Le Rév.Dr.Kakule MOLO élu à la tête de l’Université Libre des Pays des Grands Lacs (ULPGL) Goma

C’est à la clôture des assises du Conseil d’administration de l’Université Libre des Pays des Grands Lacs ULPGL Goma ; tenues au centre Pédagogique Rudolf  du 28 au 30 Nov 2016 que, le Rév. Dr. Kakule MOLO vient d’être élu recteur de la dite Université pour un mandat de 4ans à partir du moment ci. Ces résultats de vote proclamés autour de 21h 30 de ce mercredi 30 Novembre 2016 ont démontré que le Rév. Dr. KAKULE MOLO a été élu avec 30 voix sur 34 votants. Au poste d’administrateur du Budget est élu Mr William, ancien comptable de l’ULPGL et le Prof Kennedy Kihangi reconduit comme Secrétaire Géneral Administratif.

Le Rév. Dr. Molo, actuel Président et Représentant Légal de la CBCA, vient en succession du Prof. Léopold KARAFULI  qui a dirigé cette université pendant 8ans.

Plus des détails dans les heures qui suivent.

Conférence sur le rôle de l’Eglise dans la Préservation de l’Environnement en temps de guerre et la restitution de la campagne sur la sauvegarde de la Création et l’Evangile

Dans le cadre de la commémoration de la Journée Internationale pour la préservation de l’environnement en temps de guerre, journée commémorée le 6 novembre de chaque année, une conférence a été organisée au centre d’accueil Tuneko à Goma le samedi 05 novembre 2016, réunissant 42 personnes, hommes et femmes dont parmi eux quelques Pasteurs de la CBA, quelques leaders de la JPSC de paroisses de Goma, quelques experts de développement, les membres de l’ONG SORADEC et les membres du mouvement Lausanne. Initiative de la SORADEC et la Commission Justice, Paix et Sauvegarde de la Création de la CBCA, en collaboration avec le Réseau Lausanne Creation Care/ RDC, la rencontre avait pour objectif :

  • D’impliquer l’Eglise CBCA dans la campagne mondiale visant la sauvegarde de la Création ou la sauvegarde de l’Environnement en l’occasion de la commémoration de la Journée Mondiale de la Préservation de l’Environnement en temps de Guerre.
  • Informer les leaders Chrétiens de la CBCA sur la nouvelle approche de protection de l’environnement basée sur l’Evangile ;
  • Définir les actions concrètes que l’Eglise peut mener pour préserver l’Environnement en ce moment de crise sécuritaire au Nord-Kivu ;
  • Obtenir l’engagement de chaque participant sur sa contribution dans les efforts en cours sur la sauvegarde de l’Environnement ;
  • Comprendre le Réseau Lausanne Creation Care Network et obtenir des nouvelles adhésions en son sein.

Soulignons qu’au Nord-Kivu, c’est depuis 1994, pendant les conflits de génocide au Rwanda, que les écosystèmes forestiers sont sous menaces de pillages et exploitation abusive, d’abord pour fournir du bois aux réfugiés rwandais. Cette menace s’est accrue avec la succession des guerres, AFDL, RCD, CNDP, M23 sans parler des ADF, FDLR et groupes mai mai qui font du pillage des ressources naturelles, la source importante du financement de leurs activités. Des réseaux importants de trafic de Makala, gibiers, trophées et animaux sauvages vivants sont constitués entre les rebelles, combattants, certains membres des services publics et les populations locales. Plusieurs récoltes sont incendiées, ou pillées, les rivières sont polluées, les animaux domestiques tués. Plusieurs zones des aires protégées, cas du Parc National des Virunga, sous la complicité des leaders des mouvements rebelles, ont été spoliés et transformées, soit en champs de cultures, en villages permanent ou même en pâturage. Les produits forestier, Makala, planches, bois de chauffe, viandes, pour ne citer que cela remplissent les marchés publics. L’Eglise, qui encadre l’ensemble des populations devrait être responsabilisée, d’abord pour être informée sur les conséquences de cette situation, mais aussi pour l’amener à prendre des actions pouvant contribuer à préserver au moins ce qui reste des écosystèmes importants de la région.

