De la fournaise à la Vie, expérience vécu ce matin à Goma

imageC’est plus qu’un miracle que Dieu vient d’opérer ce matin en ville de Goma, plus particulièrement dans la CBCA, Dieu vient de nous épargner d’un drame. Alors qu’une délégation de la CBCA composée du Rév. Dr José da Silva en provenance du Canada CBM, Rév. Fataki sec DEMV, RÉV Jonas MUSAMBA Evangéliste communautaire CBCA se rendait à Butembo ce matin avec la compagnie busy bee, l’avion ne pouvait pas atterrir parce-que l’un des pneus n’a pas engagé.image

Difficile d’atterrir sur l’aérodrome de Butembo avec probabilité de crash, le pilote a retourné l’avion à Goma avec autorisation du Ministre de Transport et les autorités de la RVA.
Arrivé à Goma, au dessus de la ville de Goma et sur le lac Kivu il a fallu forcer l’atterrissage après avoir vidé le benzène, avec Tous les risques possible et un désespoir total de la part de passagers et ceux qui assistaient comment ça va se passer.

Le pilote a d’abord vidé son réservoir avant de forcer sur le piste à Goma avec deux pneus. DIEU MERCI, L’engin a glissé et s’est Dirigé à côté dans l’herbe!!! Aucun mort sauf des hypertensions, émotions terrible… DIEU EST GRAND.
Des larmes, étonnement !!!!! Des témoignages….
DSC_0520
Le Dr Molo qui priait dans son bureau, très emotionné et emerveilleux par ce que Dieu vient de faire en ce jour, n’a pas hesiter à  a réunir ses agents pour glorifier et rendre grace à Dieu ensemble avec la délégation qui voyageait, moment plein d’émotion grande de joie. (Une vidéo ici. Ouvrir ce lien) trim.BFE21780-1DEC-4D57-8C87-8186AD271B75

c’était vraiment à l’école de Dieu d’expérimenter la fournaise , méditation donné une journée avant ce jour par le même Dr José da Silva qui a également vécu l’événement. vous pouvez lire ce à quoi consistait le message dans l’article qui précède celui ci. DIEU EST VRAIMENT GRAND.DSC_0509

Par Hulda Vagheni

le Rév. DR. José da Silva visite la CBCA

c’est dans le cadre de la reforme des programmes de l’Institut Biblique de Katwa et MUKU que le Rév. Dr. José da Silva, consultant de Canadian Baptist Ministry ( CBM), visite la CBCA en date du 20 juin 2016. Ayant une mission de 4 jours, le Rév. Dr José vient pour le renforcement de capacité des enseignants de ces institutions.
Dans sa méditation basée sur le texte tiré du livre de Daniel 3, donné ce 20 juin au bureau du Secrétariat général de la CBCA, le Dr a interpellé les agents à ne pas être des personnes qui profitent d’une transformation qui est entrain de prendre place mais plutôt de s’évaluer pour voir à quel degré chacun contribue à cette transformation à l’instar de Schadrack Méshac et Abed Nego. un rêve sans action forme des rêveurs mais une vision suivie des actions forme des missionnaires qui aboutissent à une transformation a -t-il martelé. Malgré les difficultés qu’on affronte, dans la noirceur terrible, la confiance que nous avons en Christ peut nous rassurer de sa présence quotidienne à nos cotés. et de dire comme Schadrack, Méshac et Abed Nego au Roi Nebucadnetsar  » nous n’avons pas besoin de te répondre là-dessus. » . tel a été sa conclusion saluée par toute l’audience.

Renforcement des liens avec OIKOCREDIT

photo Dir PolisiL’Assemblée générale annuelle d’Oikocredit tenue le 9 Juin dernier en Hollande vient d’élire Mr Polisi Kivava comme membre du Conseil.

Oikocrédit est une coopérative œcuménique fondée en 1968 par le Conseil Œcuméniques des Eglises. Le but de sa création était de lutter contre la pauvreté en accordant des prêts en tenant compte des valeurs éthiques de développement, contrairement aux institutions financières qui généralement se focalisent premièrement sur l’intérêt maximum, frisant ainsi souvent l’exploitation même des pauvres.

