« Les violences basées sur le genre et les violences sexuelles fragilisent la femme à s’intégrer dans la société pour développer son potentiel en entièreté. Quel est son rôle et celui de l’homme pour s’assurer d’un futur moins frustrant ?»

Du 17 au 19 Octobre 2016, dans le but de renforcer la capacité du leadership féminin dans les églises et la société, un atelier de formation sur les violences basées sur le genre, un atelier de formation a été organisé au centre Rudolf à Goma réunissant certains femmes leaders de la CBCA ville de Goma et de l’Eglise Presbytérienne du Rwanda ; certains pasteurs et quelques hommes de service homme et famille de ces deux communautés. Les réflexions ont tournés autour des indices de la violence basées sur le genre dans toute sa forme, dans l’Eglise et dans la société.

Organisé et facilité par Mme Rév. UTE en Provenance de l’Allemagne, en collaboration avec le Département femme et Famille de la CBCA,  elle a martelé dans ses interventions, sur la compréhension de certains concepts tel que ce qu’on comprend de l’égalité dans la diversité, la description du rôle de l’homme et de la femme dans la société, la perception de l’église sur la femme et  l’homme.

Elle a expliqué comment les sociologues donnent une distinction un peu claire par rapport au genre qui est à distinguer du sexe.

Sa méthodologie participative de travail dans les groupes pendant toute les sessions a permit aux participants d’examiner en fond certains cas des viols basés sur les genres dans différents endroits en société et même dans les ménages. Avec de exemples tirés de la Bible tel que l’histoire d’Amnon et Tamar, celle du Roi David, il a été révélé que le pouvoir sur la femme est un facteur qui influe les actes de certains hommes à continuer à briser la dignité de la femme dans son sens vrai à être respecté.

Depuis environ deux  décennies, la RDC est secouée par de crises multidimensionnelles. le pays, bien que potentiellement riche, traverse une situation hostile et la femme et les enfants sont victimes dans la plupart de cas. Plusieurs violences s’observent à différents niveaux dans la société, voire même de violences domestiques. La masculinité est perçue par la plupart de gens comme un outil d’autorité à appliquer sur la femme dans diverses dimensions.

Echo de la Ville de Goma au Nord Kivu/RDC

La ville de Goma s’est réveillée avec une présence inhabituelle de la police et de la Police Militaire sur les artères principales, les ronds-points et autres places comme Signers, Instigo, Mutinga, Tribune ONC…Joint au téléphone par une radio locale, le commandant de la police zone Goma-ville a dit que c’est un déploiement de routine en cas de troubles. Le colonel Flamand Baliwa Ngoy n’a pas voulu préciser si c’est consécutif à la ville morte appelée par le mouvement citoyen « La LUCHA » que le maire de la ville a dénoncé dans un communiqué et dont la population n’a pas eu échos parce que ces militants ‘’de la Lucha’’ étaient interceptés par la police en distribuant des tracts dans une institution universitaire de la place.

Des grèves observées cette semaine et l’instabilité économique

Après les taxis motos et les taxis bus lundi, c’est le tour des pétroliers ce mardi d’entrer en grève. Les stations de la ville de Goma sont restées fermées toute la journée occasionnant du coup une nouvelle hausse de prix du carburant chez les revendeurs appelés communément KADAFI. Le prix qui était de 1 700 francs congolais est désormais passé à 2000 francs congolais le litre. Maintenant les KADAFI vont s’approvisionner au Rwanda a une valeur de 1400francs pour venir vendre à 2000 francs congolais à Goma.

Dans cette crise du carburant dans la ville de Goma, les pétroliers accusent l’OCC (Office Congolais de contrôle) de leur imposer une nouvelle taxe et cela sans nomenclature. PROVIDENCE MUHIGA, président de l’association des pétroliers du Nord-Kivu, explique qu’en conséquence ils ont préféré fermer leurs stations pour ne pas perturber la structure de prix et élever davantage le prix à la pompe. Il accuse également l’OCC de les pousser à payer ladite taxe en dehors du guichet unique. C’est la raison de leur colère et donc de leur grève.