Trois exposés ont été présentés successivement sur :

  1. La Campagne Mondiale Sauvegarde de la Création et l’Evangile par Mr DIDAS Kwabo et Eraston Kighoma du LCCN Goma,
  2. Brèves informations sur la COP 21 et Efforts du Gouvernement et Partenaires dans la protection de l’Environnement en RDC par Mr Gédéon de WWF
  3. Actions à Prendre par les Eglises pour Sauvegarder la Création par Mr Bernardin, coordonateur du LCCN Goma

ACCOMPAGNEMENT TECHNIQUE DE LA CBCA AUPRES DES APICULTEURS DE MUTAHO EN TERRITOIRE DE NYIRAGONGO AU NORD KIVU.

apic-2-okSuite au manque d’informations et de formation adéquate, une bonne la population du Nord Kivu consomme le miel de mauvaise qualité. Voilà pourquoi, il a plu à la CBCA d’accompagner les apiculteurs pour leur doter des bases solides en vue de produire le miel de qualité non seulement pour une simple professionnalisation dans ce métier mais aussi pour un meilleur positionnement sur le marché. Ce métier est porteur d’espoir dans l’amélioration du revenu du paysan mais dans la protection de l’environnement.

Cet accompagnement se fait en 5 phases, à savoir :

  1. Module 1 : structuration des apiculteurspic-5
  2. Module 2 : formation sur l’importance de l’abeille et l’installation du rucher et la protection de l’environnement,
  3. Module 3 : Formation sur la récolte du miel et transformation des sous produits
  4. Module 4 : Synergie, business plan, modernisation,
  5. Module 5 : Echange d’expériences

Parmi ces phases, les deux premiers modules sont terminés et l’activité continue. Nous voulons voir les apiculteurs s’approprier cette activité et avoir une structure forte et compétitive pour la promotion de l’apiculture à l’Est de la RDC avec des business plans clairs.

Pour ceux qui sont intéressés par ce projet, ils peuvent directement contacter la CBCA au cbca_office@yahoo.fr

Par Donat Malemo et James  Mukwanzala

pic-3

apic-1

La Mission Evangelique Unie en Afrique parle du VIH SIDA à Dar es Salaam

Le bureau régional de la MEU en Afrique a organisé un atelier sur le VIH/SIDA à Dar Es Salaam, auquel le Directeur du département de la CBCA, Dr Isaac Muyonga, a participé du 25 au 27 Octobre 2016.

Dans son mot d’introduction, le chargé des Programmes, David Wafo a reconnu qu’il fait longtemps que les réflexions sur le VIH ont eu lieu dans le réseau MEU en Afrique, alors qu’au sein des églises, la maladie continue à endeuiller les familles, accroitre le nombre des orphelins et disloquer les familles.

 

Après la série des présentations des églises c’est-à-dire le Diocèse Luthérien de l’Est de la cote de la Tanzanie, le Diocèse Luthérien de Karagwe de Tanzanie, l’Eglise Presbytérienne du Rwanda, la Communauté Baptiste au Centre de l’Afrique de la RD Congo et l’Eglise Evangélique du Cameroun, le futur a été projeté comme suit :

          Intégrer l’éducation en santé sexuelle et de la reproduction dans les programmes de l’église

          Encourager le dépistage VIH des couples et promouvoir les visites de la consultation prénatale des femmes accompagnées par leurs maris.

