Les femmes chrétiennes, politiciennes et militaires à la recherche de la paix.

Le service du genre de la Commission Justice, Paix et Sauvegarde de la Création (JPSC/CBCA) a réuni à Goma 55 femmes au Centre Rudolf le 26 mars 2016, autour du thème ‘’ l’autonomisation de la femme dans la recherche de la paix’’. C’était à l’occasion du mois de la femme. Les participantes sont les femmes leaders de la CBCA, de la société civile ainsi que les femmes militaires de la garnison de Goma. Il était question de réfléchir davantage sur les pistes de solutions pour la consolidation de la paix et le rôle de l’Eglise.

Après la méditation biblique et la prière d’ouverture dite par Mme Masika Kanyali, Me Kambale Sondirya Christian, Directeur de Cabinet du Président et Représentant Légal de la CBCA, a fait
Direcabcomprendre à ses interlocutrices qu’elles sont capables de faire mieux là où les hommes ont échoué. Les femmes ont le pouvoir qu’elles ignorent, disait-il. Il a illustré son propos en soulignant les exploits de Déborah et Ruth, deux personnages bibliques qui ont laissé des traces sur leurs parcours. La motivation de cette rencontre était que l’Eglise joigne ses efforts à ceux menés par les pouvoirs publics pour la restauration de la paix et la promotion de la dignité de la femme, et répondre à la nécessité de renforcer les relations de cohabitation civilo-militaire.

La paix n’a pas de prix
Au cours de ces assises, les participantes ont échangé avec Madame Asynath VAKALAMA, conseillère de la Ministre Provinciale du genre et famille, sur les défis et les opportunités dans la construction d’une paix durable dans les milieux environnants. Dans son intervention, Madame la conseillère a partagé son expérience en matièrConseilleree politique. Inspirée par feu Enock Muvingi Nyamwisi, elle avait exprimé le vœu d’être formée à l’académie militaire à l’âge de 17 ans. Après la mort de Nyamwisi et Laurent Désiré Kabila, Asynath fait la politique timidement. Elle a souligné que les femmes échouent à cause de la peur pour certaines et l’analphabétisme pour d’autres. Madame la conseillère s’est souvenu de la participation de la femme au sein d’un parti politique. Sur 100 femmes membres de ce parti, il y avait 1 licenciée, 3 graduées, 10 Diplômées d’Etat et d’autres ne savaient même pas écrire leurs noms. Donc, pour réussir, la femme doit étudier et renoncer à la peur, la paix n’ayant pas de prix, insiste-t-elle.

La vision et l’action de la CBCA pour la contribution de la paix
Mme Kavira Nganza, Directrice du Département Femme et Famille de la CBCA, a partagé la vision et l’action de la CBCA concernant la contribution de la paix. Concrètement, à part la consécration, la CBCA Kavira Nganzafait participer la femme dans la gestion de l’Eglise à tous les niveaux. Elle donne des bourses d’études sans discrimination des sexes. Ce qui permet aux femmes d’accéder à l’emploi, à certains postes de direction et à la gestion des ressources. La CBCA initie des programmes d’accompagnement des femmes victimes des violences sexuelles et violences basées sur le genre. C’est une façon de donner la paix individuelle. Toujours pour contribuer à la paix et pour aider les femmes à ne plus dépendre totalement de leurs maris, la CBCA initie des activités génératrices des revenus où les femmes sont organisées en petites associations leur permettant de mettre ensemble leurs efforts afin de s’entraider mutuellement à travers des caisses d’épargne et de crédit.

La paix n’est pas l’absence de la guerre
Pour sa part, Me Nzanzu Tumaini Marthe a insisté sur la capacitation de la femme qui doit être actrice Tumainide paix dans le contexte de conflit et d’insécurité. Se basant sur Esther 3:8-14 et 4 :10-17, l’oratrice a démontré comment la paix n’est pas l’absence de la guerre ni le contraire de la guerre, non plus l’absence de la violence. Elle a cité Joël Kovel qui définit, la paix comme un état d’existence ou un monde dans lequel les besoins fondamentaux des êtres humains sont satisfaits. Me Tumaini a martelé que les femmes et les filles sont les premières victimes des hostilités perpétrées par les forces négatives. Les violences sexuelles sont les causes directes de la pauvreté. Il a été constaté que dans ce monde il y a toujours eu l’inégalité liée aux sexes et à la gestion financière. Pour faire face à cette situation, toute actrice de paix doit être capable de produire un document de stratégie de plaidoyer. Me Tumaini a conclu en ces termes : ‘’En tant qu’actrices de paix, nous devons briser le silence et la peur et travailler en association. A part la prière, il faut agir et cela avec stratégie’’.