Après la hausse de la course en moto à Goma, c’est maintenant le prix de la course des minibus trans-villes qui est revu à la hausse. De Ndosho au Centre-Ville une course passe de 400 à 500 francs congolais. Du centre-ville à l’entrée président et entrée ULPGL, la course passe de 300 à 400 francs congolais. Egalement les recettes seront versées en francs congolais à raison de 38 mille 500 francs congolais par jour. Le ministre de transport CARLY NZANZU KASIVITA qui s’est réuni avec les propriétaires des minibus explique que ces modifications substantielles sont consécutives au comportement du franc congolais par rapport au dollar mais il y aura chaque fois des analyses statistiques pour trouver d’autres compromis.

Des arrestations

Parade spéciale ce mardi au bureau du commissaire divisionnaire adjoint VITAL AWASHANGO. Plusieurs catégories des personnes, 50 en tout, qui ont troublé ou qui troublent encore la tranquillité dans la ville de Goma ont été présenté à la presse. Parmi ces personnes, 6 activistes de la LUCHA interpellés pendant qu’ils distribuaient des tracts à l’ISC pour une ville morte, tract d’ailleurs dénoncé par le maire de la ville. Le commissaire divisionnaire adjoint VITAL AWASHANGO a également présenté des kidnappeurs d’enfants, des voleurs à mains armées et autres badauds qui avaient barricadé les routes durant la marche des opposants le 19 octobre2016.Il invite les parents a bien éduquer leurs enfants et à les empêcher de participer aux activités politiques.

 

Du nouveau Vice Président de l’Assemblée Provinciale

Le nouveau vice-président de l’assemblée provinciale du Nord-Kivu est désormais connu. Il s’agit de l’honorable CHEKANABO Janvier qui a obtenu 68% contre JARIBU MULIWAVYO qui n’a pas su convaincre ses collègues députés et ne s’en est sorti qu’avec 12 voix sur 41 votants. L’honorable CHEKANABO dit avoir gagné la confiance de ses paires par son comportement digne. Même si il va désormais siéger au bureau, le nouveau vice-président de l’assemblée provinciale du Nord-Kivu demande aux autres députés d’être leurs yeux et de travailler de commun accord.

« La guérison des souvenirs ou traumatismes et la délivrance »

« Les Eglises membres de la Mission Evangélique Unie (MEU) en Afrique devraient renforcer et harmoniser le ministère de délivrance, et former les membres des groupes de prière en détraumatisation et en psychologie de base. »

Ce fut la principale recommandation d’un groupe de réflexion sur « La guérison des souvenirs ou traumatismes et la délivrance» qui a réuni 19 participants des Églises anglicane et Presbytérienne du Rwanda (EAR et EPR), la Communauté Baptiste au Centre de l’Afrique (CBCA) à l’Est de la R.D.Congo ainsi que l’Eglise évangélique du Cameroun (EEC). Organisé par le Secrétaire Exécutif de la MEU pour l’évangélisation, le Dr Claudia Währisch-Oblau, accompagnée  d’un psychiatre allemand, le Dr Martin Grabe, ce groupe de réflexion a cherché à mettre les pasteurs dans un système de dialogue ensemble avec les professionnels de la santé mentale pour comment la coopération entre les deux champs pourraient enrichir le travail de détraumatisation dans les églises respectives, ainsi que le ministère de délivrance.

Les participants réunis à Goma, ont pris le temps de visiter les services de délivrance de la CBCA ainsi que d’une «église de réveil» local ; un hôpital psychiatrique dirigé par l’Eglise catholique, et un centre d’écoute de la CBCA, pour se donner une image réel de ce qui se fait exactement.

Discutant de cas concrets, le groupe de participants s’est rendu compte que beaucoup de gens qui cherchent la délivrance des démons n’ont seulement pas de problèmes spirituels, mais aussi mentaux, médicaux et sociaux. Une approche holistique effective devrait donc inclure une aide psychologique et médicale, le counseling pastoral, et  la prière pour la délivrance dans le cas échéant. Comme les groupes de prière impliqués dans le ministère de délivrance sont généralement composé de fidèles laïcs, la nécessité de leur formation en psychologie de base et de détraumatisation a été jugée primordiale. Cela exige que le groupe lui-même engagé élabore un programme pour ces formations.