          Renforcer les capacités des responsables des paroisses vues qu’ils sont au niveau opérationnel en contact permanent avec les personnes infectées et affectées

Mort tragique au bureau du Secretariat Général de la CBCA

onesphor-picC’était très brusque, très surprenant, très choquant de perdre l’un de chauffeurs de la CBCA ce 28 Novembre, à 11h 27′ au Secrétariat Général de la CBCA à Goma. En effet le mur de la clôture du secrétariat général a été forcé par le poids des matériaux de construction du voisin, qu’il déversait juste à coté dans un espace d’au plus 2,5m entre le mur du bureau à gauche et celui de son voisin à droite. C’était pendant qu’un camion déversait encore une fois  des pierres qu’il y a eu surpoids et le mur est tombé brusquement en direction  du bureau de la CBCA, surprenant Mr Kasereka Kazi Onesphor, chauffeur du CEDERU qui lavait son véhicule, car venant d’un voyage.
C’est avec douleur que les agents du bureau et autres personnes se sont coaliser pour chercher à sauvé le chauffeur, lui ôtant les pierres tombés sur lui mais du coup il a succombé à ses blessures.
Décédé à l’âge de 45 ans, il laisse derrière lui une femme et six enfants parmi eux 4filles et 2 garçons.
Pendant le culte de consolation, le Vice Président et Représentant Légal de la CBCA, Dr Samuel Ngayihembako, a présenté ses condoléances les plus attristées à la famille en particulier, aux agents du secrétariat qui ont vécu le drame, à l’organisation CEDERU et à l’église. Il a conclu son mot en disant que, l’église a mission de plaider pour la Justice et a promit que la CBCA va s’impliquer pour que justice soit rendu.

Que le Segneur console son peuple

Culte d’action de Grâce pour l’ouverture de l’année scolaire 2016-2017

La Communauté Baptiste au Centre de l’Afrique (CBCA), à travers sa Commission Justice Paix et Sauvegarde de la Création (JPSC), a sensibilisé les élèves pour  leur permettre de former les clubs de paix et y adhérer au sein des Ecoles Conventionnées Protestantes. C’était le dimanche 23 Octobre 2016 à la paroisse 8ème CEPAC de Goma lors d’un culte d’action de grâce et d’ouverture de l’année scolaire 2016 –  2017 que cette activité a eu lieu.

dsc01344-copieTout est parti par la prière dirigée par le Pasteur MUHOGERA-NGABOYEKA Marcel, aumônier Provincial de l’ECP/NORD-KIVU. Les élèves,  les aumôniers, les parents, les chefs d`établissement, les enseignants et les parents ont honoré la cérémonie par leurs  présences. C’était un culte dédié à Dieu pour ses bienfaits, un culte de louange et d`adoration où toute la Communauté scolaire s’unit pour dire merci à Dieu de la protection et la paix qu’Il nous donne.

dsc01319Trois chorales ont agrémenté le culte par la musique. Il s’agit de la chorale Neema de l’Ephphata, la Chorale  de l’institut Ndahura et celle de l’Institut Visoke. Ces  chorales ont  chanté pour la gloire de Dieu  en implorant la grâce et la paix du Seigneur sur notre pays en général et sur la Province du Nord-Kivu  en particulier.

Dans son allocution, l’Evêque Milegha Mbala, Président de l’Eglise du Christ au Congo (ECC) au Nord-Kivu, a bien interpellé les écoles de prier pour la situation de Beni. Il a ensuite remercié les autorités  Congolaises pour les efforts qu’elles sont en train de fournir pour la recherche de la paix et la stabilité dans la province du Nord-Kivu. Poursuivant son propos, il  a  demandé  aux  élèves de s’abstenir de toutes formes de violences ou de manipulation politique pendant ce moment de changement brusque de période électorale dans notre Pays. Soyons artisans de la paix et cultivons  les valeurs chrétienne en milieu scolaire, a-t-il renchéri.

dsc01353A son tour, Mr Jean de Dieu Rwamakuba Ndabagera, Coordinateur des ECP Nord-Kivu, a montré pourquoi les Ecoles Conventionnées Protestantes sont gérées par les Eglises membres de l’ECC. Bref, elles ont été créées dans le but d’appuyer l’œuvre Evangélique en vue de faire parvenir toute la population au salut. Il a insisté pour la création des clubs de paix dans les écoles, ce qui est l’une des manières d’encadrement de la jeunesse. Par rapport aux clubs de paix,une devise a été acceptée par tous qui se veut :

