COVID-19: A ce jour, la RDC compte 81 cas confirmés

La République démocratique du congo a enregistré 16 nouveaux cas  confirmés du Coronavirus pour la seule journée de dimanche 29 mars 2020 et 2 nouveaux décès.

D’après le rapport du Comité multisectoriel de la riposte à la pandémie du COVID-19 en RDC, de ces 16 cas, 10 sont importés parmi lesquels 2 de Bukavu et 6 de Kinshasa.

Depuis le début de l’épidémie déclarée le 10 mars 2020, le cumul est de 81 cas confirmés, 8 décès et 3 guérisons. Cependant, depuis samedi 28 mars, le gouverneur Theo Kasi Nguabidje a affirmé qu’aucun cas de maladie à coronavirus n’est détecté positif dans sa province du Sud-Kivu. Il a expliqué que les sept prélèvements effectués sur des personnes suspectes et envoyés au laboratoire de l’Institut national de recherche biomédicale (INRB) à Kinshasa et se sont révélés  négatifs.

Théo Kasi Nguabidje appelle toute la population à plus de vigilance pour ne pas ouvrir la porte à l’épidémie à coronavirus. Toutefois, des structures médicales sont déjà disponibles pour la prise en charge d’un quelconque cas qui pourrait être enregistré au Sud- Kivu, a précisé le gouverneur du Sud-Kivu.

Coronavirus: l’état du monde face à la pandémie le dimanche 29 mars

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 31 412 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l’AFP dimanche. Plus de 667 090 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 183 pays et territoires depuis le début de l’épidémie. Samedi, l’Uruguay, la Nouvelle-Zélande et le Mali ont annoncé les premiers décès liés au virus sur leur sol.

En Belgique, face à l’afflux de patients atteints du coronavirus, nécessitant une assistance respiratoire, le personnel médical à Bruxelles transforme désormais des masques de plongée pour soulager les poumons des malades. L’idée est née en Italie, le pays le plus endeuillé par la pandémie, avec plus de 10 000 morts. Des hôpitaux d’autres pays ont suivi l’exemple italien, chacun y allant de sa petite adaptation, comme à l’hôpital Erasme, situé dans les faubourgs de Bruxelles, la capitale belge.

En Israël, les médecins juifs et arabes œuvrent ensemble, côte à côte, en première ligne pour combattre l’épidémie de coronavirus et faire taire aussi les propagateurs de la « haine ». Près de Tel-Aviv, l’hôpital Sheba est classé parmi les meilleurs au monde et ses responsables affirment que c’est grâce au travail qu’effectuent les soignants arabes et juifs, dans une société pourtant marquée par les divisions.

En Italie, l’épidémie ralentit timidement. Pour la troisième journée consécutive, le pays a enregistré une baisse de cas positifs (+5 217 ce dimanche, soit -5,6 % sur 24 heures). Mais l’arrêt quasi total de l’activité économique commence à peser lourdement sur de nombreux foyers. Samedi soir, le chef du gouvernement italien a annoncé de nouvelles mesures de plus de 4 milliards d’euros pour aider les communes, et des bons alimentaires pour les Italiens les plus pauvres, informe notre correspondant à Rome, Eric Sénanque. Par ailleurs, les joueurs et l’entraîneur de l’équipe première de la Juventus Turin ont accepté de renoncer à 30 % de leur salaire annuel pour compenser les pertes générées par la pandémie de coronavirus.