L’expérience de la jeune fille dans les clubs de paix de la CBCA
NollaMademoiselle Noëlla Kyamutsongeri témoigne que la jeune fille membre du club de paix en ville de Goma milite pour la paix. Elle sait distinguer les rumeurs de la vraie information; elle a dépassé l’étape des préjugés. Grâce aux clubs de paix, la jeune fille a découvert ses talents, elle est devenue responsable de ses propres actes. Elle influence son entourage positivement. Elle aime tout le monde sans discrimination. Elle assure la promotion de la paix auprès des jeunes qui ne sont pas de son église. Les clubs de paix sont implantés dans certaines paroisses et écoles de la CBCA. Chaque club de paix compte 30 jeunes, filles et garçons.
Ces jeunes font le counselling auprès d’autres jeunes et organisent des activités de réconciliation de leurs camarades. Se confient aux médias, Mlle Odette, membre du club de paix de Katoyi, affirme avoir mené une enquête sur les causes de ruptures de certaines fiançailles des jeunes garçons et filles. Après la découverte des causes (immoralité et problème de groupe sanguin), Mlle Odette a eu le courage de contacter un Pasteur et le médecin Directeur de l’hôpital de Virunga. Ensemble ils ont trouvé la solution qui consiste pour les jeunes à respecter les principes de continence et connaître leurs groupes sanguins avant le mariage. C’est ainsi qu’aujourd’hui il n’ya plus de cas décevants parmi les jeunes de la CBCA Katoyi.

La paix, un moteur du Développement
Mme VeroniqueLa dernière intervenante, Mme Kahindo Kavuo Véronique, a focalisé son exposé sur les pesanteurs culturelles et la façon de rendre effective l’autonomisation de la femme pour qu’elle contribue effectivement à la construction de la paix. Utilisant la projection, l’oratrice est partie de la vie de Deborah, décrite dans le quatrième chapitre de livre de Juges comme une actrice faisant le plaidoyer pour répondre aux besoins de son entourage. Elle a appelé les participantes à imiter la vie de DEBORAH qui à son époque a su faire le plaidoyer. La paix c’est le moteur du Développement, renchérit-elle. Mme Véronique a conclu en proposant aux organisateurs de la rencontre d’aller de l’avant pour que cet atelier ne soit pas considéré comme une lettre morte, mais plutôt le début d’un réseau d’artisans de la paix.

impressionImpressionnée par l’atelier, Mme ANNIE PENGELE, Vice-Présidente de la société civile en ville de Goma, a remercié les organisateurs de cet atelier. Elle a donné son appréciation en ces termes :’’ C’était encore une occasion de découvrir ce que la CBCA font. Il serait bon de trouver l’accompagnement du gouvernement car ce que la CBCA est en train de faire s’inscrit dans les cinq chantiers du Chef de l’Etat’’.

Par Noëlla Kyamutsongeri

La nouvelle approche de l’aumônerie scolaire à 7 ans

La CBCA a sept ans d’expérience avec la Nouvelle Approche Rédemptrice Transformationnelle (NART) de l’aumônerie scolaire. Cette approche s’expérimente dans 16 écoles pilotes de la CBCA, mais elle est déjà présente dans une quarantaine d’écoles du pays. Il s’agit d’un modèle intégral où l’aumônerie dispose de deux agents et prend en charge tous les besoins spirituels, émotionnels, relationnels…de la communauté scolaire. Mardi 23 février 2016 dernier les préfets des études et aumôniers de Goma ont pu se rencontrer pour dresser le bilan de la nouvelle approche et effectuer une mise au point en vue de mieux s’accommoder la vision.

En guise d’introduction, Rev Fataki Dedani, Secrétaire du Département de l’Evangélisation et de la Vie de l’Eglise, a exhorté l’audience sur base de Tite 1:6-9 à être modèle et à cultiver la capacité de transmettre la saine doctrine et refuser l’erreur. La communauté scolaire n’a pas besoin de beaux discours; l’éducateur qui réussit est celui qui s’efforce de rendre la présence de Dieu visible. Nous sommes des intendants de la grâce de Dieu, à qui nous allons rendre compte.