Cette élection est le fruit de la combinaison du plaidoyer en faveur de l’implication du Congo dans les activités de Oikocredit et du soutien de l’Eglise de la Westphalie, membre de la VEM. En effet c’est depuis plus de vingt ans que la CBCA est membre mais non actif. Même les efforts de sollicitation des prêts auprès de la Coopérative étaient restés vains. Pour les dirigeants de la Coopératives, la persistance de la guerre au Congo constituait un handicap majeur. Cette situation avait plongé le pays dans un isolement et peu d’institutions financières s’intéressaient à investir dans le pays.

Avec l’entrée de Polisi dans le Conseil d’Oikocredit, il sera plus facile d’attirer l’attention des dirigeants de la Coopérative non seulement sur le travail de développement de notre Communauté en faveur de nos membres mais aussi sur le sort des populations de notre pays qui ont été appauvries par plusieurs années de guerres.

La préservation de l’environnement sain, une préoccupation pour la CBCA

????????????????????????????????????

C’est dans l’objectif d’améliorer la gestion des déchets dans le rayon d’action de la CBCA que les leaders de noyaux Justice Paix et Sauvegarde de la Création en ville de Goma ont été réunis dans un séminaire organisé par la JPSC le vendredi 09 juin 2016 dans la grande salle du CAP Tuneko à Goma dans la Province du Nord-Kivu / RDC. Ce séminaire est en marge de la célébration de la journée mondiale et vise à sensibiliser et informer la population sur les comportements plus respectueux de l’environnement ; développer un outil de sensibilisation qui puisse répondre aux interrogations des citoyens en matière de gestion des déchets et réfléchir sur les stratégies les mieux adaptées au contexte pour la gestion rationnelle des déchets.
Ouvert officiellement par le Président et RL CBCA, le Rév. Dr Kakule Molo a donné un message de remerciement et de satisfaction pour l’organisation de ce genre d’activité par l’église porteuse de la mission intégrale pour le bien-être de l’humanité. Dans son message fondé sur le livre de Gén 2 :15, il a rappelé aux participants leur responsabilité d’intendance de l’environnement les interpellant de bien gérer ce don précieux donné par Dieu le créateur.DSC_0474
En effet, la gestion des déchets étant l’un de problèmes environnementaux majeurs qui se pose dans notre société, l’ampleur des activités commerciales et industrielles est particulièrement à la base de la prolifération des déchets dans nos villes. Outre les déchets industriels et commerciaux, une autre catégorie est constituée des déchets ménagers. Le processus de gestion des déchets doit avoir comme objectif essentiel la protection de la santé de l’homme et de l’environnement contre les effets préjudiciables causés par le ramassage, le transport, le traitement, le stockage et le dépôt des déchets.
En revanche, l’absence d’un système de réglementation en RDC est l’une de causes principales des désordres observés dans nos villes où les immondices sont jetées n’importe où (notamment les sachets en plastiques), absence d’installations hygiéniques publiques, rareté des décharges publiques, tout cela entraine ainsi des conséquences sanitaires (maladies de mains sales, respiratoires et dermatologiques) et environnementales (pollution, insalubrité, destruction du sol).
Devant ce sombre tableau, l’Eglise se trouve interpellée, c’est ainsi que la Commission Justice, Paix et Sauvegarde de la Création, JPSC en sigle s’investit dans la sensibilisation et la conscientisation des chrétiens et la population en général pour bien gérer les déchets. Cette action de l’Eglise accompagne la politique de l’autorité urbaine de Goma qui a dernièrement pris une série de mesures visant à rendre la ville propre en collaboration avec l’ONG CARITAS.
Deux intervenants ont facilités ce séminaire parmi eux, Me Jacques NZANZU, consultant permanant à la JPSC qui a parlé en premier lieu de «La préservation de l’environnement : lutte contre les comportements favorisant la destruction de l’environnement». Dans son exposé, il a décrit les composantes de l’environnement tout en soulignant que la dégradation environnementale est une menace pour l’humanité présente et celle de l’avenir. Faisant allusion à l’impact des actions posées par l’homme sur l’environnement, il a cité la démographie, le développement économique, la pollution de l’air, la perte de la biodiversité, la rareté des ressources naturelles…
A voir l’échelle planétaire, les effets de la pollution atmosphérique sont à la base du réchauffement climatique qui accroit ces derniers temps et qui est dû au rejet massif de gaz avec beaucoup de conséquence sur la biodiversité qui favorise la destruction de l’écosystème. Le changement climatique, la surpêche, la dégradation et la destruction de l’habitat naturel de l’animal, la déforestation est une menace accentué pour la génération future et c’est la santé de l’homme qui en paie le prix a-t-il martelé. C’est ainsi qu’il a interpellé aux participants de saisir l’opportunité et s’engager concrètement dans les actions de protection de l’environnement dans toutes ses formes, pour ainsi manifester leur obéissance à la mission de leur confié par Dieu le créateur a-t-il conclu.

