. Refuser à la femme d’exercer son ministère au sein de l’église tout comme l’homme, est une mesure discriminatoire et l’église ne devrait pas encourager ce genre d’antivaleurs, la discrimination.

Le Révérend Joshua Fizi du District de Bukoba/Tanzanie dans sa visite à la Faculté de Théologie Protestante de l’Université Libre des Pays des Grands Lacs/Goma n’a pas passé sous silence cette question qui actuellement, laisse couler beaucoup d’encre et de salives. Il était accompagné des Révérends Pasteurs Surveillant et Evangéliste du Poste Goma au cours de cette visite effectuée à l’ULPGL/Goma dans les après-midi du vendredi 14 Juin 2019.

Devant les étudiants de la première et deuxième licence, le Rév Joshua n’a pas manqué d’exprimer sa satisfaction à cause de son voyage effectué en RD.Congo, principalement à Goma où il souhaitait depuis très longtemps fouler ses pieds. Notons que cette visite rentre dans le cadre du partenariat d’échange d’expériences entre le Poste Goma et le District de Bukoba/Tanzanie.

Son échange avec les étudiants finalistes de la théologie a essentiellement tourné sur la question de l’ordination de la femme pour le ministère pastoral. Pour en parler, il a commencé d’abord par féliciter toutes les étudiantes inscrites à la faculté de théologie pour le noble choix qu’elles ont faite, tout en les encourageant à demeurer patientes quant à ce qui concerne leur ordination dans la pastorale. En parlant de l’expérience de son pays d’origine, le Rév Joshua a fait savoir à ses interlocuteurs qu’il n’avait pas été aussi simple pour la femme tanzanienne d’intégrer le ministère pastorale puisqu’à l’époque elle était complétement absente de la vie active. Cependant, son endurance et sa détermination lui ont valu aujourd’hui sa place  dans plusieurs autres domaines (religieux, politiques, éducationnels, militaires…). Ainsi, le Rév Joshua a invité toutes les théologiennes à continuer l’œuvre de Dieu dans bien d’autres ministères en attendant le jour où elles pourront enfin exercer leur pastoral au même titre que les hommes ;

Si les hommes et les femmes sont tous formés dans les mêmes conditions à la faculté de Théologie, d’aucuns continuent à se demander ce qui pourrait bien empêcher les femmes à bien exercer le même ministère que font les hommes ! Et même si bien plus qui s’y opposent tergiversent encore, la problématique demeure, faut-il intégrer la femme dans le ministère pastoral ou pas ? Comme l’aurait dit le Rév Joshua dans son speech, l’ordination de la femme dans le ministère pastoral est comme un grand tourbillon que l’on ne saurait pas arrêter avec des mains. Il est seulement question de temps avant que tout le monde soit emporté. On aura probablement tous compris que ni le choix ni la vocation de Dieu ne dépendent pas du genre !