Le pape appelle à un cessez-le-feu mondialLe pape François s’est associé ce dimanche à l’appel lancé par l’ONU en faveur d’un cessez-le-feu immédiat et mondial afin de préserver, face au coronavirus, les civils les plus vulnérables dans les pays en conflit. « Chers frères et sœurs, le secrétaire général de l’ONU a lancé ces jours-ci un appel en faveur d’un cessez-le-feu global et immédiat partout dans le monde en raison de la crise actuelle due au Covid-19, qui ne connaît pas de frontières », a déclaré le pape à l’issue de sa prière dominicale de l’Angélus. « Je m’associe à tous ceux qui ont accueilli cet appel et j’invite tous à le suivre en cessant toute forme d’hostilité, en favorisant la création de couloirs pour l’aide humanitaire, l’ouverture à la diplomatie et l’attention envers ceux qui se trouvent dans une situation de grande vulnérabilité », a ajouté François, qui s’exprimait par vidéo depuis la bibliothèque du palais apostolique et non depuis le balcon surplombant la place Saint-Pierre

Source: RFI. pour plus de détails, allez sur lien http://www.rfi.fr/fr/europe/20200329-coronavirus-l-%C3%A9tat-monde-face-%C3%A0-la-pand%C3%A9mie-le-dimanche-29-mars

 

Coronavirus: Les médias jouent un grand rôle à la fois évangélique et éducatif pendant cette période de la pandémie

Deuxième dimanche sans rassemblement cultuel dans la CBCA en particulier et dans le pays en général.

Dimanche 29 Mars, les médias ont joué un grand rôle pour prêcher l’Évangile dans toute la CBCA. Tous les 6 radios de la CBCA ont organisé des cultes en différentes langues dans les Postes pour accompagner les fidèles. Les cultes à travers les médias en ligne tel que Youtube et Facebook ont été organisé particulièrement par la Paroisse CBCA Goma-Ville à Goma, la CBCA Limete à Kinsaha Chapelle BBCA Kampala en ouganda pour atteindre les internautes.

Pour ce qui est des cellules, dans tous les Postes Ecclésiastiques de la CBCA, les fidèles ont organisé des petits groupes pour méditer la parole et prier en famille, ceci dans l’objectif d’éviter les rassemblements favorisant ainsi la propagation du virus. Ceci s’inscrit dans le respect de la mesure prise par le Président de la République Démocratique du Congo, qui a ordonné depuis le 18 Mars, certaines mesures à suivre pendant cette période de la pandémie à coronavirus, qui n’a pas épargné le pays en élevant le nombre de victimes à 81 cas confirmés, depuis ce 29 Mars.

Coronavirus: Le Président et Représentant Légal de la CBCA se prononce

En ce jour du jeudi 19 Mars 2020, le Président et Représentant Légal de la CBCA, Rév.Dr Samuel NGAYIHEMBAKO, vient de s’adresser à tous les Pasteurs Surveillants de 18 Postes Ecclésiastiques de la CBCA à travers une note circulaire fixant les modalités de cultes en cette période de pandémie du CoronaVirus, un message à transmettre à tous les fidèles de la CBCA.

S’inscrivant derrière le communiqué officiel du chef de l’Etat, son excellence Mr Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo au sujet de l’épidémie au Coronavirus-COVID-19, le Représentant Légale de la CBCA appelle la communauté sous sa responsabilité au respect de mesures prises par le gouvernement à ce sujet, pour prévenir et limiter la propagation. En quelques mots, le résumé de la locution du Rév.Dr Samuel Ngayihembako, Président et RL CBCA :

 

« Que la paix et la grâce de notre Seigneur vous soient accordées ainsi qu’à tout le peuple de Dieu se trouvant sous votre responsabilité.

 

En cette période difficile où notre pays est sous la menace de la pandémie causée par le virus dit corona, nous, Présidence et Représentation légale de la Communauté Baptiste au Centre de l’Afrique (CBCA), aimerions, par la présente, indiquer les modalités de mise en pratique du communiqué du Président de la République Démocratique du Congo en ce qui concerne les cultes.