La rencontre entre les pasteurs et les professionnels de la santé mentale était une première pour la plupart des participants, et a généré beaucoup de matériel de discussions qui allaient souvent jusqu’à plutard dans la nuit.

Par Hulda Vagheni

Share the Good News: Grace, Faith and Action

vem3« Share the Good News: Grace, Faith and Action » is the Theme of the UEM General assembly taking place in the Golden Tulip in Nyamatta in the outskirts of Kigali in Rwanda from 29th September to 8th October 2016. The delegates came from all member churches of United Evanelical Mission in Africa, Asia and Europe gothering for this General assembly which always takes place every two years.  Already many participants have converged to this venue. In conjunction to this great assembly, many other side events have taken place before and others planned after. This is the case of the climate consultation which took place in the meantime, the youth delegates had preassembly in ISANO in Kigali, a Guest house belonging to the Presbyterian Church in Rwanda. Youth delegates and stewards from UEM member churches are enjoying fellowship and their effective participation in the General assembly deliberations. The women delegates on their side met in Gitarama in the Shyogwe diocese of the Anglican Church in Rwanda guest house belonging to the hosting church to prepare for the General assembly by putting together reflexions on specific questions concerning them that will be voiced out during the General Assembly.vem7

The official opening of the General Assembly took place on Monday 3rd October 2016. Exchanges are moving on and we’ll keep you updated and let you know about some resolutions that will be taken. For the CBCA, the church is represented by Rev. Dr Molo, the Legal representant and Mrs Kavira Nganza the women Director in the CBCA.

 

CEDERU: « DO NO HARM », approche de pérénisation de projets sans post conflits

cederu-3Dans le cadre des projets appuyés par le Fonds pour la Consolidation de la Paix/FCP, le Centre de Développement Rural de Kibututu a organisé un atelier de formation réunissant les chefs des quartiers, les chefs des divisions, les leaders communautaires locaux, les chefs de localité,… ; autour du thème : Analyse des conflits et « DO NO HARM », pour trois jours, du 04 au 06 Octobre 2016, dans la grande salle de la commune de Goma.

Les actions financées par le FCP contribuent à la prévention et à la transformation des conflits dans les zones d’intervention des projets. L’approche DO NO HARM consiste à faire que le projet réalisé en faveur d’une cible donnée ne soit pas à la base de conflits ou ne renforce pas les conflits autour de ce projet mais plutôt qu’il arrive à consolider et éviter ou alors renforcer la cohésion entre les bénéficiaires dans la gestion de ce dit projet. Ainsi donc, cette formation s’est inscrite dans la même perspective afin que toutes les parties prenantes s’approprient l’approche « Do no harm » pour assurer la pérennité des actions des projets dans un climat de paix renforçant la cohésion sociale ; en poursuivant les objectifs qui suivent :

  • Etablir le dialogue et les échanges entre les participants ;
  • Amener les participants à connaitre le sens du mot « conflit » et les aspects y relatif ;
  • En vue d’une résolution et transformation des conflits ciblés dans la ville de Goma et le territoire de Nyiragongo.

C’est en date du 4 octobre 2016, après le mot d’accueil de tous les participants et différents invités à la formation, mot donné par directeur du CEDERU, l’Ir Paul MUHASA que, l’activité a été solennellement ouverte par bourgmestre de la commune de Goma qui, dans son mot a appelé tous les participants et différents leaders locaux à capitaliser ce moment de formation en vue d’une culture de la paix dans les différentes entités administratives représentées.

30 personnes prennent part à cette formation facilitée par deux formateurs du FCP.

Ramu Kaisi un jeune pygmée, obtient son diplôme de graduat à Goma

La société actuelle développe une marginalisation à l’égard des certaines de ses souches. Heureusement, les populations ainsi marginalisées s’inscrivent aussi dans la poursuite de l’excellence et de la perfection par différentes voies parmi lesquelles la scolarité.

