Pillage au CS CBCA Kibirizi dans le Bwito/Poste Bambo

Le centre de santé de la Communauté Baptiste au Centre de l’Afrique, (CBCA) de Kibirizi dans la chefferie de Bwito, territoire de Rutshuru a été systématiquement pillé par des hommes armés. Des rebelles (FDLR) sont mis en cause, ont indiqué des sources locales mercredi 12 décembre, précisant que depuis lors, ce centre ne fonctionne plus.

Tous les médicaments, le matériel médical, dont ceux de la maternité, et plusieurs autres biens, ont été emportés par des hommes armés. Même les malades sous perfusion ont vu leurs sérums arrachés, selon le fonctionnaire délégué du gouverneur à Kibirizi.

Il était 19 heures locales, quand ces hommes armés considérés comme des FDLR, ont commencé à opérer au centre de santé de la Communauté Baptiste au Centre de l’Afrique. Après leur forfait, ils se sont retirés en toute quiétude.

Selon les sources sur place, ces assaillants sont venus uniquement pour se ravitailler en médicaments. L’armée, dont le campement est situé à quelque 2 km de Kibirizi, est intervenue, mais en retard. L’autorité militaire placée à ce lieu sollicite par ailleurs un renforcement des effectifs militaires dans la zone.

Le centre de santé CBCA a ouvert ses portes ce mercredi, mais aucun malade ne s’est présenté, a expliqué l’infirmier titulaire.

Plusieurs groupes armés opèrent autour de Kibirizi, notamment les FDLR/Foca, FDLR/Rudi ainsi que les Maï-Maï Mazembe. Ces groupes sèment la terreur dans la région où la population rurale ne sait plus à qui se vouer.

Rappelons que ce centre fonctionne dans le Poste CBCA Bambo, Poste faisant face à une insécurité insupportable, facteur qui a fait que le bureau déplacé son siège jusqu’à Kanyabayonga depuis 2 ans.

 

Rédaction

 

86 arbres plantés dans la cours de l’Institut Majengo en ville de Goma

La rencontre régionale sur la promotion des valeurs protestantes et de la culture de la paix dans les écoles protestantes de la sous-région de grands lacs, tenue du 03 au 06 en ville de Goma a été sanctionnée par une activité environnementale. Il s’agit de planter les arbres dans la concession de l’Institut Majengo en ville de Goma, geste posé par  les participants à cette rencontre qui a réuni pendant 4 jours, 106 personnes dont les élèves, enseignants et experts pédagogues du Nord et du sud Kivu de la RDC et  ceux du Rwanda.

En effet à la lumière de Martin Luther, à chaque rencontre régionale dans ce projet, la protection de l’environnement est prioritaire d’où planter un arbre est un acte responsable de contribuer à la paix dans cette région de grands lacs, a dit le coordonnateur des ECP CBCA, Mr Kasereka Lutswamba dans un exposé qui a éclairci l’objectif de cette activité environnementale sur ce site tout en soulignant le fait que, préserver la nature est l’une des valeurs protestantes. Prenant la parole, le Rév Pierre Claver Nkurunzinza du Rwanda a rappelé que la biodiversité comprend les espèces animales et végétales, et a insisté sur le fait qu’il y a interaction harmonieuse entre l’homme et la nature. En protégeant la nature, on se protège soi-même. Depuis la création, l’homme a été créé en dernier lieu non par hasard ; l’homme dépends plus de la nature. L’air que l’humanité respire dépend des arbres d’où, l’homme ne peut pas vivre sans la nature mais la nature peut exister sans l’homme.  « Il a toujours été traité insensée, toute personne qui peut couper la branche sur laquelle il est assis. » A-t-il conclu

86 arbres fruitiers et autres espèces dont les goyaviers, les avocatiers, le pommier ont été plantés dans la concession de l’institut Majengo et CBCA Katoyi qui d’après son histoire présentée par son chef d’établissement Mr Nzughundi, cette école est opérationnelle depuis 1977 et a déjà produit plus de 1300 diplômés.