« Franche collaboration=Bonne relation au sein de nos écoles »

De sa part,  Mlle Noëlla Kyamutsongeri, déléguée de la Commission JPSC/CBCA, a montré l’importance et les objectifs d’un club de paix au sein d’une école. Elle a insisté en disant que le club de paix n’est ni parti politique, ni syndicat d’une institution;   mais une construction sociale comme la société civile qui regroupe des membres sans discrimination.

dsc01323 Il s`en est alors suivi la lecture du message de la Commission JPSC qui  souhaite aux élèves et enseignants  une année scolaire de paix et de bonheur. Il a ensuite demandé aux jeunes à d`éviter les rumeurs, les préjugés, les mythes, les stéréotypes en milieu scolaire en favorisant les attitudes de paix, en cultivant l’amour et la cohabitation pacifique.

 

Des témoignage ont été recueillis a la fin du culte

1er témoignage

Nom : Fabien Morisho

Age   : 23 ans

dsc01364

Je suis élève à l’Institut EPHPHATA ; j’aime cette initiative de l’organisation du culte d’action de grâce et l’initiative des clubs de paix dans les écoles. Je suis muet depuis ma naissance, mais  au moins je regarde ce qui se passe à coté de moi et j’analyse, je constate qu`il n’y a pas d’amour entre nous. Mais avec de telles initiatives, nous croyons à la paix. Nous vous invitons dans notre école pour la création d’un club de paix.

2e témoignage

Nom : CHRISTIANNE

Adresse : Quartier office II

Age : 17ans

Eleve a l Institut Faraja

dsc01366

Je suis élève à l’institut Faraja depuis 5ans; Et suis ravie de voir ce programme se réaliser en paix et en beauté. Contente de toutes les interventions du jour, je suis fortement édifié. En ce qui concerne la création de club de paix dans nos écoles, nous invitons cette commission pour venir créer le club dans nos écoles, voire même dans nos quartiers. parce que cette organisation a  une grande importance dans la vie quotidienne.

3e témoignage

Nom : KAVIRA LEA

dsc01367Adresse :Q.Virunga

Age : 17 ans

Ecole : Institut  CBCA Majengo

Je suis élève à l’institut Majengo où  nous avons la grâce  d’avoir un club de paix depuis longtemps et ce club nous aide beaucoup à renforcer la cohabitation pacifique entre nous. Nous nous comprenons mutuellement nous organisons des promenades pour la paix, des échanges; des sketchs, des échanges d’expériences et même des formations pour la résolution des conflits, insiste Mlle LEA.

4e témoignage

dsc01375

Nom : Malonga  Josaphat

Institut Himbi  de CBCA :

Enseignant et conseiller à l’aumônerie

Tel : 099450836

Je suis reconnaissant pour tous les efforts fournis par la CBCA dans l’encadrement de la jeunesse,  surtout a travers les clubs de paix. Je remercie l’ECC Nord-Kivu pour cette organisation. J’encourage l’initiative de création des clubs de paix dans toutes les écoles de l’ECC et je serais le premier  à y adhérer.

Par Noella Kyamutsongeri

« Les violences basées sur le genre et les violences sexuelles fragilisent la femme à s’intégrer dans la société pour développer son potentiel en entièreté. Quel est son rôle et celui de l’homme pour s’assurer d’un futur moins frustrant ?»

Du 17 au 19 Octobre 2016, dans le but de renforcer la capacité du leadership féminin dans les églises et la société, un atelier de formation sur les violences basées sur le genre, un atelier de formation a été organisé au centre Rudolf à Goma réunissant certains femmes leaders de la CBCA ville de Goma et de l’Eglise Presbytérienne du Rwanda ; certains pasteurs et quelques hommes de service homme et famille de ces deux communautés. Les réflexions ont tournés autour des indices de la violence basées sur le genre dans toute sa forme, dans l’Eglise et dans la société.