A ce sujet, nous vous demandons de communiquer à tous nos Pasteurs paroissiaux (RPP) et Evangélistes Responsables (EVARES) qu’au cours des quatre semaines indiquées dans ledit communiqué, ils auront à suivre les dispositions suivantes :

  1. Dans les centres urbains et grandes agglomérations où nous avons une radio évangélique suivie par les membres de nos paroisses, la prédication dominicale sera faite à la radio. Le Pasteur qui sera prédicateur sera choisi par le Pasteur Surveillant ou le Pasteur Evangéliste parmi les pasteurs du Poste Ecclésiastique. L’heure de la diffusion du culte et de la prédication à la radio sera indiquée au cours de la semaine à tous les membres de la paroisse en précisant la chaine de radio et ses fréquences.
  2. Dans les milieux qui ne sont pas arrosés par une radio de la CBCA ou adoptée par celle-ci, les cultes seront organisés dans de petites cellules familiales. Le Pasteur de paroisse et ses collaborateurs, les Anciens et Evangélistes, veilleront à ce qu’aucune cellule ne constitue un regroupement de plus de 20 personnes comme indiqué dans le communiqué du Président de notre pays, la RDC.
  3. Pendant ces moments de dévotion matinale, de prière et de cultes en cellules familiales, le responsable de chaque cellule prendra soin de rappeler les règles d’hygiène et de protection contre la propagation dudit virus, ces règles indiquées dans le communiqué présidentiel que les pasteurs et responsables des cellules voudront bien lire aux fidèles de nos cultes.
  4. Notons qu’au cours de la semaine, nos temples ne seront ouverts que pour le recueillement et les prières individuels. Le Pasteur veillera à ce qu’il n’y ait pas d’attroupement, car ces prières seront strictement individuelles et facultatives.
  5. Etant donné le fait qu’il n’y aura pas de culte en commun ni d’autres rassemblement religieux pendant ces quatre semaines indiquées dans le communique du Président de la République, les répétitions des chorales, les classes de catéchumènes, les cérémonies de mariage et les célébrations de la sainte-cène sont de fait suspendues.
  6. Par ailleurs, nous demandons à tous les membres de nos paroisses d’initier et de maintenir des chaines de prières dans nos paroisses afin que Dieu veille sur la vie de son peuple et que cette période de restrictions des rassemblements cultuels touche à sa fin.

Comptant sur la bonne compréhension et la fidélité de chacun et chacune nous réitérons, encore une fois, nos vœux de paix et de grâce de la part de notre Seigneur. » a conclu le Président et représentant Légal de la CBCA, Rév.Dr Samuel Ngayihembako.

Notons que cet après-midi même, dans une concertation non ordinaire avec ses agents, il a partagé la décision d’une réunion extraordinaire de son conseil de bureau, décision selon laquelle, la CBCA s’inscrit derrière le communiqué officiel du Président de la République, face au covid19. Il demandé à ses agents de respecter strictement la recommandation du gouvernement, un communiqué qui a une bonne intention de protéger le peuple. « Nous sommes une église qui prêche la bonne nouvelle qui est la vie en Christ, nous avons intérêt à sauver et protéger les vies » va-t-il souligner.

Désormais, dans l’objectif d’éviter les rassemblements, un nouveau calendrier de travail au bureau du Secrétariat Général de la CBCA a été communiqué. A ce fait, seulement un service minimum sera organisé au Secrétariat général de la CBCA pendant cette période où, seulement quelques agents viendront faire la permanence à tour de rôle, et cela par Département. Il a demandé aux agents de respecter strictement les règles d’hygiènes et d’éviter de propager des fausses informations et rumeurs pour ne pas céder à la panique.

« Dieu est au contrôle. Au-delà de tout ce qui se passe, il est notre berger, restons dans sa présence, prions en famille, il veillera sur nous AMEN » c’est par ces mots qu’il a conclu ce moment par une prière de bénédiction.

Cellule de communication CBCA

Hulda Vagheni

 

 

JPIC SUD-KIVU: Le rôle de la JPSC dans la CBCA

Tout se passe au CAP Nguba ce 12 mars à Bukavu, la commission JPIC CBCA a réunit les encadreurs de la JPIC du Poste Uvira, Muku et Bukavu dans un séminaire portant sur le rôle de cette commission au sein de la CBCA. Le Secrétaire communautaire coordonnateur de la JPIC, Me Christian Sondirya accompagné de son assistant Me JACQUES Birikunzira ont animé ce séminaire par des exposés riches avec comme objectif d’amener les participants à comprendre le conflit dans toutes ses dimensions et dans sa complexité envie de sa meilleure gestion et sa transformation, équiper les participants des outils qui peuvent à mieux les aider à gérer les conflits avec plus d’efficacité, partager les expériences de réussites et échecs dans la gestion des conflits. 20 personnes ont pris part à ce séminaire dont 4 femmes et 16 hommes.