Cette activité a été suivie par une cérémonie de clôture au centre de formation pédagogique, lieu où s’est tenue la rencontre. Elle a été honorée par plusieurs autorités politico-administratives et ecclésiastiques parmi eux l’envoyé du ministre Provincial Mme Adel Bazizane, ministre de l’éducation, de la jeunesse et des enfants ; des inspecteurs de la province du Nord Kivu, de Révérends Pasteurs parmi eux le Rév. Dr Samuel Ngayihembako, Président et représentant légal de la CBCA. . Faut-t-il mentionner qu’à plus des modules de la formation distribués à chaque école représentée, tous les 75 élèves présents dans la rencontre ont reçus chacun un dictionnaire anglais-français, cadeau de la coordination des écoles conventionnées protestantes de la CBCA pour renforcer les capacités linguistiques de cette pépinière.

Après différents mots, la remise de certificats et des cadeaux ont bouclés cette activité dans une ambiance de danses culturelles de divers tributs de la région de grands lacs, danses présentés par les élèves.

Par Hulda Vagheni

La rencontre régionale sur la promotion des valeurs protestantes et de la culture de la paix dans les écoles protestantes de la sous-région de grands lacs, tenue du 03 au 06 en ville de Goma a été sanctionnée par une activité environnementale. Il s’agit de planter les arbres dans la concession de l’Institut Majengo en ville de Goma, geste posé par  les participants à cette rencontre qui a réuni pendant 4 jours106 personnes dont les élèves, enseignants et experts pédagogues du Nord et du sud Kivu de la RDC et  ceux du Rwanda.

En effet à la lumière de Martin Luther, à chaque rencontre régionale dans ce projet, la protection de l’environnement est prioritaire d’où planter un arbre est un acte responsable de contribuer à la paix dans cette région de grands lacs, a dit le coordonnateur des ECP CBCA, Mr Kasereka Lutswamba dans un exposé qui a éclairci l’objectif de cette activité environnementale sur ce site tout en soulignant le fait que, préserver la nature est l’une des valeurs protestantes. Prenant la parole, le Rév Pierre Claver Nkurunzinza du Rwanda a rappelé que la biodiversité comprend les espèces animales et végétales, et a insisté sur le fait qu’il y a interaction harmonieuse entre l’homme et la nature. En protégeant la nature, on se protège soi-même. Depuis la création, l’homme a été créé en dernier lieu non par hasard ; l’homme dépends plus de la nature. L’air que l’humanité respire dépend des arbres d’où, l’homme ne peut pas vivre sans la nature mais la nature peut exister sans l’homme.  « Il a toujours été traité insensée, toute personne qui peut couper la branche sur laquelle il est assis. » A-t-il conclu

86 arbres fruitiers et autres espèces dont les goyaviers, les avocatiers, le pommier ont été plantés dans la concession de l’institut Majengo et CBCA Katoyi qui d’après son histoire présentée par son chef d’établissement Mr Nzughundi, cette école est opérationnelle depuis 1977 et a déjà produit plus de 1300 diplômés.

Cette activité a été suivie par une cérémonie de clôture au centre de formation pédagogique, lieu où s’est tenue la rencontre. Elle a été honorée par plusieurs autorités politico-administratives et ecclésiastiques parmi eux l’envoyé du ministre Provincial Mme Adel Bazizane, ministre de l’éducation, de la jeunesse et des enfants ; des inspecteurs de la province du Nord Kivu, de Révérends Pasteurs parmi eux le Rév. Dr Samuel Ngayihembako, Président et représentant légal de la CBCA. . Faut-t-il mentionner qu’à plus des modules de la formation distribués à chaque école représentée, tous les 75 élèves présents dans la rencontre ont reçus chacun un dictionnaire anglais-français, cadeau de la coordination des écoles conventionnées protestantes de la CBCA pour renforcer les capacités linguistiques de cette pépinière.

Après différents mots, la remise de certificats et des cadeaux ont bouclés cette activité dans une ambiance de danses culturelles de divers tributs de la région de grands lacs, danses présentés par les élèves.

Par Hulda Vagheni

 Promotion de valeurs protestantes et la culture de la paix dans les écoles

Tout s’est passé en Ville de Goma au Centre de formation pédagogique Rudolf où 106 personnes dont les élèves et enseignants des écoles primaires et secondaires ainsi que des experts pédagogues en provenance du Rwanda, du Burundi et de la RDC se sont réunis dans  une rencontre régionale sur la promotion de valeurs protestantes et la culture de la paix dans les écoles protestantes de la sous-région de grands Lacs ».