Ainsi, à cette issus, Monsieur RAMU KAISI MUSAFIRI, un pygmée, jeune chrétien de la CBCA a été parmi ceux-là qui s’inscrivent dans la poursuite de cette excellence. Dans ce cadre, il a fini ses études à l’Institut Supérieur de Développement Rural des Grands-lacs dans l’option Environnement et développement durable. Son travail a porté sur le thème qui suit : Etude des facteurs de la faible implication des peuples autochtones dans le secteur agro-pastorale dans le groupement de MUDJA ; en territoire de Nyiragongo ; chefferie de Bukumu ; 2015-2016.

Ainsi, nous encourageons tous les autres pygmées de s’inscrire dans la même vision afin que l’intégration de ce peuple soit vraiment effective et efficace dans la communauté ecclésiastique.

LE REVEREND CHIKURU MUSHAGALUSA n’est plus

Décédé le 24 Septembre 2016, le Rév Pasteur CHIKURU MUSHAGALUSA est né le 1ier Septembre 1958 à Kaziba, dans la province du Sud Kivu.  Il fut ordonné Pasteur à la Paroisse de la 3ième CBCA IKO (un ilot du lac Kivu en face de la fomulac Katana) le 24 Septembre 1989 après avoir fini ses études à l’Institut Biblique de Muku deux ans plus tard. Il a travaillé dans les paroisses d’Iko,  Sange dans la plaine de la Ruzizi et  de Kaziba.

Père de 9 enfants dont 7 filles et 2 garçons, il laisse derrière lui une veuve.

Son ministère est marqué par des actions qui ont fait preuve de son dévouement et son appel à l’œuvre du Seigneur dans le Sud Kivu. Nous retenons donc de sa biographie qu’il est décédé au cours du mois de sa naissance et surtout à la même date de son ordination pastorale.

Que son âme repose en paix.

LA CBCA CELEBRE LA JOURNEE MONDIALE DE LA PAIX SOUS LE THEME “LET US REDUCE OUR TRAUMA AND BELIEVE IN PEACE”

marche-3Goma 21 Septembre 2016, il était 7heures juste quand les jeunes congolais se rassemblaient tous à la grande barrière pour accueillir les jeunes du Rwanda pour célébrer cette mémorable journée de la paix au monde, initiative de la CBCA par le biais de la commission Justice Paix et sauvegarde de la création JPSC. Là on pouvait voir des banderoles, des calicaux… portant des messages de paix, de détraumatisation et de cohabitation pacifique.

Une matinée agrémentée par la fanfare de la CBCA, des jeunes habillés en blanc, différents calicots des partenaires de la CBCA… tous rassemblés au nom de la paix !

Le Maire de la Ville de Goma plante une arbre de paix

Le Maire de la Ville de Goma plante une arbre de paix

Dans le cadre de la conservation de la nature, l’une des objectifs de la JPSC, un arbre a été planté à la grande barrière par le Maire de Goma accompagné par le Président de la CBCA et plusieurs autres autorités de la place.

De la grande barrière au stade Les Volcans une marche agrémentée par la fanfare a été faite par des jeunes en grande majorité accompagnés de quasiment tous les dirigeants de la CBCA, de certains pasteurs et préfets d’écoles, de délégations des organisations partenaires de la CBCA telles que A peace of Life, The Jane Goodall’s Institute qui ont fabriqués  une colombe de la Paix à l’occasion…

les jeunes en promenade de paix

les jeunes en promenade de paix

Les jeunes éblouis de joie chantaient au rythme de la fanfare au nom de la paix sous l’étonnement de la population de Goma debout sur la route principale.

Cette marche a chutée par une grande manifestation au Stade Les Volcans où les différentes autorités de la place ont pris part parmi lesquelles le Gouverneur de Province représenté par Madame le Ministre en charge de l’éducation Adèle Bazizane, le Maire de la ville de Goma Malere Mamicho, le Bourgmestre de la commune de Goma James Nzumuka, le Chef de bureau de la Monusco…

wafalmeA cette occasion, différents mots de circonstance ont été prononcés par ces autorités politico-ecclésiastiques tous axés sur la promotion de la paix et la cohabitation pacifique. A tour des rôles, ils n’ont pas manqué de féliciter et encourager la CBCA pour cet initiative. Dans son mot de remerciement, le Révérend Docteur Molo a encouragé les jeunes et toute la population à être artisans de la paix dans cette région si meurtrie par des guerres sous toutes ses formes. A l’issu de cette manifestation, des cantiques et poèmes sur la paix ont été chantés et déclamés par les jeunes !