Aumoniers, Prefets et Directeurs des éutudes après un atelier sur la nouvelle approche de l'aumônerie.

Aumôniers, Préfets et Directeurs des études après un atelier sur la nouvelle approche de l’aumônerie scolaire.

Diapositives à l’appui, Jean-Pasteur Katavo, Chef du Service de l’Education Chretienne, a montré la Nouvelle Approche Rédemptrice Transformationnelle, avec tous ses éléments essentiels, à savoir : la vision, la mission, l’engagement de l’ensemble de la communauté scolaire, le statut de l’aumônier, la théorie de la transformation, les stratégies d’action, les signes de la transformation ainsi que l’auto-évaluation. Ainsi la nouvelle approche a-t-elle atteint sa forme pleine, supérieure. Au terme de cette première phase d’élaboration réussie, il est donc temps de consolider la NART en lui donnant un centre de gravité approprié qui lui permettra de passer à l’étape de l’expansion.

Rév Dr Samuel Ngayihembako, Vice-Président de la CBCA et Directeur du Département de l’Evangélisation et Vie de l’Eglise, lui, a insisté sur le caractère intégral de la pastorale scolaire.

Un autre temps fort et très réjouissant de cette importante manifestation a été le marché de connaissances et d’expériences où les différents instituts ont vendu et acheté des perles très précieuses. En effet, cinq instituts ont partagé avec les autres des expériences réussies.

Ainsi, l’Institut Visoke a évoqué la bonne collaboration qui existe entre le préfet des études, l’aumônier et le professeur de Religion ainsi que la collecte en faveur de l’E.P. Tuha de Beni qu’il organise chaque année. L’institut Majengo a une expérience similaire ; chaque enseignant libère 10 $ en faveur de la collecte des fonds pour l’Institut Muzinduo du poste Buyinga.

La caisse sociale de l’Institut Béthanie à laquelle chaque prof contribue à raison de 1$, ainsi que le geste de reconnaissance des finalistes à la rentrée scolaire sont très appréciés par l’aumônerie scolaire. En toute humilité, le préfet des études de l’IEM Virunga a partagé leur expérience d’adhésion à l’idée d’aumônerie. Très réfractaire au début, l’Institut d’Enseignement Médical Virunga a fini par réaliser la nécessité de ce service. L’aumônier travaille dans un beau bureau actuellement et reçoit un appui considérable de la direction de l’école.

L’institut Himbi, le dernier, a évoqué les expériences suivantes : le financement de l’aumônerie grâce à l’impression du logo sur les uniformes des élèves, l’assistance aux vulnérables grâce aux amis, l’apport du préfet à l’identification des amis qui peuvent contribuer à la construction de la grande salle de l’aumônerie; l’organisation de l’activité spirituelle du corps professoral parallèle au culte scolaire des élèves, l’implication de l’aumônier pendant les examens grâce à de brefs messages avec lesquels elle encourage les élèves à l’intégrité intellectuelle dans des tours de classes, la promotion de l’intégrité morale à l’école, le développement de la vision missionnaire, l’encadrement du groupe des orphelins, l’encouragement reçu de la part des visiteurs qui ont évoqué l’originalité de la nouvelle approche de l’aumônerie.

Le dernier temps (mais pas le moindre !) du forum a été dominé par une consultation sur une dizaine de questions de la vie de l’aumônerie scolaire sous la modération de l’officiant du jour, Rév. Jonas Musamba, Evangéliste Communautaire. L’un des points à l’ordre du jour s’avère être le renforcement des capacités des aumôniers.  Il y a urgence. Seule une formation solide permettra à l’aumônerie de s’aligner sur la vision de transformation de la CBCA et des signataires de la convention scolaire.

Par Kahindo Katavo Jean pasteur

 

 

Tenue de la 65ème réunion du Comité Exécutif de la CBCA à Goma

La 65ème réunion du Comité Exécutif de la CBCA s’est tenue au Centre Rudolf du 9 au 10 mars 2016 sous le thème ‘’L’écoute de la parole de Dieu est une priorité dans le ministère pour le changement et la guérison de la famille, l’église et de la société’’.