Organisé et facilité par Mme Rév. UTE en Provenance de l’Allemagne, en collaboration avec le Département femme et Famille de la CBCA,  elle a martelé dans ses interventions, sur la compréhension de certains concepts tel que ce qu’on comprend de l’égalité dans la diversité, la description du rôle de l’homme et de la femme dans la société, la perception de l’église sur la femme et  l’homme.

Elle a expliqué comment les sociologues donnent une distinction un peu claire par rapport au genre qui est à distinguer du sexe.

Sa méthodologie participative de travail dans les groupes pendant toute les sessions a permit aux participants d’examiner en fond certains cas des viols basés sur les genres dans différents endroits en société et même dans les ménages. Avec de exemples tirés de la Bible tel que l’histoire d’Amnon et Tamar, celle du Roi David, il a été révélé que le pouvoir sur la femme est un facteur qui influe les actes de certains hommes à continuer à briser la dignité de la femme dans son sens vrai à être respecté.

Depuis environ deux  décennies, la RDC est secouée par de crises multidimensionnelles. le pays, bien que potentiellement riche, traverse une situation hostile et la femme et les enfants sont victimes dans la plupart de cas. Plusieurs violences s’observent à différents niveaux dans la société, voire même de violences domestiques. La masculinité est perçue par la plupart de gens comme un outil d’autorité à appliquer sur la femme dans diverses dimensions.

Echo de la Ville de Goma au Nord Kivu/RDC

La ville de Goma s’est réveillée avec une présence inhabituelle de la police et de la Police Militaire sur les artères principales, les ronds-points et autres places comme Signers, Instigo, Mutinga, Tribune ONC…Joint au téléphone par une radio locale, le commandant de la police zone Goma-ville a dit que c’est un déploiement de routine en cas de troubles. Le colonel Flamand Baliwa Ngoy n’a pas voulu préciser si c’est consécutif à la ville morte appelée par le mouvement citoyen « La LUCHA » que le maire de la ville a dénoncé dans un communiqué et dont la population n’a pas eu échos parce que ces militants ‘’de la Lucha’’ étaient interceptés par la police en distribuant des tracts dans une institution universitaire de la place.

Des grèves observées cette semaine et l’instabilité économique

Après les taxis motos et les taxis bus lundi, c’est le tour des pétroliers ce mardi d’entrer en grève. Les stations de la ville de Goma sont restées fermées toute la journée occasionnant du coup une nouvelle hausse de prix du carburant chez les revendeurs appelés communément KADAFI. Le prix qui était de 1 700 francs congolais est désormais passé à 2000 francs congolais le litre. Maintenant les KADAFI vont s’approvisionner au Rwanda a une valeur de 1400francs pour venir vendre à 2000 francs congolais à Goma.

Dans cette crise du carburant dans la ville de Goma, les pétroliers accusent l’OCC (Office Congolais de contrôle) de leur imposer une nouvelle taxe et cela sans nomenclature. PROVIDENCE MUHIGA, président de l’association des pétroliers du Nord-Kivu, explique qu’en conséquence ils ont préféré fermer leurs stations pour ne pas perturber la structure de prix et élever davantage le prix à la pompe. Il accuse également l’OCC de les pousser à payer ladite taxe en dehors du guichet unique. C’est la raison de leur colère et donc de leur grève.

Après la hausse de la course en moto à Goma, c’est maintenant le prix de la course des minibus trans-villes qui est revu à la hausse. De Ndosho au Centre-Ville une course passe de 400 à 500 francs congolais. Du centre-ville à l’entrée président et entrée ULPGL, la course passe de 300 à 400 francs congolais. Egalement les recettes seront versées en francs congolais à raison de 38 mille 500 francs congolais par jour. Le ministre de transport CARLY NZANZU KASIVITA qui s’est réuni avec les propriétaires des minibus explique que ces modifications substantielles sont consécutives au comportement du franc congolais par rapport au dollar mais il y aura chaque fois des analyses statistiques pour trouver d’autres compromis.