Ce projet qui relève du « Global Pedagogical Network Reformation » est exécuté par la coordination des écoles conventionnées Protestantes de la CBCA à Goma, la coordination Provinciale des écoles Protestantes du Sud Kivu et le bureau National de l’enseignement Protestant du Conseil Protestant du Rwanda.  La rencontre a développé 6 modules suivants:

  • L’éducation aux principes et valeurs du protestantisme
  • L’éducation à la paix et aux droits humains
  • L’éducation à la gestion et à la sauvegarde de la biodiversité
  • La résolution pacifique des conflits
  • Le savoir vivre ensemble
  • L’approche biblique des droits humains

En effet, la position géographique frontalière du Rwanda, du Nord et Sud-Kivu, en RD Congo nécessite un rapprochement durable des populations locales. Malheureusement, l’histoire et les guerres à répétition dans la sous-région n’ont pas favorisées la cohabitation pacifique. Les différentes sensibilités se sont, depuis toujours, manifestées au niveau des relations inter communautaires et même entre les populations Rwandaises et Congolaises et constituent un véritable obstacle à la cohésion sociale dans la sous – région. Cette situation n’est pas restée sans conséquences. Il s’agit entre autres des préjugés, des stéréotypes, de la méfiance, l’intolérance, la haine, la peur, la violence sous toutes ses formes, etc.

Pour cette raison, il s’avère opportun de réfléchir sur des mécanismes éducatifs mettant en avant plan les jeunes et enfants dans leurs écoles du Rwanda et de l’Est de la RD Congo (Nord et Sud-Kivu), responsables de demain.

C’est dans cette perspective que les coordinations des écoles protestantes au Rwanda et en RD Congo, Nord et Sud Kivu se sont mises ensemble et ont conçu le présent projet  de Promotion de la culture de la paix et des Valeurs protestantes  conformément à la célébration des 500 ans de la réforme protestante, visant ainsi à contribuer à l’éducation de qualité intégrant la culture de la paix et les valeurs protestantes dans les écoles protestantes du Rwanda et de la RD Congo dans les provinces du Nord et du Sud-Kivu.

Dans 30 écoles protestantes ciblées du  Nord-Kivu,  Sud-Kivu en RD Congo et au Rwanda, les préjugés et les craintes largement rependus sont réduits en faveur d’un climat de tolérance et d’ouverture ». A part  les documents exploités pendant la rencontre va suivre la restitution  des acquis des rencontres précédentes, la création des clubs de paix, la plantation d’arbres dans différents établissements et concessions d’écoles.

Par Hulda .V

Les jeunes et enfants en action contre les changements climatiques (JACC)

Initiative de la CBCA Bukavu pour un cadre commun concernant  les enfants, les jeunes et  les changements climatiques, la jeunesse est mobilisée dans ce programme à mettre à jour le potentiel d’atténuation et à inciter les jeunes à réagir rapidement face aux défis environnementaux.

Parlant de la lise en jour du potentiel d’atténuation, faut-il comprendre que c’est l’une des interventions humaines afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre par les sources locales afin de favoriser leur élimination de l’atmosphère par des systèmes de « puits ».

On appelle « puits » une forêt, une végétation ou un sol capable de réabsorber du CO2 (Le dioxyde de carbone qui est le principal gaz contribuant à l’effet de serre).

En ce qui concerne l’incitation de jeunes à réagir face aux défis environnementaux, quelques objectifs sont assignés notamment :

  • Encourager les modifications des styles de vie, des attitudes et des comportements nécessaires pour favoriser le développement durable et préparer les enfants, les jeunes, les femmes, les handicapés et les communautés populaires à s’adapter aux incidences des changements climatiques.
  • « Si les changements climatiques constituent la force qui transforme l’état naturel de notre planète, les jeunes ont le pouvoir de mettre cette transformation sur des rails plus durables.
  • Faire savoir à la communauté que tous les problèmes liés au réchauffement climatique affecteront plus l’émergence à tous les niveaux de l’avenir, une alerte à la réaction responsable et urgente de toutes les parties prenantes.