S’appuyant sur livre de Luc 10 :38-42, le messager du jour, Rév. Bitondeyubusa, a focalisé la prédication sur l’écoute de la parole de Dieu. Dieu a crée l’homme par la Parole. Il s’est révélé aux hommes à travers la même Parole et beaucoup de choses changent par sa Parole.  Ainsi, tout le monde est appelé à écouter Dieu avant de le servir, a-t-il conclu.

Pendant l'accueil des nouveaux Membres du Comité Exécutif

Pendant l’accueil des nouveaux Membres du Comité Exécutif

Après la vérification du quorum, les nouveaux membres du Comité Exécutif ont été présentés et accueillis. Il s’agit de Rév. BITONDEYUBUSA NTABAKENGA, Mme KYAKIMWA KOMBI, Mr MALIMINGI TABABUGHA, Mr MUFUMU BARHAZIGIRIRANDI, Mr MUHINDO MESO, Rév.MUHINDO MUTARUSHWA, Mme MYATSI WAIKO, Rév.PALUKU MAHINDULE et Mme NANKAFU RUGAMIKA BERTHE. Ensuite, les travaux ont été dirigés par le Président de l’Assemblée Générale, Rév. Dr MUSHAGALUSA BACIYUNJUZE Timothée, assisté par Rév. KAMBALE KILUMBIRO Martin, Vice-Président ;  Rév. KAVUNGA KAKWIRE, Secrétaire rapporteur et Mme NANKAFU RUGAMIKA Berthe, Secrétaire rapporteur adjoint.

Dans son rapport, le Président et Représentant Légal a brossé la situation d’insécurité dans certains coins de la Communauté, notamment dans les Postes ecclésiastiques Beni, Bwatsinge, Uvira, Kalungu, Buturande et Bambo déséquilibrés surtout par le phénomène kidnapping qui sème la terreur au sein de population du Nord-Kivu.               Il a ensuite présenté les grandes réalisations des départements depuis la fin de la tenue de la dernière Assemblée Générale jusqu’en début mars 2016. Il a donné des réponses satisfaisant à propos des questions soulevées après la lecture du rapport. Voici en bref, les moments forts qui ont caractérisé les assises de la 65ème rencontre du comité Exécutif.

Inauguration du Poste Ecclésiastique de Goma

Dans un bel après midi du 9 mars 2016 vers 16h 30’, les Membres du Comité Exécutif se sont déplacés du Centre Rudolf à Virunga pour inaugurer le bureau du Poste Goma. Dans son mot de circonstance, le Rév. Dr Kakule Molo, Président et Représentant Légal, a déclaré que cette maison est sanctifiée pour témoigner l’amour de Dieu. Il a souhaité que ce sanctuaire soit un lieu de travail et de réflexion de l’avancement de l’œuvre du Seigneur qui produira des fruits dans toutes les paroisses du Poste Goma. Après coupure de ruban et cocktail, les membres du Comité Exécutif ont enfin visité la salle polyvalente du CAP Tuneko, juste derrière la Paroisse Goma-Ville.

Désormais, la CBCA Rwanda vole de se propres ailes

Dirigeants de la CBCA Rwanda

Dirigeants de la CBCA Rwanda

Parmi les points qui ont suscité les débats pendant les assises, ont peut citer la remise du patrimoine de la CBCA au Rwanda à la CBCA Rwanda. C’était séance tenante devant Cinq dirigeants de la CBCA  Rwanda que les membres du Comité Exécutif ont donné l’acte de remise officielle du patrimoine aux mandataires de la CBCA Rwanda. Il a été dit aussi que la CBCA Congo continuera à  assister la CBCA Rwanda selon la demande de cette dernière et compte tenu des moyens de la CBCA RD.Congo.

 

A la recherche de nouveaux dirigeants de la CBCA et de l’ULPGL

Un autre point qui mérite une attention est celui de la fin des mandats des mandataires de la CBCA, du Directeur du Département des Jeunes et des Enfants(DJE) de la CBCA et du Recteur de l’Université Libres des Pays de Grands Lacs. Il a été décidé que les Postes rendent disponibles les personnes compétentes à insérer dans les commissions permanentes lors de la prochaine Assemblée Générale qui se tiendra à Goma. De même, il a été recommandé que le Règlement d’Ordre Intérieur soit respecté pour préparer les élections des mandataires de la CBCA et la désignation du Directeur du DJE. Enfin le Secrétariat général a été autorisé proposer la personne éligible pour le rectorat de l’ULPGL.