Des arrestations

Parade spéciale ce mardi au bureau du commissaire divisionnaire adjoint VITAL AWASHANGO. Plusieurs catégories des personnes, 50 en tout, qui ont troublé ou qui troublent encore la tranquillité dans la ville de Goma ont été présenté à la presse. Parmi ces personnes, 6 activistes de la LUCHA interpellés pendant qu’ils distribuaient des tracts à l’ISC pour une ville morte, tract d’ailleurs dénoncé par le maire de la ville. Le commissaire divisionnaire adjoint VITAL AWASHANGO a également présenté des kidnappeurs d’enfants, des voleurs à mains armées et autres badauds qui avaient barricadé les routes durant la marche des opposants le 19 octobre2016.Il invite les parents a bien éduquer leurs enfants et à les empêcher de participer aux activités politiques.

 

Du nouveau Vice Président de l’Assemblée Provinciale

Le nouveau vice-président de l’assemblée provinciale du Nord-Kivu est désormais connu. Il s’agit de l’honorable CHEKANABO Janvier qui a obtenu 68% contre JARIBU MULIWAVYO qui n’a pas su convaincre ses collègues députés et ne s’en est sorti qu’avec 12 voix sur 41 votants. L’honorable CHEKANABO dit avoir gagné la confiance de ses paires par son comportement digne. Même si il va désormais siéger au bureau, le nouveau vice-président de l’assemblée provinciale du Nord-Kivu demande aux autres députés d’être leurs yeux et de travailler de commun accord.

« La guérison des souvenirs ou traumatismes et la délivrance »

« Les Eglises membres de la Mission Evangélique Unie (MEU) en Afrique devraient renforcer et harmoniser le ministère de délivrance, et former les membres des groupes de prière en détraumatisation et en psychologie de base. »

Ce fut la principale recommandation d’un groupe de réflexion sur « La guérison des souvenirs ou traumatismes et la délivrance» qui a réuni 19 participants des Églises anglicane et Presbytérienne du Rwanda (EAR et EPR), la Communauté Baptiste au Centre de l’Afrique (CBCA) à l’Est de la R.D.Congo ainsi que l’Eglise évangélique du Cameroun (EEC). Organisé par le Secrétaire Exécutif de la MEU pour l’évangélisation, le Dr Claudia Währisch-Oblau, accompagnée  d’un psychiatre allemand, le Dr Martin Grabe, ce groupe de réflexion a cherché à mettre les pasteurs dans un système de dialogue ensemble avec les professionnels de la santé mentale pour comment la coopération entre les deux champs pourraient enrichir le travail de détraumatisation dans les églises respectives, ainsi que le ministère de délivrance.

Les participants réunis à Goma, ont pris le temps de visiter les services de délivrance de la CBCA ainsi que d’une «église de réveil» local ; un hôpital psychiatrique dirigé par l’Eglise catholique, et un centre d’écoute de la CBCA, pour se donner une image réel de ce qui se fait exactement.

Discutant de cas concrets, le groupe de participants s’est rendu compte que beaucoup de gens qui cherchent la délivrance des démons n’ont seulement pas de problèmes spirituels, mais aussi mentaux, médicaux et sociaux. Une approche holistique effective devrait donc inclure une aide psychologique et médicale, le counseling pastoral, et  la prière pour la délivrance dans le cas échéant. Comme les groupes de prière impliqués dans le ministère de délivrance sont généralement composé de fidèles laïcs, la nécessité de leur formation en psychologie de base et de détraumatisation a été jugée primordiale. Cela exige que le groupe lui-même engagé élabore un programme pour ces formations.

La rencontre entre les pasteurs et les professionnels de la santé mentale était une première pour la plupart des participants, et a généré beaucoup de matériel de discussions qui allaient souvent jusqu’à plutard dans la nuit.