La participation des jeunes de Bukavu au programme RED+  vise à inciter la jeunesse congolaise à participer à  la réduction des émissions issues de la déforestation et de la dégradation des forêts, en particulier dans la province du Sud-Kivu. Le projet a pour objet la promotion de la conservation et de la gestion durable des forêts et le renforcement des stocks de carbone forestier.

Ces jeunes impliqués dans ce programme sont initier à planter, Protéger, conserver l’arbre ; rendre disponible les outils en énergies renouvelables: PANIER THERMOS fours Solaires, Foyers améliorés, etc.

Le principal objectif est de promouvoir la consommation et les modes de vie durables chez les jeunes âgés de 15 à 24 ans grâce à l’éducation, au dialogue, à la sensibilisation et au renforcement des capacités.

La célèbre chaque 09 Déc une journée dénommé “CBCA YOUTH CLIMATE DAY », une initiative partagée avec ses églises partenaires de la Mission Evangélique Unie; une journée de sensibilisation et de conscientisation sur les éco-gestes d’ici et d’ailleurs; une occasion d’améliorer les prestations de jeunes de la CBCA et ses églises amies en tant que jeunes patriotes et gestionnaires fiables de biens de Dieu, ainsi qu’une occasion pour la jeunesse de prendre des décisions sincères d’écologiste.

L’organisation de Jeunes Volontaires de Grands Lacs pour l’Environnement est un besoin sur laquelle l’église doit porter beaucoup plus d’importance pour un futur meilleur.

 

Par Rév Dr. Jacob Lipandasi

 

Atelier de formation sur la promotion de la culture de paix

La CBCA à travers sa commission Justice Paix et Sauvegarde de la Création (JPSC) a réuni ce 28 Nov. 2018  au Cap Tuneko, les leaders du ministère de jeunes des paroisses de la CBCA  ville de Goma ainsi que quelques formateurs et acteurs de la JPSC, autour d’une réflexion sur la culture de la paix. Les participants à cette formation ont été renforcés en capacités comme formateurs sur l’approche holistique de l’éducation à la paix, ainsi que les modes alternatifs de résolution des conflits pour qu’ils soient capables d’accompagner les autres responsables paroissiaux des jeunes dans cette approche dans les jours à venir.

leaders de jeunes

Cet atelier s’inscrit dans la perspective de consulter le travail de paix dans les écoles de la CBCA et dans nos paroisses, se référant à l’expérience d’installation de clubs de paix depuis mise en place depuis 5ans, clubs qui visaient à amener la jeunesse à s’impliquer dans les actions de construction de la paix.  Dans ce contexte où les jeunes ont été victimes des actes de violences, des conflits, de manipulation et utilisés souvent comme auteurs dans des conflits et autres actes violents, l’église a pensé investir dans la jeunesse pour qu’elle acquière des valeurs et développer des attitudes de paix, lui permettant de s’assurer de la construction d’un avenir fort et promettant. C’est la raison d’être de clubs de paix dans les écoles et de paroisses.

CT Nzanzu Tumaini

Trois exposés donnés par Mme CT Tumaini Nzanzu coordo de la faculté de droit à l’ULPGL Goma ainsi que le Rév. Pasteur David Kayumba, étaient au centre de réfections:

  • Définition des concepts de base : Paix, conflit, culture de la paix
  • Education à la paix à travers la promotion des droits humains
  • Résolution pacifique des conflits et non-violence

Face à la persistance des défis liés au contexte de violence et de méfiance, il s’avère que les jeunes membres des clubs de paix ont une responsabilité dans la prévention de la violence et la résolution pacifique des conflits. Cela implique leur renforcement des capacités en matière de la construction de la paix d’une part et d’autre part le soutien de leurs initiatives pour la promotion de la paix.

Me Jacques Nzanzu/ JPIC CBCA

Sous la houlette de Me Jacques Nzanzu, cet atelier d’un jour a motivé les leaders de la jeunesse qui se sont dits boostés pour  revitaliser les clubs de paix à leur responsabilité pour un impact positif.

 

Par Hulda Vagheni

Actions d’anticipation de catastrophes naturelles : cas des éruptions volcaniques en Ville de Goma et ses environs.