La CBCA rêve d’évangéliser le Congo

Les membres du Comité Exécutif ont décidé que le thème pour l’année 2017 soit : ‘’Mwaka wa kuzidisha matendo ya imani’’, c’est-à-dire «Année pour produire davantage les œuvres de la foi». Toujours dans le cadre de l’Evangélisation, il a été demandé qu’une commission dite Technique d’Evangélisation (CTE) soit constituée. Cette Commission sera dirigée par le Directeur du Département de l’Evangélisation et se réunira une fois chaque année avant l’Assemblée Générale.

Dans le souci d’améliorer la situation financière et pour couvrir la dette de 223,989 dollars que la CBCA doit, il a été décidé que la parcelle qui servait de garage de la CBCA soit vendue. Les Centres d’Accueil de la CBCA contribueront aussi à l’apurement de cette dette.

Avant la prière finale, le Président du Comité Exécutif a demandé aux participants de compatir à travers les offrandes volontaires, avec le Rév. Kahindo Musumba, membre du Comité Exécutif de Bwatsinge qui a perdu son épouse en octobre 2016.

Par Kambale Kazi

 

 

Echos du Poste Ecclésiastique de Bambo

L’insécurité a élu domicile dans certains axes du Poste ecclésiastique de Bambo. Le phénomène appelé ‘’kidnapping’’ sème la terreur et démotive les sorties des évangélistes. De peur d’être kidnappé, les fidèles ne pratiquent plus leurs activités champêtres, d’où la famine.

En date du 29 février 2016 à Nyanzale,  4 personnes ont été tuées à la machette dans leurs  champs ce qui a entrainé l’incendie de 58 maisons dont 23 appartenant aux fidèles membres de la CBCA. Signalons que Mr Malimingi, membre du Comité Exécutif Poste Bambo, est parmi les victimes de la CBCA dont les maisons ont été incendiées. Deux autres maisons ont été cruellement brulées dans la cité de Bambo. Les victimes des maisons incendiées passent la nuit à la belle étoile. Ils ont besoin d’aide matérielle, spirituelle et lobbying pour arrêter ce fléau de cohabitation difficile.

Outre, le Poste CBCA Bambo a décidé dans ses assises ordinaires du 12 au 13 février  2016, de focaliser ses efforts sur l’organisation des retraites spirituelles dans tous les services et d’orienter l’Evangélisation et l’expansion de la CBCA à Kabizo sur l’axe Bambo – Tongo, à Mabanga sur l’axe Kibirizi, à Kahondo et Ufunuo dans l’axe Nyanzale et à KMaison commerciale à Bamboanyatsi et à Kimina sur l’axe Kanyabayonga.

Par ailleurs, dans le cadre de développement durable, le Poste Bambo a construit un centre de santé à Mutanda,  une maison commerciale et une salle polyvalente à Bambo. Enfin, le Centre d’Accueil Protestant de Kanyabayonga est en cours de réhabilitation.

Par Rév. Kambere  Kilala

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’importance des petits groupes au sein d’une église.

A Goma, les églises dites de réveil poussent comme des champignons. Pour un gain quantitatif, il suffit de rendre disponibles des instruments de musique, un local consacré à la prière et de se taper de surcroit le nom d’Apôtre ou Berger. Cette ‘’salle de prière’’ est un appât pour attirer des adeptes d’autres églises. En 2012, à la paroisse CBCA Virunga, selon le Secrétaire de la paroisse, le nombre de fidèles est passé de 900 à 600 suite aux départs motivés par la recherche des fameuses chambres de prière, où les Apôtres et/Bergers semblent incarner des dons de miracles.  Ces brebis égarées pensent que les miracles sont liés à la personne du Berger de l’Apôtre, alors que Dieu opère des miracles aussi à travers le ministère des Pasteurs.