Notons que ce séminaire a été suivi d’une réunion technique de juristes de la CBCA du Poste Bukavu, une reunion qui inscrit dans le cadre de contact et échange sur l’implication de juristes, enfants de la CBCA dans l’accompagnement de l’église.

Double cérémonie au CAPA/CBCA Bukavu : 584 lauréats couronnés et des nouveaux bâtiments inaugurés.

Dans le souci d’apporter une solution au problème d’encadrement des jeunes en luttant contre le chômage, le ministre en charge de la formation professionnelle, arts et métiers, son Excellence John NTUMBA a inauguré, mercredi 11 mars 2020 à Bukavu les nouveaux bâtiments du Centre d’Apprentissage Professionnel Artisanal (CAPA-CBCA).

Des officiels et hautes personnalités telles que le Président et représentant légal de la CBCA, la représentante de l’organisation Pain pour le Monde, les mandataires et directeurs de la CBCA, les responsables des centres dérivés du CAPA et d’autres personnalités de la CBCA, les notables députés provinciaux du Sud Kivu et bien d’autres ont pris part à ces cérémonies.

Tout a commencé par une visite guidée au siège ancien du CAPA, où le Ministre et toutes les délégations ont eu l’opportunité de visiter toutes les filières y organisé, voir les produits et outils faits par les étudiants formés pour cette session écoulée. Cette visite guidée a constitué la première partie de la cérémonie, avant de procéder à la coupure du ruban au siège du nouveau site du CAPA, situé à côté de la Paroisse CBCA Bugabo-Bukavu. Ces bâtiments comportent plus ou moins 10 locaux, bien aménagés pour améliorer la qualité de la formation des apprenants dans les diverses filières qu’organise ce centre telles que la navigation, l’électricité, la maçonnerie, l’ajustage, soudure, la coupe couture, la pisciculture, la menuiserie, l’élevage, la marine, la peinture, le débosselage, l’informatique, la sculpture, mécanique automobile, briqueterie, cartonnage, garnissage des meubles, vannerie la plomberie, …

Pour le Ministre John Ntumba, il est important à travers la formation professionnelle de doter aux apprenants une compétence garantissant soit leur employabilité ou l’entrepreneuriat en vue de contribuer au changement.

 » Ce centre vient apporter la réponse aux problèmes sociétaux en formalisant un cadre concret à la formation initiale et à la formation en alternance, il permet aussi d’apporter dans une certaine mesure une réponse à la problématique de l’inadéquation de la formation – Emploi qui induit entre autres l’inefficacité de la personne formée sur le marché de l’emploi », a affirmé le ministre de la formation professionnelle, arts et métiers en RDC.

Les formations organisées par le centre CAPA répondent aussi à la question sociale de la réinsertion, réintégration des démobilisés, s’est réjoui John Ntumba.

Dans une concertation avec les responsables de centres de formations présents à cette cérémonie, il a également tenu à informer du démarrage depuis un temps des travaux d’élaboration des référentiels de normalisation et de certification, tout en leur garantissant son accompagnement en terme de renforcements des capacités.

Les résultats desdits travaux vont servir d’outils de la stratégie sectorielle de la formation professionnelle dont l’harmonisation et la validation vont impliquer la présence de toutes les parties prenantes, avant son adoption au niveau gouvernemental.

« Ainsi, désormais, la certification de la main d’œuvre qualifiée sera l’apanage du seul ministère de la formation professionnelle, arts et métiers, bien que les formations professionnelles soient organisées par plusieurs secteurs du domaine public et privé », explique le ministre John Ntumba.