24  personnes hommes et femmes ont pris part à une formation de 3 jours autour d’un jeu dénommé HAZAGORA, au Lycée Amani du 21 au 23 Nov 2018 en Ville de Goma. Les participants à ce renforcement de capacités sont composés des enseignants de de géographie et des sensibilisateurs communautaires œuvrant dans les écoles secondaires situées dans les 4 quartiers à haut risque en Ville de Goma vis à vis du Volcan Nyiragongo, il s’agit du quartier: Majengo, Murara, Virunga, les volcans ainsi que le territoire de Nyiragongo.

Cette activité entre dans le cadre du projet d’Actions d’anticipation de catastrophes naturelles, coordonné conjointement par 3 partenaires internationaux CAFOD,  Christian AID et ACTION AID,  et localement par Caritas Goma, CBCA et AFDI.

Dans le cadre de cette formation autour du jeu Hazagora, l’objectif est de pouvoir sensibiliser les élèves du niveau de 4e, 5e et 6e année secondaire, les amener à avoir une réflexion autour du risque naturel de façon à ce qu’ils intègrent les informations qu’ils acquièrent à travers le cours de géographie, développer des moyens de sauvetage et de prévention qu’ils auraient discuté en jouant Hazagora et qu’ils arrivent à les transmettre au sein de leurs familles voir même leurs quartiers. De cette manière les informations sur comment se préparer à une future potentiel catastrophe se diffuseront petit à petit et prendront un sens au moment où une crise pourrait subvenir.

 

Quid HAZAGORA ?

HAZAGORA est un jeu éducatif, un jeu de société qui se joue autour d’un plateau, visant à développer une communauté durable sur une île régulièrement frappée par des catastrophes naturelles, une communauté durable capable à subvenir aux besoins de chaque famille et capable de réagir promptement et intelligemment face à des aléas d’origine naturelle.

« Hazagora est une île imaginaire sur laquelle vivent cinq personnages: un Bûcheron, un agriculteur, un pêcheur, un guide touristique et le maire. Ces 5 personnages évoluent sur l’île en fonction des zones privilégiées identifiées à travers leurs activités et développent leur famille en construisant des routes, des maisons. Ils évoluent sur l’île pour plusieurs années, ils reçoivent leur salaire, nourrissent leurs familles et peuvent faire des investissements. Parmi les investissements ils reçoivent des cartes de protection car sur l’île survienne régulièrement plusieurs catastrophes comme le séisme, glissement de terrain, inondation ou une éruption volcanique ».

L’objectif du jeu Hazagora est de sensibiliser les joueurs aux risques naturels et aux catastrophes. Quand survient une catastrophe, on prend du temps pour expliquer les mécanismes de l’aléa qui est en jeu, mais également discuter des impacts et de comment se préparer à ce genre d’événement (ex : écouter les informations données par les autorités, suivre les indications pour l’évacuation…). L’objectif commun de tous les joueurs est de pouvoir développer une communauté résiliente, une communauté qui soit capable de faire face à différents types de catastrophe.

Il est à noter que cette formation a été animée par Mme Caroline Michellier, géographe en provenance de la Belgique qui travaille avec une organisation appelée MRAC-GeoRiskA. Depuis des nombreuses années l’organisation MRAC-GeoRiskA travaille dans la région et en ville de Goma notamment autour du risque volcanique. En collaboration avec l’OVG cette organisation étudie les activités et fonctionnement du volcan Nyiragongo. Après avoir mené un projet qui s’intéressait également à l’impact que pourrait avoir ce volcan sur la population, elle a décidé d’organiser des activités de sensibilisation, de façon à pouvoir fournir à la population des informations qui lui permette de prévoir son attitude, prévoir comment se comporter si une crise volcanique survenait.

Satisfaits de acquis de cette formation, le service de résilience CBCA ensemble avec les participants à ce jeu vont mener des descentes dans les écoles des quartiers cibles pour se rassurer que le jeu est à la potée de tous avant de l’étendre dans d’autres écoles, a mentionné le responsable de la protection civil. Le volcan Nyiragongo est une réalité, le connaitre est une évidence.