Ensuite s’en ait suivi la deuxième présentation faite par Mr Joël Vwira, un acteur de l’environnement en ville de Goma qui a présenté sur « la problématique de la gestion des déchets : ramassage, décharge, incinération, compostage, recyclage».DSC_0452
Dans son exposé, le facilitateur a démontré combien la gestion des déchets est un grand défi en Afrique voir même au monde entier. Dans la globalité, il a énuméré certains défis dont :
– Les pauvres infrastructures
– Pauvre technologie pour le recyclage
– Non séparation des déchets rendant moins efficace et économique le recyclage
– Insuffisance des poubelles publiques et faible culture (négligence) d’utilisation des poubelles indiquées
– Non adaptation du cadre juridique au contexte actuel.
DSC_0498L’intervenant a attiré l’attention des participants sur la gestion responsable des poubelles tout en leur montrant les deux sortes de déchets notamment les déchets domestiques et les déchets industriels tout en énumérant l’importance de chacun d’entre-eux.
Il a interpellé les participants d’être les premiers à se donner une discipline de ne pas utiliser les matières non dégradables qui sont à la base de la destruction du sol. Il a demandé aux participants de s’accoutumer à utilise moins les sachets par exemple dans les familles respectives. Les enfants sont une pépinière opportun pur bien placer ce message au centre de la pensée humanitaire, nous avons intérêt à vulgariser et renforcer la capacité des enfants à ce qui concerne l’environnement pour s’assurer d’un futur promettant a-t-il conclu.
DSC_0499Toujours à l’occasion de ce séminaire, une séance d’expérimentation pratique a été organisée dans la poubelle de la place pour permettre aux participants de voir, toucher, catégoriser, séparer et gérer le contenu de la poubelle. Les participants ont pu poser des questions et obtenir du facilitateur des réponses satisfaisantes.

53 personnes ont pris part à ce séminaire parmi eux des leaders de la JPSC de la ville de Goma, des pasteurs de la ville de Goma, des leaders des femmes SFF/CBCA et l’animateur de développement du Poste Ecclésiastique de Goma.
Débuté à 8h30, le séminaire a été clôturé à 16h15 par un mot d’encouragement de la part du Coordonateur de la JPSC, Me Christian Sondirya devant la foule très encouragée et satisfaite. DSC_0455Plusieurs recommandations, provenant de trois ateliers constitués à l’occasion (des Pasteurs, des Femmes, des Jeunes, et des experts en matière d’environnement), ont été formulées à l’issue de ce séminaire et elles constituent une nouvelle opportunité avec laquelle la JPSC enrichira certainement ses activités ainsi que son impact sur terrain.

La rédaction

Insécurité grandissante à Bwito

Le Rév Misago Mutayomba de la paroisse Mutanda, dans le Poste ecclésiastique de la CBCA Bambo, dans le groupement de Bwito, en territoire de Rutsuru a été récemment l’objet d’une attaque à domicile par des personnes armées. Après que les assaillants aient terrorisé sa famille, ils ont emportés tous ses biens de valeurs. Lui-même a réussi à s’échapper et à se refugier à la paroisse de Nyanzale où il a dû recevoir des soins à la suite de cette expérience traumatisante.

En effet d’une manière générale, la situation sécuritaire dans le groupement du Bwito s’est détériorée ces derniers mois des suites de la recrudescence des conflits ethniques. Il y’a quelques mois 53 maisons ont été systématiquement incendiées. La méfiance entres les groupes ethniques commence à pousser certaines personnes à quitter le milieu, craignant une confrontation plus prononcée. Néanmoins il sied à signaler que même si l’ampleur des dommages subis par une communauté ethnique par rapport à une autre semble plus grande, il se compte des victimes parmi toutes les trois ethnies de la place. Assez souvent des membres d’une communauté ethnique donnée sont victimes d’attaques perpétrées par des personnes armées de leur propre groupe ethnie. C’est par exemple le cas du Rév Misago Mutayomba.A

Cette situation pousse à penser que les conflits ethniques aussi bien dans le groupement de Bwito qu’ailleurs sont plutôt le résultat de l’incapacité des autorités compétentes de mettre fin à la présence des groupes armées qui insécurisent indistinctement les populations locales. Ces groupes armées aussi bien d’origine locale qu’étrangères jouissent d’une certaine liberté leur permettant même de prélever des taxes auprès des populations locales. En ces jours, les territoires de Masisi, Walikale, Rutsuru, Lubero et Beni où œuvre la CBCA sont les plus touchées par cette recrudescence de l’insécurité.