Il sied de noter que la construction des nouveaux bâtiments du centre CAPA a été rendue possible grâce à l’appui financier de PAIN POUR LE PONDE (PPLM), organisation représentée dans cette cérémonie de l’inauguration, par Mme Françoise Ntoume en provenance de l’Allemagne, satisfaite du travail abattu au CAPA. Prenant la parole, elle a donné la promesse au nom de Pain Pour le Monde, de financer les homes des enseignants et formateurs du CAPA, message salué par le Président et représentant Légal de la CBCA, ému de joie pour cette grande réalisation. Il a présenté, au nom de la CBCA, ses sincères remerciements à l’organisation Pain pour le monde PPLM pour ce dévouement de soutenir la CBCA dans plusieurs projets qu’elle entreprend, et plus particulièrement pour le fond alloué pour la construction de ces nouveaux bâtiments du CAPA. Il a également salué les efforts du gouvernement pour la coopération avec les églises, surtout pour la présence du Ministre à ce cérémonial, un acte qui fait preuve de la compréhension et de responsabilité dans l’exercice de ses fonctions.

A l’occasion, le ministre accompagné de mandataires de la CBCA et de notables présents à la cérémonie, a procédé à la remise des brevets à 584 lauréats du CAPA.

« Le CAPA reçoit tout le monde, les lettrés et non lettrés car il vise le changement de mentalité, la dépendance et l’auto prise en charge pour le développement durable, » a déclaré l’Honorable Vital MUHINI, Directeur du CAPA.

Il est à noter que le centre CAPA, est une initiative de la Communauté Baptiste au Centre de l’Afrique(CBCA) créé depuis 1982 à Bukavu.

DECLARATION DU 73e COMITE EXECUTIF DE LA COMMUNAUTE BAPTISTE AU CENTRE DE L’AFRIQUE SUR LA SITUATION SOCIO POLITIQUE EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO.

Nous, Membres du Comité Exécutif de la 3e ECC-Communauté Baptiste au Centre de l’Afrique, CBCA en sigle, réunis à Goma, en sa 73ième  session du 27 au 28 février 2020, sous le thème : UN BON DISCIPLE DE CHRIST POUR LA MANIFESTATION DU REGNE, DE LA PUISSANCE ET DE LA GLOIRE DE DIEU (Matthieu 6, 13), avons passé en revue la situation socio politique de notre pays.

Préoccupés par la poursuite des conflits armés, en particulier à l’Est du pays avec comme corollaire la détérioration des conditions socio-économiques des citoyens, en dépit de l’avènement d’un nouveau régime politique après les élections de décembre 2018 ; les Membres du Comité Exécutif, tout en saluant quelque progrès en termes du respect de libertés publiques, relèvent que le climat de méfiance au sein de la coalition politique au pouvoir, risque de fragiliser l’unité nationale chèrement acquise au prix des sacrifices énormes.

En effet, la recrudescence de l’insécurité criante se traduite par les tueries, massacres de populations civiles, les kidnappings et déplacements massifs de centaines de milliers de personnes, particulièrement en territoires de BENI, MASISI, RUTSHURU, SUD-LUBERO au Nord-Kivu ; en territoires de FIZI, les hautes plateaux d’UVIRA, SHABUNDA au Sud-Kivu et en province de l’ITURI. Concernant les massacres commis en territoire de Beni, le nombre de victimes avoisine, hélas, plus de 5000 morts.

Par ailleurs, en dépit de son apport indispensable  dans  la promotion des œuvres sociales, la CBCA subit les effets néfastes de l’insécurité endémique. En effet, la plupart de paroisses situées dans les zones fortement insécurisées se sont vidées de leurs fidèles. A titre d’exemple, le poste ecclésiastique de Beni compte 52 paroisses et 87 chapelles, dont presque la moitié est soit complètement vidée, soit confrontée au sérieux problème de fonctionnement.