Par Hulda Vagheni

Photos par Jérémie Ndabo

 

Tenue des assises de la 39e Assemblée Générale de la CBCA, du 04 au 08 Nov 2018

4 jours des assises de la 39e Assemblée Générale de la CBCA en ville de Butembo au Centre Uhai Kikyo, plus de 150 personnes ont pris part à cette rencontre. Les assises proprement dites ont été précédé par l’ordination de 31 Pasteurs suivi du comité exécutif qui a siégé lundi 5 Novembre 2018. Chaque matin les activités étaient précédées par des moments de méditations agrémentées par des cantiques de différentes chorales de la CBCA en ville de Butembo. A ce qui concerne les assises du comité Exécutif, plusieurs éléments étaient à l’ordre du jour parmi lesquels la validation de mandats de nouveaux Pasteurs surveillants de Postes Ecclésiastiques Bambo, Buyinga, Busaghala et Bukavu, mais également les nouveaux membres effectifs et comité exécutif du Poste Uvira et Buyinga. Il sied de savoir qu’ils ont été validés Pasteurs surveillants :

  • Rév. Muhindo Kataka pour le Poste Bambo en remplacement du Rév. Kilala

    de Gauche à droite: Rév Mushagalusa, Rév. Kyose, Rév. Kataka, Rév Masungu pendant la prière à leurs faveur

  • Rév. Kamate Masungu pour le Pose Busaghala en remplacement du Rév. Wangahemuka
  • Rév. Dr Baciyunjuze Mushagalusa Timothée pour le Poste Bukavu en remplacement du Rév Kabamba
  • Rév. Katembo Kyose Esau pour le Poste Buyinga en remplacement du Rév Mahindule
  • Est validé membre du comité exécutif pour le Poste Uvira, Rév. Ngombera Rugombosa Jonas, ancien Pasteur Surveillant du même Poste Ecclésiastique.

Sont validés membres effectifs du Poste Uvira :

  • Mme Neema Boninga Bonane
  • Mr Maungano Kiyoka Robert
  • Mr Mateso Songolo Jérémie
  • Mr Mbiliza Malagila Moise

Sont validés Membres effectifs du Poste Buyinga :

  1. Rév Kasereka Sondirya
  2. Mr Tadey Kwirakiwe (à la fois nommé membre exécutif du même Poste)
  3. Mme Masika Wanganaghenda
  4. Me Kambale Sondirya Christian
  5. Rév. Katembo Kyose Esau, RPS

Notons que le Vice-Président et Représentant Légal de la CBCA, Rév. Kilumbiro Martin a été ajouté et validé comme membre effectif du Secrétariat Général.

Du séminaire sur EBOLA

Rappelons que l’Assemblée Générale a eu lieu à Butembo dans le grand nord du Kivu, un endroit qui fait actuellement face à une épidémie de la maladie en virus ebola, déclaré à Mangina-Beni par le ministère de santé depuis aout 2018. Pour cette fin, les membres de l’assemblée ont été briefé sur Ebola dans un séminaire ce lundi 5 Nov 2018. Dans sa présentation,  Dr Chako le coordonnateur du programme de la RIPOSTE  contre Ebola, a révélé que ce virus est une réalité car il existe depuis les années 1976 avec comme origine principale les animaux sauvages et plus particulièrement la chauve-souris frugivore.

Les experts de santé impliqués dans la riposte contre cette épidémie ont donné des informations sur l’histoire, le danger et la prévention, ceci dans le cadre de sensibiliser et amener les participants à prendre conscience et connaissances des informations sûres et certaines du dit virus.

Pour ce qui est de la ville de Butembo, le premier cas positif a été constaté le 4 Septembre 2018 à la clinique universitaire de Graben chez une personne à provenance de Beni. Notons que jusque-là 38 cas positifs ont été constatés dans la ville de Butembo dont la pluparts de cas viennent d’ailleurs  et 5 cas des autochtones. Afin de bien lutter contre ce virus, le coordonnateur a signalé qu’il faut impliquer toute la communauté et avoir un leadership national compétent. Le lavage de mains régulier est l’un des facteurs préventifs les plus efficaces.