Ministre Adel Bazizane

Ministre Adel Bazizane

Un grand moment aussi émotionnel avec des messages de consolidation de la paix et de cohabitation pacifique entre les différentes populations de la sous-région des grands lacs et particulièrement ceux de Goma et de Gisenyi.

Un verre communiel a été partagé, pour clore cette journée, au CAP TUNEKO entre tous les manifestants !

 

La rédaction

 

Mme Kahindo Kavuo Véronique vient d’obtenir son doctorat en théologie

Mme Véronique Kavuo, directrice honoraire du Département Femme et Famille de la CBCA, vient d’obtenir son doctorat en Théologie à l’UNISA en Afrique du Sud, le 07 septembre 2016 à 18h30. Avec un intérêt particulier focalisé sur la politique dans l’Ancien Testament (plus spécialement dans les livres des Prophètes), sa thèse porte sur une lecture contextuelle du texte d’Ésaïe 9:1-6 dont l’application pratique se focalise sur les efforts de rétablissement de la paix à l’Est de la RDC.

Contactée par le service de  communication de la CBCA, elle a exprimé la joie de sa nouvelle casquette académique en ces termes :

« La rédaction d’une thèse représente des heures de travail difficile et parfois solitaire dans les salles des recherches et bibliothèques empreintes de restrictions, de règles et de rigueurs même dans l’utilisation des outils de communication. En plus de cela, l’entreprise d’une thèse peut devenir une activité de longue haleine et aussi une épopée souvent parcourue pendant l’une des époques les plus difficiles, dures et noires de l’évolution d’une étudiante qui est à la fois épouse, mère et future professionnelle scientifique.

Pourtant, le doctorat en soi est doté de vie, de créativité et d’interactions humaines. Il s’agit avant tout d’un parcours très humain, un projet plein d’influences, de réflexions, d’évolution et de liens tissés transformateurs. Il trouve une part précieuse de sa valeur dans le fait qu’il est enrichi de la contribution divine, de l’Église, des superviseurs, des collègues et collaborateurs, voire des membres de la famille.

Dr Kahindo Kavuo Véronique

Dr Kahindo Kavuo Véronique

C’est pourquoi, avec la plus profonde gratitude, je tiens à remercier tous ceux qui s’étaient sacrifiés afin que j’atteigne mon objectif : devenir Docteur en Théologie. Parmi eux, citons ceux qui m’avaient inspirée l’idée de poursuivre les études postuniversitaires, ceux qui m’avaient recommandée à la bourse de la MEU, ceux qui avaient rendu possible le commencement de mon programme postuniversitaire (Troisième Cycle) à University of South Africa (UNISA/Pretoria), ceux qui m’avaient soutenue moralement, psychologiquement, matériellement et financièrement, et ceux qui priaient pour moi et qui m’encourageaient de diverses manières.

Ainsi donc, c’est avec le concours de plusieurs que ma thèse doctorale avait été produite sous le titre: Prince of Peace for the Kingdom of Judah in Crisis: a Contextual Reading of Isaiah 9:1-6 (7) from a Perspective of Peace-Building Efforts in the Eastern Provinces of the DRC (Anglais). Dans ce travail scientifique, je m’étais appropriée l’approche méthodologique contextuelle nommée « l’Herméneutique Biblique de l’Inculturation » afin de faciliter, après une analyse exégétique d’Ésaïe 9 :1-6 (7), un dialogue entre le contexte du texte et le contexte de la partie Est de la RDC déchirée par la guerre avec pour objectif de contribuer à la promotion de la paix et de la stabilité dans la Région. Pour mieux comprendre comment j’y étais arrivée, je vous invite à lire ma thèse en entier. »

Signalons que Dr Kahindo Kavuo Véronique est enseignante à l’Université Libres des Pays des Grands Lacs (ULPGL) /Goma depuis plus de dix ans. Nous sommes convaincus que les connaissances qu’elle a acquises à l’UNISA seront au profit de l’ULPGL, de la CBCA et de toute la Région. Nous lui présentons nos vives et sincères félicitations.