En ce qui concerne le domaine de la santé, les membres du Comité Exécutif notent avec satisfaction l’appui du programme gouvernemental de lutte contre la maladie à virus Ebola, il y a lieu de noter que  les structures sanitaires qu’organise la CBCA vivent les effets de la situation d’instabilité sécuritaire de différentes manières.  Dans certains milieux, les médecins sont insécurisés par des messages de menace adressés par les groupes armés (Tinge Maboya, Kabasha, etc.) et même les éléments des FARDC (Kitsombiro). Le Médecin du Centre de Santé Mangango à Beni a été Kidnappé par des groupes armés. Le Centre de Santé Bayeti situé en territoire de Beni a fermé ses portes suite à l’insécurité généralisée et d’autres structures de santé fonctionnent au ralenti à cause des pillages intempestifs par des groupes armés. Aussi, la plupart de structures de santé situées en milieu rural ne sont pas intégrées dans le système de santé et ne bénéficient pas des avantages de l’Etat, pourtant elles rendent d’énormes services à la population.

Sur le plan éducatif, tout en saluant la politique de la gratuité de l’enseignement prônée par le Gouvernement et le paiement des enseignants Non payés, les Membres du Comité Exécutif notent cependant plusieurs défis quant à son application. Au nombre de ces défis, on peut citer notamment :

  • Le non-paiement « des NU » (Nouvelles Unités) et des agents d’appoint dans les écoles (huissiers, sentinelles, secrétaires, ….) qui jadis étaient pris en charge par les parents mais qui ne sont plus payés ;
  • Les frais de fonctionnement des écoles jadis supportés par les parents posent problème surtout au niveau Maternel et Secondaire ;
  • Les projets initiés par les parents au profit des écoles restent en souffrance (construction, réhabilitation, équipement, infirmerie, bibliothèque, …) ;
  • Le mécontentement et la démotivation des enseignants NU, voire certains enseignants payés, conduisant au mouvement des grèves sèches.

Au vu de ce qui précède, les membres du Comité Exécutif formulent les cris de populations victimes de violence à l’Est du pays et plaident en faveur de l’instauration d’une société plus juste, selon les principes du Royaume de Dieu, en l’occurrence la justice, la paix et la joie (Romains 14, 17), en exhortant :

  1.  Aux institutions de la République

Exhortent respectueusement son Excellence Monsieur le Président de la République et Chef de l’Etat :

  • D’accélérer les efforts d’éradication des groupes armés tant nationaux qu’étrangers opérant à l’Est du pays, à travers le renforcement des capacités opérationnelles de forces armées et la mise en place d’une stratégie globale de désarmement ;
  • De poursuivre la réforme des services de défense et de sécurité, afin de les rendre plus professionnels et respectueux des droits Humains, ainsi que d’assainir davantage le corps judiciaire de notre pays ;
  • De renforcer les mesures de lutte contre la corruption dans toutes les provinces.

Au Gouvernement :

  • De prioriser les provinces sinistrées de l’Est dans les programmes socioéconomiques et de développement du Gouvernement, afin de recréer la confiance entre les dirigeants et le peuple, et renforcer la cohésion nationale ;
  • D’initier le mécanisme de dénicher les auteurs des kidnappings qui retirent les rançons par la messagerie téléphonique ;
  • D’améliorer la mise en œuvre de la gratuité de l’enseignement en prenant en charge tous les enseignants Nouvelles Unités et le personnel d’appoint qui doivent être payés au même titre que les autres car offrant des loyaux services à la nation ;
  • D’insister sur le respect de la Convention entre l’Etat et les confessions religieuses relatives à la gestion des écoles et des structures sanitaires.

Au parlement :

  • De mener un contrôle parlementaire rigoureux afin de mettre fin à la corruption et à l’impunité des violations de droits humains.
  1. A la Communauté internationale
  • Que la Cour pénale internationale lance des mandats d’arrêt contre les auteurs de crimes de génocide et crimes contre l’humanité commis à l’Est de la RDC, en particulier en territoire de Beni.