Vu que la contamination actuelle en ville est plus due aux contacts physiques entre hommes, il faut éviter les contacts car le virus car il se transmet à travers toutes les liquides biologique humaines (salive, sueurs, spermes, secrétions vaginales…). Si la personne est guérie, le virus peut être gardé dans le sperme de l’homme pendant 6 á 12 mois a-t-il conclu avant de répondre à plusieurs questions de membres de l’AG présents.

Parlant du leadership, le Dr Nguomoja a briefé l’AG sur les notions de base d’un bon leadership tout en encourageant les serviteurs et leaders à deve

Du nouveau comité de l’AG

Il est de coutume dans les assises de l’AG de la CBCA, de mettre à place un comité qui va diriger les assises/Pour cette année 2018, il a été élu :

  • Président de l’AG : Rév.Dr Mushagalusa Timothée
  • Vice-Président de l’AG : Rév. Dr Kamabu
  • Secrétaire : Dr Véronique Kabuo
  • Sec Adjoint : Mme Midiburo

De la reforme budgétaire : après exposé sur l’évaluation des échanges et de tournés effectuées par les dirigeants de l’église à ce qui concerne la mise à place de la reforme budgétaire dans la CBCA, il est à signaler que ce plan a été approuvé par l’Assemblée Générale, outil qui va servir à relever les conditions de vies de pasteurs de la CBCA, facteur leur permettant de bien servir. A plus de la réforme, le vice-président et représentant Légal a présenté l’approche de discipolat que le département d’évangélisation et vie de l’église préconise promouvoir dans la communauté Baptiste au Centre de l’Afrique. former les disciples doit être au centre d’une mission d’église. la CBCA se veut être une communauté qui fait des disciples et non des fidèles à l’instar de Jésus Christ, a-t-il martelé.

L’église étant porteuse de la mission prophétique dans ce monde perverse, la CBCA n’a pas gardé silence d’après tout ce qui se pense en RDC, le Kivu en général et Beni en particulier. Une déclaration a été dite devant les médias et les membres de l’AG, signe de solidarisation et de dénonciation de toutes les calamités de guerre et épidémiques dans les quelles traverse la population Congolaise, plus particulièrement la province du Nord Kivu en ville de Beni. Trouvez l’intégralité de la déclaration en cliquant sur le lien sur site de la CBCA www.cbca-kanisa.org

 

La CBCA vient d’ordonner 31 nouveaux Pasteurs à l’occasion de ses assises de la 39e Assemblée Générale en ville de Butembo

C’était dans une ambiance céleste qu’un culte d’ordination de Pasteurs a été organisé ce dimanche 4 Novembre 2018 dans la cours de la Paroisse CBCA Katwa en ville de Butembo. Ils étaient 31, les jeunes Rév Pasteurs ordonnés en ce jour spécial qui a réuni près de 4000 fidèles venus de plusieurs coins, participer à ce grand événement. Dans son message le Rév. Dr Samuel Ngayihembako, Président et représentant Légal de la CBCA a exhorté les fidèles et nouveaux Pasteurs, s’inspirant de textes tirés de livres de Jos 1 :1-9, Luc 5 : 7-11, 2tim 3 :16-27. «  Soyez serviteurs de la Parole, écoutez, obéissez et pratiquez. On prêche ce qu’on croit. La parole enseigne, elle corrige, elle certifie le salut. La parole de Dieu oriente et transforme celui qui la prêche et ceux qui l’écoute. Pour être un bon serviteur il faut prêcher la bonne nouvelle qu’on connait, et qu’on pratique. Plusieurs serviteurs prêchent l’évangile de prospérité, ils se mettent à critiquer les autres   au lieu de prêcher la bonne nouvelle de Christ. Christ révélé à son peuple est LA PAROLE qui atteste la vérité et la puissance divine, l’évangile qui témoigne Christ et sa résurrection, voilà sa parole. Une parole écoutée, et honorée comme parole de Dieu a une puissance merveilleuse sur la vie de l’homme. La parole de Dieu est une parole de vérité, de foi, de la vie éternelle. Le ministère pastoral est un ministère de la PAROLE. »

Il a également exhorté aux fidèles de reconnaitre qui les a prêcher la bonne nouvelle, mettre la parole en pratique, prier pour ces serviteurs, les soutenir et de les encourager toujours et toujours. Dans son mot de circonstance, il a adressé un message de réconfort à tous les participants à ce qui concerne la situation sécuritaire et épidémiologique en ville de  Butembo et dans le territoire de Beni, situations qui sèment la désolation depuis un bon moment et qui endeuille plusieurs. Tout en présentant ses condoléances aux familles éprouvées, il a donné la raison de la tenue de l’Assemblée Générale dans cette ville qui n’est autre que compatir avec la population.