Le Pasteur de la CBCA Virunga et son consistoire ayant constaté les départs progressifs des fidèles, ont compris qu’il faut faire face à ce défi. D’abord, ils ont décrété une demi-journée de prière chaque mardi de la semaine. Ensuite en date du 17 Mai 2015, les fidèles se sont choisis une nouvelle équipe des anciens de l’Eglise bien connus pour leur charisme. Enfin, en ce qui concerne l’encadrement des petits groupes au sein de l’Eglise, les anciens de Virunga se sont mobilisés pour participer activement aux séances de prière organisées au temple.

Séance de prière à la Paroisse CBCA Virunga

Séance de prière à la Paroisse CBCA Virunga

Le nombre s’accroit au jour le jour, à l’instar de l’Eglise primitive. Actuellement, 603 intercesseurs en moyenne se réunissent dans le temple tous les mardis de 14h à 17h30’. Avec cette allure, l’Evangéliste de la Paroisse, Mr Malekani Benjamin, pense qu’en 2017 le nombre de fidèles va doubler. Ce qui rappelle le titre de la publication du Pasteur Kateghe ‘’la CBCA en double double’’.

Témoin  de ce réveil spirituel, l’Evangéliste Malekani Benjamin confie qu’en date du 28 Octobre 2015,  un membre de la rose-croix possédé a été délivré en pleine louange et adoration. Il avait sur lui des bracelets, de l’huile et un montant de 1 000 dollars en poche reçu mystérieusement. Tous ces biens étaient disparus pendant la prière en présence des Serviteurs de Dieu, a renchéri notre source.

Il a poursuivi qu’en date du 29 décembre 2015 Dieu a ouvert les yeux d’un aveugle. Mardi le 1er mars 2016, les gris gris d’une jeune fille ont été brulés, selon elle reçue de féticheur pour qu’elle soit aimé et trouve un mari pour mariage.

Notons que les autres paroisses de la CBCA Goma ont la même préoccupation. C’est ainsi que dans le souci d’être une paroisse en bonne santé pour la transformation de la société, la CBCA Goma-ville (une paroisse bilingue) utilise une approche appelée ‘’Mizizi’’. Elle veut que ses membres s’enracinent dans la pratique de la parole de Dieu. Dans cette approche, les petits groupes communément appelés ‘’E-groups’’ constituent un cadre d’affermissement, d’enseignements, de prière et de pratique de la Parole. La paroisse a compris qu’on ne peut pas transformer la société sans la mise en pratique de la parole de Dieu.

S’inspirées  par le premier axe du plan stratégique de la CBCA, les paroisses de Goma ont démarré Goma ont démarré l’évangélisation quantitative et qualitative. Les membres croissent en nombre et l’église se préoccupe de leur qualité tous les aspects de la vie.

Par Kambale  Kazi

Première visite du nouveau Pasteur Surveillant sur l’Ile d’Idjwi.

Très tôt le matin du mercredi, 17 février 2016, le Révérend Pasteur Surveillant de la CBCA Poste Goma, Rév. KAMBALE KILUMBIRO Martin,  prend son bâton de pèlerin pour effectuer une descente vers toutes les Paroisses de la CBCA Section Idjwi. L’objet de cette visite officielle est de connaître les Paroisses de cette Section, chacune avec ses réalités.

Le staff bureau Poste Goma visite les paroisses de la Section Idjwi

Le staff bureau Poste visite les paroisses de la Section Idjwi

Le Pasteur Surveillant s‘est fait accompagner de Rév. Byumanine Bisimwa Justin, Pasteur Evangéliste; Muhindo Malikidogo Malik, Secrétaire Administratif; Muhindo Kitambala Jonathan, Animateur de Développement; Kavugho Katsangire Abigaël, Présidente du Service Femme et Famille; Kakule Mwindikwa Baudouin, Président du Ministère de la Jeunesse pour Christ; Jean-Claude Ndivito,  Directeur du Ministère des Enfants.

Cette forte délégation atteint l’île d’Idjwi à 12h45’ à bord du bateau Yesu ni jibu. Elle a été accueillie chaleureusement par les fidèles de la Paroisse CBCA Bugarula dirigés par le Révérend Kasako Kalwira Jean Pierre, Pasteur Sectionnaire de cette Section.

