Pointeur biométrique au Secrétariat Général de la CBCA

Améliorer ses infrastructures, c’est aussi le souci des dirigeants de la CBCA. Dès le retour des vacances de fin d’année, les agents du secrétariat général de la CBCA ont inscrit leurs présences grâce à un pointeur biométrique hi-Tech. Avec un logiciel spécifique développé pour la gestion des présences, et grâce au lecteur biométrique, cette nouvelle technologie permet de façon claire de contrôler les horaires, entrées et sorties, et incidences de tous les différents employés du Secrétariat général. Ce logiciel permet également de générer des graphiques d’absentéisme en temps réel, calcule les heures supplémentaires ou les heures en moins avec la possibilité de créer des horaires spécifiques pour chaque employé.

Lors de l’enregistrement de chaque agent, le lecteur génère une fiche où l’on peut introduire le prénom, le nom, la date de naissance, place dans la hiérarchie, département, section, horaire, etc.
La seule chose que les agents ont désormais à faire en arrivant à leur poste de travail c’est de placer leur doigt sur le lecteur biométrique et l’enregistrement sera alors réalisé. Ils doivent refaire la même procédure pour sortir.

Seuls les visiteurs au Secrétariat Général s’enregistreront dans le cahier à l’entrée.

La Rédaction

KAMBALE NDALIKO TIMOTHÉE dit « KALUMELA » n’est plus !

Une bien triste nouvelle, pourtant vraie ! L’évangéliste KALUMELA s’est éteint depuis la nuit du 16 Janvier 2021 à l’Hôpital Matanda de Butembo. Ce vaillant combattant de l’Evangile, après presque quatre-vingt ans d’âge, s’est démarqué par ses œuvres multiples caritatives et sociales, ayant octroyé plusieurs bourses d’études à des nombreux pasteurs d’églises, celle de la CBCA pour la plus part. Lire la suite

Première rencontre du conseil des Pasteurs de Kinshasa (COPAK).

Plus de 1500 pasteurs et leurs épouses viennent d’assister à la première rencontre de l’année 2021 ce mardi 12 janvier 2021 à la Cathédrale du 1er Centenaire Protestant autour du thème : MARCHER PAR LA FOI EN 2021.

Les pasteurs de toutes les dénominations protestantes œuvrant à Kinshasa se rencontrent une fois le mois autour d’un thème et aussi autour d’un repas fraternel pour prier mais aussi se soutenir mutuellement.

Mgr NYAMUKE IDORE premier vice-président National a lancé la décennie de croissance avec l’objectif de Ramener l’Evangile du Royaume, la Formation Biblique et la mission intégrale dans l’église locale. Cette vision sera axée autour de 7 stratégies ou activités suivantes :

  1. Implanter des églises saines dans les villes et dans les villages à travers une évangélisation holistique.
  2. Amener les membres à un discipolat intentionnel et transformationnel
  3. Équiper les pasteurs, les leaders chrétiens et ouvriers laïcs pour un leadership de service
  4. Se focaliser sur la famille comme centre d’évangélisation, de discipolat et d’épanouissement
  5. Atteindre les enfants de 4 à 18 ans et les jeunes
  6. Atteindre en RDC et au-delà des frontières nationales, les non atteints, moins atteints et mal atteints.
  7. Se connecter et approfondir les relations avec les églises de la diaspora congolaise

Après les messages, un repas fraternel à été servi à la satisfaction de tous les serviteurs de Dieu.

La Rédaction

La JPSC sensibilise sur la protection de l’environnement !

Membre de la JPSC entrain de sensibiliser les passants sur la protection de l’environnement

Dans une campagne lancée en ville de Goma le vendredi 7 Janvier 2021, la Commission Justice Paix et sauvegarde de la Création a effectuée des tournées dans plusieurs ruelles de la ville auprès de toutes les couches des habitants en les invitant à rendre de façon permanente l’environnement propre. À travers des messages de bouche à l’oreille et bien d’autres imprimés sur des affiches accrochés dans plusieurs endroits publics de la ville, la JPSC a invité chaque citoyen à vivre de façon à ne pas contribuer à la destruction de l’environnement. Et qu’il devrait plutôt agir activement pour protéger et garder son environnement de toute dégradation, notamment en assurant une bonne gestion de ses déchets, en plantant des arbres, en faisant une exploitation rationnelle des ressources naturelles et s’interdisant de poser tout acte de nature à contribuer à la dégradation de l’environnement.