Dans son mot d’ouverture officielle des assises de la 39e Assemblée Générale, le Président de l’Assemblée, Dr KAMABU exhorté les fidèles à comprendre et accepter que la maladie en Virus Ebola est une réalité et qu’elle tue sans pitié.  La parole de Dieu étant une lampe qui éclaire nos sentiers, il est important de savoir que la Parole a une puissance. Elle peut construire  et détruire au même horriblement. Le Dr Kamabu a renforcé à demandant aux fidèles de ne pas céder aux pourparlers mais d’observer les mesures hygiéniques et préventifs dans cette période épidémiologique. L’ignorance tue a-t-il souligné s’appuyant sur le passage de Osée 4 : 6 « Mon peuple périt par manque de connaissance ». Le Dr Kamabu a encouragé les fidèles sur place à observer et appliquer toutes les  orientations données par le ministère de la santé parmi lesquels le bon  lavage de mains régulier, un tout petit geste mais qui sauve. Il a  enfin présenté ses condoléances aux familles éprouvées par  cette épidémie ainsi que par les massacres perpétrées en ville de Beni depuis 2014 jusqu’à nos jours, a-t-il conclu avant de déclarer officiellement ouvert, les assises de la 39e Assemblée Générale de la CBCA qui vont du 04 aux 08 Novembre 2018.

Mentionnons également que cette cérémonie a été honorée par l’autorité politique et administrative de la ville de Butembo le maire de la ville, accompagné de son adjoint, l’ancien maire de ville, un bourgmestre et certains officiers de l’état. C’est dans une atmosphère de joie et de remise de cadeaux aux membres de l’AG que les activités se sont clôturées, sous la modération du Rév. Kambale Mangolopa Moise qui a conduit, juste après le culte, l’épisode historique autour de l’arbre planté le jour de l’octroi du statut de la CBCA. Dieu vient de se choisir ses serviteurs, qu’il lui plaise de les utiliser pour sa gloire.

 

Par Hulda Vagheni

Des civilités à la Mairie de Butembo par les mandataires de la CBCA

A gauche, le maire de la Ville de Butembo, à droite le Président et représentant Légal de la CBCA.

C’est ce samedi 03 Nov 2018 que le Président et représentant Légal de la CBCA, le Dr Samuel Ngayihembako, accompagné de son Direcab, de ses collaborateurs, Le Rév Kambale Kilumbiro Martin Vice-Président, Mr Pascal Munoka , trésorier communautaire ainsi que Me Christian Sondirya Secrétaire Communautaire, tous mandataires de cette communauté se sont rendu à la mairie de Butembo pour une prise de contact avec le N°1 de la ville, signe de civilités pour annoncer et confirmer la tenue de l’Assemblée Générale de Communauté Baptiste au Centre de l’Afrique. Dans son partage, il a partagé des informations générales sur le plan sécuritaire de la Ville de Butembo, sa demographie face au danger d’Ebola etc. Il a encouragé aux mandataires de la CBCA de sensibiliser les membres à être vigilant et de ne pas céder aux rumeurs qui font croire à la population qu’Ebola n’est pas réel. Parlant de l’insécurité et plusieurs autres aspects sensibles dans l’actualité de la ville, le maire de la ville a rassuré de son soutien pour la sécurité des délégués à l’AG dans cette ville qui est relativement calme actuellement.

Cette activité de l’AG qui va du 04 au 08 Octobre sera précédé , ce dimanche 04 Nov, d’une grande cérémonie de culte d’ordination de ses Pasteurs. Plusieurs délégations en p

Equipe de mandataires de la CBCA au bureau du maire

rovenance de tout le Kivu sont  Tout est déjà PRET pour que la cérémonie d’ordination se passe dans le calme.