En plus du plaidoyer que la CBCA s’efforce de faire en faveur de ces populations auprès des instances étatiques, elle organise des séances de dialogues et de prévention des conflits entre les populations locales.
Elle vient aussi d’envoyer une assistance modeste aux victimes des incendies de maisons à Nyanzale, toutes les communautés ethniques confondues en signe de solidarité et de réconfort. En dépit de son traumatisme, Rev Misago Mutayomba, qui a séjourné à Goma a convoyé cette assistance en tôles pour contribuer à la reconstruction de maisons ayant été incendiées. Ainsi Rév Mutayomba et d’autres pasteurs de notre Communauté portant eux-mêmes les blessures de l’insécurité sont appelés à guérir les blessures dont souffrent les populations meurtries de leurs milieux respectifs.

L’église dans une ville verte : une mission quotidienne pour chaque fidèle

« DES VILLES VERTES : UN PLAN POUR LA PLANÈTE »

C’est autour de ce thème que la journée mondiale de l’environnement a été célébrée en date du 5 juin 2016.

Le Prés. et RL CBCA plante un arbre

Le Prés. et RL CBCA plante un arbre

Pour concrétiser sa mission intégrale de servir la communauté dans son entièreté, la CBCA n’a pas gardé silence à ce sujet, c’est ainsi qu’à l’occasion, à travers son service JPSC qui focalise sur la paix, Justice et sauvegarde de la nature, un exposé suivie de quelques actions a été donné aux agents du bureau du secrétariat général de la CBCA.

Facilité par l’invité JOEL VWIRA un activiste de l’environnement, l’exposé a focalisé sur le thème : «  L’église dans une ville verte : une mission quotidienne pour chaque fidèle » qui s’inspire du thème mondiale. Dans son exposé, l’intervenant à appeler l’auditoire de développer des mécanismes pratiques pour la vulgarisions et la sensibilisation de la protection de l’environnement. Il interpellé la conscience des agents à s’impliquer pratiquement dans :

  • La bonne gestion des ordures ménagères et autres déchets (Pampers, bouteilles ETC).
  • L’éducation de l’enfant à partir du ménage en famille, à l’école et dans les églises sur la protection de l’environnement pour s’assurer d’un changement positif pour la génération future.
  • La culture de planter les arbres pour garder un environnement vert

Parmi tant d’autres recommandations, il a réveillé la conscience des participants à s’investir correctement dans les actions environnementales tout en soulevant le grand défis que cours la population de Goma par rapport à son environnement et l’eau du lac qu’elle utilise à 99%.

Après s’en ai suivi deux autres activités pratiques notamment l’exposition du séchoir fabriqué pour sécher les aliments et les conserver pendant longtemps, mais également l’activité de planter les arbres.image

Notons que 5 d’arbres ont été plantés dans la cours du bureau du secrétariat Général de la CBCA par le Président et Représentant Légal de la CBCA suivit des mandataires et une représentativité de femmes.

A gauche Mme Bijoux du DFF à droite Mme Christine du DDD

A gauche Mme Bijoux du DFF à droite Mme Christine du DDD

« Les enfants retiennent et agissent vite. Investissons dans cette pépinière pour s’assurer d’un futur responsable et promettant au compte du bien être de l’humanité entière. » A-t-il conclu.

Par Hulda Vagheni

ALERTE !!! APPEL POUR ASSISTANCE HUMANITAIRE

Une pluie orageuse s’est battue la nuit du 31 mai au 1er juin 2016 sur la  côte Ouest du lac Edouard précisément dans les localités Mubana ; Iremera ; Kaghuli ; paysannat et Kisaka d’où l’on signale des pertes des vies humaines par inondations et éboulements. Ces villages se trouvent en territoire de Lubero ; ZS lubero ; Aires de santé Kisaka, Mubana et Kaghuli.  De l’accessibilité ; Mubana est accessible par véhicule via la route principale Goma- Butembo à partir de Katondi ; Kipese et Puis Mubana . C’est une agglomération se situa à 67 Km de la cité de  Lubero.  Kisaka est 8 km de Mubana et accessible par Pirogue via Vitshumbi et ou Kyavinyonge