La Rédaction.

 

L’Honorable Kambale Nguke Mbasa Matthias n’est plus

La CBCA a la profonde douleur de vous annoncer le décès de l’Honorable Kambale Nguke Mbasa Matthias père BIOLOGIQUE de son actuel Président et Représentant Légal le Dr Kakule Molo. Cette mort est survenue  vendredi soir 09 sept 2016 à 19h à l’hôpital Général de Katwa à Butembo. Il vient de finir sa course à l’age de 91 ans et son inhumation a eu lieu le 12 septembre en présence d’une très grande foule venue lui rendre homage.

A l’occasion du culte de consolation organisé à Katwa, le vice Président et Représentant Légal de la CBCA, le Dr Samuel Ngayihembako a prononcé un mot au nom de toute la communauté:

Mot de la CBCA à l’occasion du culte de consolation de la famille de l’Honorable Kambale Nguke Mbasa Matthias

« L’Honorable Kambale Nguke Mbasa Matthias, qui vient de nous quitter, est l’un des pionniers de la CBCA qui ont eu un grand rôle à jouer lorsque les pasteurs et fidèles autochtones au sein de la Mission Baptiste au Kivu  décidèrent de poursuivre l’œuvre d’évangélisation en tant que communauté ecclésiastique autonome, ne dépendant plus du soutien et de la direction des missionnaires venus de l’Amérique. En effet, en plus d’être Député Provincial, l’Honorable Mbasa a été surtout l’un des serviteurs de Dieu au sein de notre Communauté. En ce titre, il a eu à intervenir et à souffrir au cours de ce passage de la Mission Baptiste au Kivu à une église autonome, dirigée et soutenue par des autochtones, dénommée Eglise Protestante Baptiste du Kivu (EPBK) qui est devenue actuellement Communauté Baptiste au Centre de l’Afrique (CBCA).

Celle-ci continue son œuvre évangélisatrice en respectant un principe hérité de la Mission et mis en branle par ces pionniers, qui est justement celui d’implanter de nouvelles églises ou paroisses dont les membres comprennent que c’est à eux de prendre en charge l’œuvre évangélisatrice dans laquelle ils se sont engagés. Nous nous reconnaissons donc, nous CBCA, comme fruit de leurs efforts et peines, avec ce que nous représentons comme force ou élan missionnaire qui allie l’épanouissement spirituel, moral, intellectuel, social et économique avec le développement communautaire en vue d’un salut intégral de toute la personne humaine à laquelle nous annonçons l’Evangile de Jésus Christ, Seigneur et Sauveur de tous et de chacun/chacune.

En plus de cette reconnaissance de l’œuvre de l’un des pionniers de la CBCA, nous disons notre gratitude à Dieu qui a permis à l’Honorable Mbasa de lui rendre service durant toute sa vie, avec humilité, dévouement et ténacité. Nous exprimons également nos remerciements à sa famille qui a mis au monde, éduqué et consenti d’énormes privations pour l’instruction de son fils, le Révérend Dr Kakule Molo, actuellement Président et Représentant Légal de la CBCA, lui, dont le leadership a été, pour le moins qu’on puisse dire, une véritable bénédiction pour notre Communauté ecclésiastique, pour notre Pays, la République Démocratique du Congo, qu’il a particulièrement servi, comme son père, en qualité de Député National, et pour d’autres églises membres de la Mission Evangélique Unie qu’il a également servie durant de longues années.

Ce que nous pouvons promettre aux pionniers de notre Communauté, dont l’Honorable Mbasa Matthias, c’est de poursuivre sans relâche la mission évangélisatrice, en nous inspirant de leur sagesse, dévouement et ténacité. Que Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père de toute consolation, console la famille de Kambale Nguke Mbasa Matthias. A nous tous, rappelons ces mots rassurants de l’Apôtre Paul aux Philippiens : « Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ » (Ph. 4 :7).