Affiche format A3 collé sur un mur le long d’une voie publique…

La gestion de la création fut confiée par Dieu à l’homme afin de lui assurer une base matérielle et un tremplin pour son développement spirituel. Le quotidien humain face à la nature devrait donc être marqué par le respect de ce qui appartient à Dieu (l’homme est gestionnaire, et non propriétaire) et le fait que tout élément sur terre a son rôle à jouer dans la création, pour le bien-être de l’homme et l’harmonie de l’ensemble des créatures.
De multiples initiatives actuellement au sein de la société et spécifiquement au sein de l’Eglise ont abouti à proposer de consacrer un temps particulier pour la sauvegarde de la Création. Raison même de cette grande initiative de la JPSC auprès des gomatraciens dans sa campagne « Je contribue à rendre propre mon environnement ». L’objectif principal étant que chaque citoyen s’engage à ne plus jeter des déchets sur la route et les places publiques, à faire la promotion des emballages biodégradables, à entretenir sa poubelle de façon ordonnée et séparer les déchets biodégradables de ceux qui ne le sont pas, à organiser la séparation des déchets selon différentes destinations (compostage pour les matières organiques, réutilisation des matériels susceptibles d’être réutilisés, recyclage des matières recyclable…)

Par Daniel Muyisa Beltchatsar

Les secrétaires du SG/CBCA capacités en matières de protocole d’Etat

Le SeCom, Me Christian, instruisant les participants sur la nécessité et les objectifs de la formation

Organisation des cérémonies et rencontres publiques, audiences et réunions, voyages, passation de pouvoir et bien d’autres… sont les principaux thèmes développés le Vendredi 8 janvier 2021 au cours d’une formation sur les notions essentielles en protocole d’Etat, organisée par le Secrétaire communautaire de la CBCA, Me Christian Sondirya. Avec le plus grand souci d’améliorer les services de protocole sur un standard le plus élevé au sein de la CBCA, et considérant les diverses relations de partenariat tant avec des institutions publiques, ecclésiastiques que privées, la CBCA peut désormais accueillir ses hôtes jusqu’au plus haut sommet de l’Etat sans difficultés protocolaires aucunes.

Me Blaise, Chef de service provincial du protocole d’Etat au gouvernorat et à l’hôtel du gouvernorat du Nord-Kivu, a développé plusieurs notions de base sur le protocole dans le cadre particulier du protocole d’Etat adapté au protocole au sein de l’Eglise. Le protocole, l’a-t-il défini, est un corps, un personnel ayant pour rôle d’accompagner les autorités dans différentes tâches : les audiences et les cérémonials. Ce concept peut signifier aussi un accord, une convention.

Au-delà des diverses notions apprises sur l’organisation des activités, le formateur a également développée d’autres notions telles que la préséance au niveau central et provincial en République Démocratique du Congo, les principes de représentation d’une autorité, les règles à savoir dans la prise des photos (manières de se positionner selon la préséance) … etc.

Cette importante formation a connu, en plus de tous les secrétaires du Secrétariat Général de la CBCA, la participation de certains responsables et membres de services de protocole et de la diaconie de quelques paroisses de la ville de Goma.

Par Daniel Muyisa Beltchatsar

Les secrétaires du Secrétariat Général/CBCA en séminaire de formation

Sous la houlette du Secrétaire Communautaire, Me Christian Sondirya, tous les secrétaires du Secrétariat général venant de différents départements, prennent part à un séminaire de formation organisé pour une durée de deux jours, soit du 5 au 6 Janvier 2020.
Avec la prière et le mot d’ouverture du Secrétaire Communautaire, Me Christian Sondirya, ce séminaire a commencé par un moment de méditation conduit par le Révérend Roger Kauta. Celui-ci a axé son message sur le thème « Travaillons de mieux en mieux » qu’il a tiré de 2Thessaloniciens 3,6-10. Dans cette exhortation, le messager a insisté sur le fait que travailler est une évidence à laquelle tout peuple est appelé en vue de son épanouissement et de son développement personnel. Quand bien même l’on peut avoir une vision quelconque, tant que l’on ne travaille pas sur elle de façon pragmatique, celle-ci ne trouve aucune raison d’être. Ce que Paul recommande aux Thessaloniciens c’est d’éviter de s’attacher aux personnes qui ne travaillent pas. Même si l’on doit prétendre rester à l’attente du Christ, le mieux c’est de le faire dans le travail et dans la peine. Le travail que nous sommes appelés à exécuter demande une certaine concentration de telle sorte qu’on ne se retrouve pas en train de passer huit heures au travail au lieu de passer huit heures de travail.
À l’issu de cette exhortation, le Secrétaire communautaire est revenu sur la raison d’être de cette formation, fondée sur le besoin d’amélioration du travail au sein des différents services en tant que secrétaire. Aujourd’hui, contrairement aux décennies passées, le besoin de se munir d’un outil informatique, l’ordinateur en l’occurrence, devient de plus en plus évident à tel point que l’on ne sait plus s’organiser sans y faire recourt. Me Christian, alors SeCom, a parlé des différentes matières qui seront développées au cours de cette formation de deux jours. Il s’agit de revenir sur les rôles et responsabilités du Secrétaire, les attributions des tâches du Secrétaire au SG et son contrat des performances, les documents judiciaires à connaitre et leurs implications, l’utilisation de l’indiciaire au SG, les défis techniques du Secrétaire au SG et pistes de solutions et enfin les notions générales du protocole au sein de l’Eglise.
Ce séminaire de deux jours se tient au Secrétariat général de la CBCA dans la grande salle.

Par Daniel Muyisa Beltchatsar