Eboulements et ou  érosions

Mubana : 2 morts (le père du chef de localité de Iremera et sa petite fille dans le village kanyandanga

Iremera Kisangani : 2 morts

Kitevya Kaghuli 2 Morts

Paysannat Kaghuli 2 morts

Kisaka 2 morts dont un enfant du pasteur de la CEPAC pour qui la maison s’est écroulée et les eaux de ruissèlement tous les biens  de la maison et cet enfant qui serait retrouvé décédé au bord du lac et venait d’être  et une dizaine d’hospitalisés au Centre de santé Kisaka de suite de l’inondation causées par les crues de la rivière Nduha communément appelé Nzaro  avancé dans la cité de plus ou moins 500m et toutes ces familles sans abris et dépourvus de tous biens ménagers et autres et une quatre vingtaine des maisons inondées et presque démolies

Malades observes 7 Malades Sont 3 mamans et 4 enfants. Notons que le CS est dépassé par le nombre des blessés par rapport à leur capacité d’accueil  et ne se contente que des cas graves pour l’observation

Une église de corps du christ endommagé et enterré complètement ; Poste de santé privée démoli complétement avec perte de tout matériel

Personnes ayant donné l’information

Musola ; Président du comité des parents de l’Institut Kisima  contact 0991428955

Kangaroo ; président du PROCAF ; une association des agriculteurs de café à Mubana contact 0824045438

Kavatondwa ; armateur à Kisaka ; 0813951139

IT adjoint CS  Kisaka 0816437118

Une délégation de Pain Pour Le Monde et du Réseau Œcuménique pour l’Afrique Centrale visite la CBCA

En date du 24 mai 2016, la CBCA a eu l’honneur et le privilège de recevoir en ses bureaux deux visiteuses à savoir Madame Sieglinde Weinbrenner et Madame Gésine Ames, toutes venues de l’Allemagne.

 

Madame Sieglinde est responsable du service chargé des droits de l’homme de l’organisation chrétienne allemande de développement « Pain pour le Monde » basée à Berlin. Quant à Madame Gésine, elle dirige le bureau du Réseau Œcuménique pour l’Afrique Centrale, basé aussi à Berlin, bureau ayant comme mission d’assurer le plaidoyer pour la paix en Afrique centrale et plus particulièrement dans la Région des Pays des Grands Lacs.

Après avoir présenté l’aperçu général de la CBCA, Le Rév. Dr Kakule Molo, Président et Représentant Légal de la CBCA, a indiqué  que la CBCA, à travers la Commission  Justice, Paix et Sauvegarde de la Création (JPSC), fait le plaidoyer en faveur de la paix, organise des dialogues entre les groupes ethniques locaux, assure la médiation des conflits qui lui sont présenté, collabore avec les églises protestantes du Rwanda et du Burundi dans la promotion de la paix dans la Région des Pays des Grands Lacs  à travers l’APRED-RGL et fait un travail en synergie avec les églises, ONG et organismes du système des Nations Unies. En outre la CBCA s’investie dans la promotion de la cohabitation pacifique entre les civiles et les militaires en organisant des campagnes d’évangélisation, une chorale mixte entre civiles et militaires appelée communément « Chorale civilo-militaire », en organisant différents séminaires  avec les militaires sur les questions relatives à la protection des civiles, aux droits de l’homme et aux lois du pays.

Par ailleurs, le Président de la CBCA a  souligné le fait que qu’en RDC il se dégage une soif ardente d’avoir à tous les niveaux un leadership pacifique et compétant  qui démontre une grande capacité de direction et d’action sur terrain. C’est dans ce sens  que la CBCA s’efforce  d’éduquer  la jeunesse en mettant un accent particulier sur les questions relatives à la paix, la réconciliation, au leadership transformationnel et la protection de l’environnement.

De son côté, Madame Seiglinde Weinbrenner s’est exprimé à ces termes: ‘’Je suis ravie de visiter le okCongo pour la toute première fois, plus particulièrement la CBCA. Je  travaille pour le compte de l’organisation chrétienne « Pain pour le Monde ». L’objet de ma mission est de palper du doigt la réalité de la situation au Congo dont j’ai seulement entendue parler surtout par rapport aux violences vécues à l’est du pays. Ainsi, j’exprime ma reconnaissance à la CBCA pour son engagement dans la promotion de la paix. Certainement, ces efforts parleront un jour, a-t-elle souligné’’.