Par Hulda Vagheni

Partager la bonne nouvelle, grâce et foi en action

Tel a été le thème autour du quel ont tournées différentes réflexions pendant les assises du 8e Assemblée General de la Mission Evangélique Unie MEU, tenue à KIGALI du 29 septembre au 8 Octobre2016 à Nyamatta Golden Tulip Hotel.

vem2

Tout a été précédé par beaucoup d’autres événements parallèles. Tel est le cas de la consultation sur le changement climatique,  la pré-Assemblée de jeunes tenue à Isano à Kigali, un centre d’accueil appartenant à l’Église presbytérienne du Rwanda. Ici, les jeunes délégués des Eglises membres de la MEU ont eu le temps d’échanger et se préparer pour leur participation effective aux assises de l’AG.

les femmes deleguées de des eglise membres de la MEU à SHYOGWE

les femmes deleguées de des eglise membres de la MEU à SHYOGWE

 

 

Les déléguées de femmes de leur côté se sont réunis à Gitarama dans le diocèse de Shyogwe de l’Église anglicane au Rwanda pour également se préparer à l’Assemblée générale en mettant ensemble des réflexions sur des questions spécifiques les concernant qui seront exprimées au cours de l’Assemblée générale.

Des élections

Par ailleurs, l’Assemblée générale a élu quatre représentants de l’Afrique, l’Asie et l’Allemagne, respectivement au conseil de la Mission Evangélique Unie.

Nouveau Moderateur de la MEU

Nouveau Moderateur de la MEU

Les 63 délégués de onze pays comprenant les 37 églises membres, ont élu le théologien indonésien Willem T.P. Simarmata comme MODERATEUR pour les quatre prochaines années de la nouvelle législature. Simarmata, qui a dirigé la plus grande église protestante en Indonésie HKBP jusqu’à récemment, a une longue histoire avec MEU. Il était un ancien titulaire d’une bourse d’études MEU et un membre de la première Assemblée générale à Bethel, il y a 20 ans où la MEU internationale avait été décidée. Au cours des huit dernières années, il a été membre du conseil. Simarmata a exprimé sa gratitude pour la confiance qui a été attribué à lui par tous les délégués. Il était le seul candidat pour le poste de modérateur.
En outre, les délégués ont élu quatre membres de chaque région dans le conseil. La région Afrique est représentée par les membres du conseil suivants: Jane Ewoule du Cameroun, Daphne Guriras de la Namibie, Mgr Abednego Keshomshahara de la Tanzanie et l’évêque Jered Kalimba du Rwanda. La région Asie est représentée par: Rev. Rosmalia Barus, Tetty Aritonang et Éphore Rumanja Purba, tous de différentes églises dans le nord de Sumatra, en Indonésie, ainsi que par Mgr Reuel Marigza des Philippines. La région allemande est représentée par Marion Unger de l’Église Rhénane, Helga Rau de l’Eglise évangélique de Hesse et Nassau, Rev. Ulrich Möller de l’Église Westphalien ainsi par le révérend Thomas Fender de l’Église réformée. À côté du modérateur et les douze représentants des régions un siège du conseil est réservé pour la jeunesse de la MEU, poste actuellement  occupé par Diotim Meyer de la Rhénane Eglise en Allemagne.

Du bureau Régional de la MEU Afrique

Le bureau régional MEU à Dar-es-Salaam (Tanzanie) sera désormais dirigé par le Dr Rév Muke Nagaju à partir du 1er Novembre 2016, en remplacement du Rév. Sendoro qui est appelé pour d’autres fonctions par son Eglise. new-uem-dar-leaderDr.Nagaju a été envoyé par l’Eglise Evangélique-Presbytérienne du Rwanda (EPR) pour servir MEU dans sa nouvelle qualité de secrétaire exécutif adjoint pour la région Afrique.

La MEU est également entrain d’élargir de plus en plus ses relations. L’Assemblée générale a énoncé l’intention d’admettre l’église Rhénane de l’Afrique du Sud pour être le 37e  membre  MEU.

L’Assemblée générale prend généralement lieu tous les deux ans en Afrique, en Asie et en Allemagne. Les délégués décident de l’orientation stratégique et le budget de l’organisation internationale de la mission. C’est avec satisfaction que ces assises ont été clôturées en date du 8 octobre 2016.

Par Hulda Vagheni