Après cet accueil au port de Bugarula, le Pasteur Sectionnaire d’Idjwi accompagne son chef hiérarchique au bureau du Territoire d’Idjwi où le Pasteur Surveillant vient présenter ses civilités à l’Administrateur Chef de cette entité. Dans son mot d’accueil l’Administrateur du Territoire d’Idjwi souligne avec joie les actions concrètes de la CBCA visibles sur toute l’étendue de l’ile d’Idjwi à travers le Centre de Promotion Rurale « CPR », les structures sanitaires, les écoles et les Paroisses. L’Administrateur garantit à la délégation une sécurité totale sur son espace et lui souhaite un bon séjour à Idjwi.

Le Pasteur Surveillant et sa suite montent au temple de Buragula où ils sont accueillis officiellement, en présence d’une foule grandiose de fidèles.  Dans son mot de circonstance, le Pasteur Surveillant de Goma remercie les fidèles de la Section d’Idjwi pour cet accueil chaleureux. Il précise que toutes les Paroisses de cette Section sont concernées par cette visite de plus d’une semaine.

La Paroisse de Kishumbu située à l’ouest de la Paroisse Buruhuka  a été la première à être visitée le 17 février 2016 à 15 heures. Après Kishumbu, la délégation a suivi l’itinéraire de Buruhuka, Bunyakiri, Buyumbu, Bushusha, Kagushu, Kibanda, Bugarula, Muhungwe, Bihumba, Mugote, Bugarula-China et Buzibu.

Partout, l’accueil était chaleureux. Les enfants, les jeunes et les femmes attendaient la délégation à plusieurs mètres de la Paroisse d’accueil. Des cantiques faisaient marcher le RPS à pieds au même rythme que les fidèles dVisiteIdjwi4e la place sur les montées et les descentes de l’Ile d’Idjwi.

Grâce au CPR, le Pasteur Surveillant du Poste Goma a trouvé la facilité de sillonner dans toutes les Paroisses, cette structure lui ayant disponibilisé le moyen de déplacement pendant tout le séjour de ce serviteur de Dieu à Idjwi.

Dans chaque site visité, le Pasteur Evangéliste, Rév. Byumanine Bisimwa Justin, a exhorté la congrégation chrétienne par la Parole de Dieu pour sa part, après l’exhortation. Le Révérend Pasteur Surveillant a rencontré tous les dirigeants de chaque Paroisse dans le Conseil Elargi afin de se rendre compte de la réalité de chaque Paroisse.

A travers le débat avec les différents dirigeants des Paroisses, le Rév. Kambale Kilumbiro Martin, a trouvé que les défis majeurs de la Section d’Idjwi sont les suivants :

  • VisiteIdjwi3La carence des serviteurs dans la Section Idjwi où nous trouvons seulement quatre Pasteurs ordonnés sur 13 Paroisses et deux Evangélistes Responsables ;
  • Les Paroisses de la Section d’Idjwi sont à 90% en chantier de construction des temples ;
  • Suite au chômage et à la pauvreté des fidèles, les offrandes ne permettent pas de faire avancer convenablement l’œuvre du Seigneur ;
  • La majorité de temples déjà construits n’ont pas de linteau, d’où la difficulté de résister contre les ouragans ;
  • L’absence des projets d’autofinancement dans plusieurs Paroisses de l’ile d’Idjwi ;
  • L’incompréhension entre certains Pasteurs et les fidèles des Paroisses qu’ils dirigent.

 

Le Pasteur Surveillant a profité de cette visite pour s’entretenir avec les responsables de différents projets de la CBCA œuvrant sur l’ile d’Idjwi : agents du CPR, agent du Centre Hospitalier de Bugarula, chefs d’établissements scolaires et sanitaires.

Pendant l'inauguration

Pendant l’inauguration

La visite a été clôturée par l’inauguration du nouveau bureau administratif du Centre Hospitalier Bugarula le mercredi 24 février 2016, une grande cérémonie présidée par le Révérend Pasteur Surveillant en présence de l’Administrateur de Territoire d’Idjwi, du Chef de Collectivité-Chefferie Rubenga ainsi que d’autres hautes personnalités étatiques et religieuses du Territoire d’Idjwi.

Cette première visite du nouveau Pasteur Surveillant du Poste Goma donne l’impression que les chrétiens sont déterminés à travailler en franche collaboration avec cette autorité ecclésiastique, nouvellement investie dans le Poste Goma depuis août 2016.

Par Kakule Mwindikwa Baudouin,

Président MJC Poste Goma