De sa part, Mme Gésine a dit être particulièrement édifiée par la manière dont la CBCA travaille avDSC00463ec espérance dans un contexte de conflits qui prêterait plutôt au découragement. Elle dit que son organisation s’efforce à contribuer à un retour définitif de sécurité et de la stabilité politique  dans le pays.

Prenant la parole, Me Christian SONDIRYA, Coordonnateur de la Commission JPSC a précisé que la commission qu’il coordonne œuvre à travers 6 antennes repartis dans les provinces du Nord-Kivu, Sud-Kivu, Ituri, Tshopo et Kinshasa. La JPSC a pu créer depuis trois ans 37 clubs de paix des jeunes comptant chacun 30 membres. Ces clubs étant à Goma, dans la ville de Kinshasa ainsi que dans la partie frontalière de la préfecture de Rubavu, au Rwanda,

DSC03013Dans l’effort de prévenir les conflits, il a fait entendre que la JPSC traduit les textes des lois essentielles en langues locales en vue d’une meilleure compréhension et appropriation par la population, Car, a-t-il affirmé à la lumière de la bible que : « Mon peuple périt par manque de connaissances ». A part le lobbying et la médiation, la JPSC organise aussi des ateliers sur la paix transfrontalière entre les jeunes du Rwanda et du Congo.  Elle offre aussi des  conseils d’orientation et l’accompagnement juridique à des personnes vulnérables. Il a enfin insisté sur le travail que la JPSC est en train de mener avec le militaire dans le cadre de la moralisation de l’armée, la formation en droits humains et le dialogue civilo-militaire. A l’occasion, deux responsables de la chorale civilo-militaire ont été invités pour témoigner des acquis du travail énorme que la CBCA est en train de faire avec les militaires pour la moralisation de l’armée, le dialogue civilo-militaire et la lutte contre les violences sexuelles.

Riches ayant été les échanges faites au cours de cette rencontre, elle s’est clôturée à la satisfaction de tous par la prise d’une photo de famille.

 Descente sur terrain à Kibati

DSC00470Les deux hôtes ont par la suite été invitées à Kibati à 8 km au Nord de l’aéroport Internationale de Goma pour assister à  remise des certificats des naissances aux enfants nés des viols. Pendant la remise, le Coordonateur de JPSC, Me Christian indiqué que ces certificats confirment aussi bien la nationalité des enfants afin d’éviter d’une part l’apatridie de ces enfants et d’autres part qu’ils soient obligés de revendiquer la nationalité par la violence. Aussi dans un contexte d’enlèvement d’enfants, les mères de ces enfants ont désormais un moyen de preuve sur pour prouver leur maternité.

 Témoignage d’une femme victime de violence

Femme victimeAgée de 20 ans, Mme NIKUNZE VUNABANDI, orpheline, a exprimée sa reconnaissance à l’égard de la CBCA qui se souvient des vulnérables. Elle a poursuivi qu’elle n’est pas membre de la CBCA, seulement, elle est impressionnée de voir ce que la CBCA fait sans distinction de confessions religieuse surtout pour elle, en acceptant de faire les démarches possibles pour que son enfant, né du viol dont elle a été victime, puisse obtenir un acte de naissance. Elle prie aux partenaires de la CBCA de continuer à la soutenir dans pareil projet car plusieurs sont les enfants nés de viol ne pouvant pas accéder aux actes de naissance.

Visite au CH BETHESDA
VISITE A BethesdaLa délégation a terminée par la visite à l’Hôpital CBCA Bethesda de Ndosho où le Dr BOSSE SEMANEGU, Médecin Directeur de cet Hôpital, a pu faciliter la visite notamment des victimes des violences perpétrées par les groupes armées opérant au Nord-Kivu, notamment à Beni, à Lubero à Masisi et Rutsuru. Les visiteurs ont été marqués par la présence d’un enfant d’à peine 4 ans qui avait été touché par balles au niveau de l’abdomen dont le pronostic vital était engagé. Notons que ces malades blessés par balles sont soignés gratuitement dans cet Hôpital grâce à l’appui de CICR.

La visite s’est terminée par une note de satisfaction et de compassion à l’endroit des victimes innocentes des conflits récurrents à l’Est de la RDC.

 

Par Noella Kyamutsongeri